Etes-vous pour ou contre l'interdiction des véhicules thermiques en 2035?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Face aux problèmes de gestion de la demande, certains se posent des questions sur la nécessité d'une concurrence sur le réseau Eurostar comme notre journaliste Alex Mc Whirter...

Je fais des reportages sur Eurostar depuis 30 ans et jamais auparavant je n'ai vu cet opérateur ferroviaire incapable de faire face à la demande (hors Noël et Nouvel An).

La semaine dernière, j'ai rendu compte des problèmes affectant l'aviation européenne et j'ai écrit que l'industrie ferroviaire (en particulier les nouveaux entrants) était prête à résoudre les échecs de la première.

Depuis, les choses ont pris une mauvaise tournure.

Au moins deux opérateurs peinent à répondre à la demande alors que les clients désertent l'aviation. Je veux parler d'Eurostar et de Thalys, qui ne forment plus qu'une seule compagnie.

Dans les prochains jours, Thalys a peu de sièges disponibles sur ses services à haute fréquence entre Amsterdam-Bruxelles-Paris Nord.

Eurostar est submergé de clients. Consultez dès maintenant eurostar.com et vous verrez que la plupart des trains de Londres à Paris, Amsterdam et Bruxelles sont complets (dans toutes les classes) jusqu'à la fin de la semaine prochaine.

En effet dans les prochains jours presque tous les trains sont complets.

Tous les sièges vacants sont susceptibles d'être enBusiness Premier dont les prix aller simple (au moment de la rédaction) sont de 275 £ pour Paris, 276 £ pour Bruxelles et 299 £ pour Amsterdam.

Il est clair qu'il faut plus de capacité, mais Thalys manque de capacité. Elle n'a reçu aucun train supplémentaire depuis la fin des années 1990.

A l'inverse, Eurostar dispose de réserves de capacités.

La situation est critique entre Londres et Amsterdam où le quatrième aller-retour d'Eurostar est nécessaire en ce moment mais ne sera pas lancé avant septembre.

Depuis 2018, l'opérateur du tunnel sous la Manche Getlink (anciennement Eurotunnel) recherche de nouveaux concurrents pour Eurostar.

En 2018, Getlink a proposé un Eurostar « allégé » similaire à Ouigo de la SNCF (la SNCF est le propriétaire majoritaire d'Eurostar/Thalys). Plus récemment, Getlink a proposé d'acheter de nouveaux trains qui seraient loués à un nouvel opérateur. Il pourrait s'agir de l'espagnol Renfe qui veut briser le monopole Paris-Londres d'Eurostar.

Le directeur de Getlink, Jacques Gounon, a déclaré : « Eurostar est une société très bonne mais elle souffre de ne pas avoir de concurrence ».

Jusqu'à présent, les suggestions de Getlink sont tombées dans l'oreille d'un sourd.

Eurostar a mis au rebut la plupart de ses unités Alstom et il n'en reste qu'une poignée. Comme le note ALLRAIL (qui représente les nouveaux entrants ferroviaires) :

« Dommage tant de rames [d'Alstom] aient été mises au rebut inutilement ces dernières années ».

ALLRAIL continue en expliquant :

« [C'était] afin de réduire la disponibilité du matériel roulant du tunnel sous la Manche pour les opérateurs indépendants ».

Seuls certains trains peuvent emprunter le Tunnel sous la Manche et tous ces trains appartiennent à Eurostar. Cela démontre l'ampleur du problème.

  
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS