Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 64 ans?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Refuser et s'abonner.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Nous avions parlé depuis déjà plusieurs semaines de la recrudescence épidémique dans des pays fortement vaccinés. L'Islande pourrait désormais privilégier l'immunité naturelle à l'image de la Suède et sortir d'une politique misant sur la vaccination massive...

Dans cet article nous vous parlions des pays fortement vaccinés où l'on note une recrudescence de l'épidémie de Covid comme à Malte, en Israël et en Islande...

Dans une interview pour la radio 103 FM, le Dr Kobi Habi directeur de l'hôpital Herzog (Jérusalem) cité par le journal Maariv.co.il a déclaré « aujourd'hui 90% des patients hospitalisés pour cause de Covid sont vaccinés, le vaccin se dissipe devant nos yeux en ajoutant cependant qu'il y a une baisse du nombre de malades graves hospitalisés».

Au contraire dans les pays où l'immunité naturelle semble la plus forte comme en Suède et où très peu de restrictions sur la vie quotidienne ont été appliquées, l'épidémie semble stabilisée.

Certains médecins n'hésitent pas à dire que la Suède en choisissant l'immunité naturelle collective c'est à dire en vaccinant la population à risque et en levant les restrictions pour les autres a choisi la bonne solution.

Le Royaume-Uni qui a levé la plupart des restrictions au Covid mi juillet a également choisi cette voie.

La France fait le choix depuis quelques jours de s'enfoncer dans une politique ségrégationniste et restrictive alors que l'exemple suédois devrait au contraire l'inspirer.

La Suède qui n'a pas confiné comme en France et a très peu limité la marche de la société a eu raison comme l'estime le Pr Eyal Shahar, Professeur émérite de santé publique à l'université d’Arizona, médecin à l'université de Tel-Aviv, Israël) et professeur d’épidémiologie à l'université du Minnesota.

« Les mesures de confinement et de panique n’étaient pas fondées, n’ont rien empêché et ont causé des dommages indescriptibles à la société. Les statistiques suédoises nous disent, sans équivoque, que dans une grande partie du monde, des vies ont été perdues et des moyens de subsistance ont été détruits – en vain ». Selon les données du National Board of Health and Welfare suédois il y a eu 5,441 morts par million en 2020-2021 contre 5,544 morts par million en 2017-2018 lors d'une forte épidémie de grippe.

En plus du Royaume-Uni et la Suède, l'Islande pourrait rejoindre le club des pays qui misent sur l'immunité collective naturelle alors que 93% des personnes de plus de 16 ans sont vaccinés et que l'épidémie flambe.

L'épidémiologiste propose de vacciner les personnes à risque et de laisser le virus se diffuser dans la population non fragile

Þórólfur Guðnason, l'épidémiologiste en chef islandais estime dans le quotidien islandais Visir (NDLR: cet article a été repris par les Echos ce qui montre que les riches français commencent à s'inquiéter des décisions prises par E.Macron) que « la capacité des vaccins à empêcher une réinfection des personnes inoculées est bien trop faible et qu'il faudrait laisser les gens se contaminer naturellement afin d'obtenir à terme l'immunité collective... L'immunité collective doit être atteinte via la transmission du virus ». Selon lui « l'objectif ne doit plus être à ce point d'éradiquer le virus de la société » alors que l'« l'immunité collective n'a pas pu être atteinte via la vaccination ».

Il conseille bien évidemment de « suivre attentivement les groupes vulnérables que les vaccins protègent des formes graves de la maladie ». En fait il conseille de faire ce que l'on a toujours fait avec les coronavirus (NDLR : le virus de la grippe est un coronavirus tout comme le Sars-Cov-2) : vacciner les personnes à risque (plus de 65 ans et/ou avec comorbidités) et laisser le virus se diffuser dans la population non à risque. Comme la grippe le virus mute et il sera impossible de vacciner à vie l'ensemble d'une population avec une infinité de variants...Israël semble avoir également décidé de suivre le même chemin : « le gouvernement a décidé de vivre avec le virus. On doit accepter dans une épidémie que des personnes puissent tomber malades et éventuellement mourir  » a déclaré le Ministre de l'intérieur ce jour.

Rappelons que l'Islande est l'un des pays les plus vaccinés au monde alors que 69% de l'ensemble de la population est vaccinée, soit bien plus qu'en France.

« Espérer un bouclier vaccinal complet est un leurre », comme l'est le pass sanitaire

Cela a été confirmé par Sir Andrew Pollard, directeur de l’Oxford Vaccine Group cité par Le Parisien de ce jour (brève de 14H le 10/08/2021). Il a estimé que l’immunité collective n’est « pas possible » avec le variant Delta. Le professeur a déclaré lors d’une session du groupe multipartite sur le coronavirus en Grande-Bretagne : « nous savons très clairement qu’avec le coronavirus, la variante actuelle, la variante Delta, continue d’infecter les personnes qui ont été vaccinées et cela signifie que toute personne qui n’est pas encore vaccinée, à un moment ou à un autre, rencontrera le virus ». Espérer un bouclier vaccinal complet est donc un leurre, comme l'est le pass sanitaire, CQFD

En attendant en ce mardi 10 août, en Suède, on comptait 0 nouveaux cas le 10 août 2021 et 0 décès.A chacun de faire le parallèle avec le niveau de l'épidémie et des libertés en France...

N.B D'autres pays ont choisi de miser sur des médicaments prophylactiques comme l'Inde. En Inde d'où provient le variant indien renommé depuis Delta, le nombre de nouveaux cas a fortement baissé ces dernières semaines de même que les décès comme le montrent les données de Politologue. Le pays est pourtant très peu vacciné avec 8,19% de la population ayant reçu deux doses. Le gouvernement a choisi de traiter les malades avec des dizaines de millions de doses d'Ivermectine en prophylaxie pour réduire le nombre de cas, ce qui semble avoir fonctionné au regard des chiffres indiens. Une étude est en cours à Oxford pour évaluer l'Ivermectine selon The Telegraph.

  

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 64 ans?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS