Partagez cet article :

Le CEO de Ryanair Michael O'Leary a déclaré que de nombreux grands aéroports européens courtisaient Ryanair à l'occasion de la convention du Business Travel, GBTA qui a eu lieu à Berlin cette semaine…

 heathrow-t2slipstream

A l'occasion d'un discours à la GBTA de Berlin, Michael O'Leary a admis que la compagnie était «arrivée tardivement» sur le marché du voyage d'affaires mais a indiqué qu'elle était prête et qu'elle visait désormais les grands aéroports dans le cadre de cette initiative.

«C'est une erreur de dire que les aéroports sont situés près des centres urbains, il n'y a qu'à voir Heathrow localisé dans le Middlesex» explique Michale O'Leary.

«Nous sommes arrivés tardivement sur ce marché mais maintenant nous cherchons à voler vers de plus grands aéroports, car ils nous le demandent…Même si nous transformons les aéroports où nous volons en aéroports de première importance. Standsted par exemple est l'aéroport de Londres le plus proche de Cambridge où l'on trouve de nombreuses sociétés de haute technologie qui nous utiliserons pour faire des affaires en » ajoute-t-il.

«C'est pourquoi nous ouvrons plus de bases dans des pays comme l'Allemagne…Il est devenu évident que les compagnies ne veulent plus payer 400 à 500 Livres pour un vol d'une heure» assène-t-il.

Le médiatique patron de Ryanair a admis qu'il avait du changer sa vision du Business Travel.

«Un des points qui a paralysé Ryanair dans ses premières années était que nous avions des relations qui fonctionnaient mal avec les GDS et les agences. Nous payions 20% pour la distribution, dont 10% sont aux GDS qui ne faisaient absolument rien, heureusement que c modèle a changé.

«Nous voulons dire aux entreprises : si Ryanair vous permet d'économiser  40-50% sur votre vol partagez ces économies avec votre agent de voyage» assure Michael O'Leary.Durant la conférence, des questions ont été posées sur les projets d'une low-cost long-courrier. Il a dit qu'il y avait des opportunités mais que rien n'arriverait avant 5 ans du fait du manque d'avions.

«Nous aurions besoin de 40 à 50 avions long-courriers pour débuter car il y a une opportunité pour des vols long-courriers à bas coûts. Si nous pouvions le faire nous balaierions le sol de nombreuses compagnies historiques et rabattrions les cartes; Cela marcherait mais nous devons voir grand, sinon cela ne décollera pas, c'est pourquoi des compagnies comme Norwegian,Wow et d'autres compagnies «Mickey Mouse» ne marchent pas» juge-t-il.

Le CEO de Ryanair a aussi parlé du mobile en le décrivant comme le secteur «le plus excitant de notre activité».

«Le mobile va révolutionner les voyages d'affaires dans les 5 prochaines années ce qui est l'un de plus grands challenges pour les GDS et les agents de voyage. Alors que l'activité de Ryanair se développe, il en de même pour les données disponibles dans nos système : nous pouvons envoyer des offres directes nos clients.

C'est pourquoi c'est un challenge pour les autres secteurs de l'industrie car nous allons créer des portails individuels pour nos grands clients corporate et nous le ferons avec nos agents de voyage. S'ils ne participent pas, nous les court-circuiterons comme nous avons fait dans le passé» assure-t-il.

Michal O'Leary a également révélé que le site web de la compagnie low-cost intégrerait un comparateur de tarifs à partir de l'an prochain.

www.ryanair.com

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: