Partagez cet article :

autoroutes-france

Cette année les sociétés d’autoroutes ont décidé d’augmenter leurs tarifs de 2,5%: un tarif supérieur à l’inflation qui a atteint 2,25% en 2011.

Les autoroutes françaises sont parmi les plus belles mais aussi parmi les plus chères au monde: il n’y a sans doute que dans quelques pays comme au Japon où le tarif moyen au prix/kilomètre est supérieur.

L'augmentation des tarifs ne va pas arranger les choses même si elle ne concerne que 2/3 des 11000 kilomètres d’autoroutes, soit les voies concédées.

La hausse de 2,5% des tarifs de péage sera applicable à partir de mercredi 1er février 2012.

Des autoroutes qui grèvent le pouvoir d'achat des français

En France, le coût du kilomètre varie entre 5 et 13 centimes: la marge des exploitants d’autoroutes avoisine environ 20% de leur chiffre d’affaires.

Même s’il est flatteur d’avoir parmi les plus belles autoroutes au monde, leurs tarifs prohibitifs freinent l’économie.

Ainsi aux Etats-Unis, à une époque, on considérait les infrastructures routières comme vitales et gratuites car nécessaires au bon fonctionnement de l’économie: c'est pourquoi les autoroutes appelées Freeway y sont gratuites.

En France, au contraire les autoroutes n'ont jamais été vues comme un investissement pour l'économie mais comme une dépense que le privé a été chargé de financer à partir des années 70.

De ce fait et paradoxalement, les autoroutes se sont développées sans soucis de rentabilité, les gestionnaires ayant intérêt à multiplier le nombre de projets pour ne pas faire tarir cette manne: les autoroutes les plus rentables qui devraient être gratuites depuis longtemps comme l'autoroute du sud servent à financer des tronçons peu fréquentés.

Hors cette situation a des effets pervers: elle freine les voyages des français.

Un trajet Paris-Bordeaux en autoroute coûte plus de 50 euros de péage et 61,53 euros de carburant: le prix des autoroutes double donc le coût d’un trajet pour les automobilistes.

Nombreux sont ainsi ceux qui se déplacent moins vers leurs résidences secondaires ou partent moins souvent en week-end, par exemple, ce qui au final freine l’économie des loisirs.

Il en est de même pour les VRP et les entreprises: en France le coût de ces autoroutes est par exemple bien plus élevé qu’en Espagne, qu’en Allemagne, en Belgique.

On peut comparer le coût d'un aller Paris-Bordeaux à un trajet Berlin-Francfort ou Francfort-Munich ou Francfort-Hambourg: nos voisins allemands auront à payer 0 euros d’autoroute contre 50 euros en France.

Il n’est alors pas étonnant de constater que nos voisins allemands dépensent plus dans les restaurants: avec 50 euros on pourrait se payer un bon menu dans un restaurant en arrivant à Bordeaux ou une chambre d'hôtes!

Une autre stratégie pourrait être appliquée: celle de faire payer les touristes étrangers avec une vignette et d'offrir l'accès gratuit sur de plus grands tronçons d'autoroutes aux français.

Cela permettrait de doper l'économie touristiques et les trajets des automobilistes français tout en faisant payer ceux qui n'ont pas contribué au développement des infrastructures routières françaises avant leur libéralisation.

Les français pourraient ainsi bénéficier des investissements réalisés par leurs impôts sur certains tronçons financés par des sociétés d'économie mixte avant la libéralisation des autoroutes dans les années 70.

Car si l'on ajoute la multiplication des radars et la hausse croissante des recettes de l'état provenant de ceux-ci ne prend-t-on pas les automobilistes français pour des pigeons...voyageurs?

 

carte-autoroutes

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

Aller en haut