Partagez cet article :

 porte container

La situation économique s'est améliorée au premier trimestre selon la Coface. Les exportations restent toujours cependant en recul avec une baisse de -0,2%...

De nombreux signaux sont positifs pointe la Coface dans son rapport pour le premier trimestre 2016: la croissance est en hausse de +0,6% (par rapport au Q4 2015), la consommation des ménage s'accélère (+1,2%) ainsi que l'investissement (+0,6%).

«Pour la première fois depuis 2012, l’investissement des entreprises devrait contribuer positivement à la croissance cette année, dopé par la baisse des charges (CICE, pacte de responsabilité) et le prix du pétrole bas. Nous prévoyons une croissance de l’économie française de 1,6% en 2016 et de 1,3% en 2017» note la Coface .%).

Les défaillances d'entreprises sont également an baisse : « à fin avril 2016 sur un an, leur nombre atteint 58 846 cas et recule de -4,3%» pointe la Coface.

Le recul concerne particulièrement les grandes entreprises avec une baisse de -21,5%.

Deux régions continuent à souffrir avec une augmentation des défaillances : le Centre (+2,9%) et l'Ile-de-France (+3,0%).

Un autre point noir de l'économie française reste l'export. Les exportations ont reculé de -0,2% alors que les importations progressent de +0,5% ce qui va creuser le déficit.

La Coface note notamment l’impact du ralentissement de l’activité des pays émergents avec une récession attendue dans certains BRICS (comme au Bésil).

La Coface pointe également des problèmes structurels français : «le nombre d’entreprises exportatrices y est trois fois moindre qu’en Allemagne (alors que le stock d’entreprises est sensiblement similaire) et, sur dix primo-exportateurs français, trois restent à l’export un an après et seul un après trois ans.»

La France a connu une baisse de part de marché mondial de l’export d'environ 3,5% depuis 2011 (voir notre article la France peine à l'export).

On peut également noter (ce que n'a pas mentionné la Coface) que la revente de nombreux fleurons français sur des secteurs stratégiques va sans doute peser sur les exportations dans les prochains mois.

Après Alcatel (top 5 des équipementiers télécomset avec de fortes parts de marché dans des secteurs de pointe: solutions IP, mobile, optique...), Alstom (5ème position mondiale en machinerie industrielle), Lafarge, Arcelor, Pechiney, Norbert Dentressangle, ClubMed, Legrand, SPIE, Smoby, Solocal (Pages Jaunes), Marionnaud, branche biscuit de Danone, TDF, Yoplait, Ducros, Rossignol, Kronenbourg, Amora-Maille, on a appris ces derniers jours que Technip (qui devait atteindre le top 5 cette année dans les services parapétroliers) avait été revendue.

L'industrie et les multinationales françaises étant au coeur de la croissance économique et des exportations, cela est plutôt inquiétant pour le futur de notre pays. D'autant que ces grandes entreprises étaient le fruit d'un travail acharné de nos parents. A ce titre l'on peut noter que l'Allemagne ne suit pas du tout la tendance française de revente de ses fleurons industriels...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

 

Aller en haut