Partagez cet article :
UN avion de LATAM

LATAM a déposé cette semaine une demande de protection au titre du chapitre 11. Cette procédure lui permettra de poursuivre ses opérations tout en se protégeant de ses créanciers et en se restructurant.

Le groupe LATAM comprend des filiales au Chili, au Pérou, en Colombie, en Équateur et aux États-Unis qui ont toutes déposé une demande de protection volontaire dans le cadre du processus de réorganisation financière du chapitre 11 américain. (Les filiales de LATAM en Argentine, au Brésil et au Paraguay ne sont pas incluses dans le dossier.)

Le groupe affirme que son intention est de «transformer son activité pour maintenir une position de leader dans l'aviation latino-américaine dans l'ère post COVID-19».

«Ce processus de réorganisation donne à LATAM l’occasion de travailler avec les créanciers du groupe et les autres parties prenantes pour réduire sa dette, accéder à de nouvelles sources de financement et continuer à fonctionner, tout en permettant au groupe de transformer son activité dans cette nouvelle réalité» a indiqué LATAM dans sa déclaration.

Dans le cadre de cette procédure, les actionnaires existants Cueto Group et Qatar Airways ont engagé un financement supplémentaire de 900 millions de dollars pour permettre à la compagnie aérienne de « continuer à voler sans impact sur les opérations de passagers ou de fret, les réservations, les bons ou les miles LATAM Pass »

Le processus de réorganisation financière du chapitre 11 permettra à LATAM de tenter de «redimensionner ses opérations dans le cadre du nouvel environnement de la demande et de réorganiser son bilan, lui permettant ainsi d'émerger plus agile, résiliente et durable».

 « LATAM est entré dans la pandémie de COVID-19 en tant qu'un groupe de compagnies aériennes sain et rentable, mais des circonstances exceptionnelles ont conduit à un effondrement de la demande mondiale et ont non seulement entraîné l'aviation à un point mort virtuel, mais elles ont également changé l'industrie...Nous avons mis en œuvre une série de mesures difficiles pour atténuer l'impact de cette perturbation sans précédent de l'industrie, mais en fin de compte, cette voie représente la meilleure option pour jeter les bases de l'avenir de notre groupe de compagnies aériennes. Nous envisageons un avenir post-COVID-19 et nous nous concentrons sur la transformation de notre groupe pour l'adapter à une nouvelle façon de voler, la santé et la sécurité de nos passagers et employés étant primordiales » a déclaré Roberto Alvo, PDG de LATAM.

LATAM et ses filiales sont également en discussion avec leurs gouvernements respectifs du Chili, du Brésil, de la Colombie et du Pérou pour trouver des financements supplémentaires.

En 2019, le groupe a transporté un record de 74 millions de passagers, 5,4 millions de plus qu'en 2018, et a lancé 26 nouvelles routes.

LATAM a tenu à distinguer le chapitre 11, «processus de réorganisation», du concept de «quiebra», de «bancarrota» ou de liquidation.

«LATAM a l'intention de s'appuyer sur une procédure spécifique qui lui permettra de payer ses employés, de respecter ses obligations en matière d'avantages sociaux, de payer ses fournisseurs critiques et de mener d'autres opérations commerciales quotidiennes pendant que le groupe travaille avec le tribunal et les créanciers pour résoudre son cas. Avec la protection du chapitre 11, l'équipe de direction du groupe restera en place et continuera de diriger LATAM tout au long du processus de réorganisation et de transformation. »

Le groupe a indiqué que la plupart de ses dettes sont détenues aux États-Unis. Bien que la plupart des sociétés affiliées à LATAM soient incluses dans le processus de réorganisation, plusieurs entités ne le sont pas, «en raison de la nature de leur structure d'endettement et de leur situation financière actuelle».

Le groupe déclare qu'il «comprend que ses employés du monde entier, leurs familles, ses fournisseurs et clients ont de nombreuses questions». LATAM a mis en place un site Internet spécifique : http://www.latamreorganizacion.com/ où le public peut s'informer.

En avril dernier LATAM avait annoncé réduire ses vols de 95% et a prolongé la suspension de ses vols internationaux notamment vers l'Europe jusqu'à fin mai. Elle avait alors déclaré que les effets de l'épidémie «sont plus profonds et dureront plus longtemps que prévu initialement». En mai LATAM a licencié 1400 employés dans ses filiales au Chili, en Colombie, en Equateur et au Pérou. Elle a par ailleurs mis en place un programme de départs volontaires à la retraite pour quelque 800 personnes.

LATAM s'est donc mise sous la protection de la loi des faillites américaine, le Chapitre 11, car elle a beaucoup de créanciers aux Etats-Unis. Il y a quelques jours, la société de location Hertz s'est également mise sous la protection du CHapitre 11.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOTRE MAGAZINE EN FAISANT UN DON : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: