Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Booking.com

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Partagez cet article :

De nombreuses fédérations de commerçants viennent de publier un communiqué commun demandant la réouverture des petits commerces. Les centre-villes sont déserts dans de nombreux petites villes suite à la décision liberticide de reconfiner...

Rappelons que le gouvernement n'autorise que la vente de biens essentiels ce qui s'apparente à une gestion collectiviste comme au temps de l'ex URSS.

Suite à la fronde des commerçants, les grandes surfaces devront fermer leurs rayons de biens non essentiels à partir de ce mardi. Mais cela n'empêchera pas Amazon de vendre tous types de biens. Ce qui est une entorse aux lois de la concurrence flagrante ainsi qu'aux lois de la République sur le libre commerce.

Il est à noter d'ailleurs qu'alors que tous les restaurants français ont fermé, la plupart des MC Donalds restent ouverts faisant de la vente à emporter.

Le confinement global augmente la mortalité

Rappelons que le confinement total d'un pays n'est pas recommandé par l'OMS et qu'une étude britannique vient de conclureque le confinement aurait tendance à augmenter encore plus le nombre de morts. 

Les médecins concluent que des mesures de protection ciblées sont bien plus efficaces comme par exemple pour les personnes à risque qui sont bien connues aujourd'hui : moyenne d'age des décès de 81 ans avec 65% d'hommes, souffrant de diabète, d'obésité de maladies cardiovasculaires.

Le document reconnaît que l’approche du gouvernement a été « très efficace » pour atteindre son objectif, c’est-à-dire « réduire la demande immédiate de lits dans les unités de soins intensifs ». Toutefois, elle l’est « au prix d’un plus grand nombre de décès à long terme » indique une étude de l'Université d'Edimbourg. La doctrine du confinement français se révèle donc non valable.

Un lettre de médecins anglais indique par ailleurs que selon des données officielles, « un total de 30 260 décès supplémentaires ont eu lieu dans des maisons privées depuis mars, alors que moins d’un décès sur dix est dû au Covid-19 ».

Avant de penser à confinement il aurait déjà fallu prendre des mesures ciblées comme des tests PCR généralisés aux Frontières

Avant de penser à mettre en place des mesures plus ciblées qu'un confinement général il aurait été obligatoire d'exiger des tests PCR pour tous les européens pour entrer en France ce qui n'est toujours pas le cas aujourd'hui.

L'Allemagne de son côté, qui gère bien mieux la crise sans l'instrumentaliser pour mettre en place des mesures liberticides, l'Allemagne donc exige des tests PCR pour les personens venant de zones à risque comme le préconise l'UE depuis fin août! (voir la France reconfine mais laisse entrer les européens contaminés)

Nous reproduisons ci-dessous l'intégration du communiqué des fédérations profressionnelles :

« En réponse à la dégradation de la situation sanitaire, le Président de la République a décidé la mise en place d'un nouveau confinement entre le 29 octobre et le 1er décembre 2020. Ce confinement contraint à la fermeture des rayons et des magasins de produits dits « non essentiels ».

C'est ainsi tout un pan majeur de notre économie qui est de nouveau mis à l'arrêt pour la deuxième fois en quelques mois ! Commerces de l'habillement, de la chaussure, de la culture, de l'électroménager, du multimédia, du meuble, du sport, du jouet, de l'optique, de la beauté, de la parfumerie, de la bijouterie-horlogerie, des arts de la table, de fleurs, de la coiffure, etc., ce sont plusieurs centaines de milliers de points de vente à travers la France et plus de 1,2 million d'emplois salariés et d'indépendants qui sont aujourd'hui menacés !

C'est pourquoi nous demandons solennellement au Gouvernement de rouvrir tous les commerces dès le 13 novembre et de mettre en œuvre de véritables mesures de soutien bénéficiant à l'ensemble de ces entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur.

Si nos organisations et fédérations signataires comprennent l'importance de la lutte contre la crise sanitaire, elles dénoncent une décision de fermeture injuste, inéquitable et lourde de conséquences économiques, sociales et territoriales.

Injuste car les commerces ont, depuis le 11 mai dernier, mis en place toutes les mesures permettant d'assurer la sécurité des collaborateurs et des consommateurs. Masque, gel, distanciation sociale, limitation du nombre du clients, isolement des produits... Grâce à ces efforts, nous savons que nos commerces ne sont aujourd'hui pas responsables de la propagation du virus.

Inéquitable car en privant le commerce physique de sa pleine activité, elle laisse le champ libre à la seule vente à distance et fait des géants internationaux les grands gagnants de cette crise. Les ventes en ligne ne représentent en moyenne que 10% de l'activité des commerces de détail. Par conséquent, les solutions alternatives mises en place - click and collect, prise de rendez-vous, livraison - permettront seulement de maintenir une part résiduelle de l'activité des points de vente mais en aucun cas elles n'assureront la survie des commerces.

Cette décision de fermeture aura donc des conséquences économiques, sociales et territoriales dramatiques. Plus elle durera, plus nombreux seront les risques de suppression de magasins et d'emplois. La période des fêtes de Noël - la plus importante pour la plupart des commerçants - représente entre 20% et 60% du chiffre d'affaires de l'année. Faute de pouvoir réaliser leur activité, et dans une situation financière déjà extrêmement fragile après 8 mois de crise sanitaire, la survie de milliers de commerçants est menacée, ainsi que des centaines de milliers d'emplois à travers toute la France. Le risque de la disparition massive des commerces est réel, aussi bien dans les petites et moyennes villes que désormais dans les grandes agglomérations. Toutes souffrent des mêmes maux : fermeture, mouvements sociaux, télétravail, absence de tourisme, politique d'aménagement défavorable à l'accès aux commerces... Plus que jamais, nous tirons la sonnette d'alarme : la vitalité et la force du lien social dans nos territoires sont en danger !

Dans ces conditions, le succès de la lutte contre la Covid-19 repose tout autant sur l'efficacité des mesures sanitaires que sur son acceptabilité collective. Les décisions prises ne peuvent être acceptées que lorsqu'elles sont comprises et ressenties comme justes par tous. Force est de constater que ces conditions ne sont aujourd'hui pas réunies et que les inégalités et les incompréhensions restent criantes.

C'est la raison pour laquelle, nous vous demandons solennellement de rouvrir dès le 13 novembre l'ensemble des commerces dans un cadre responsable et équitable. Cette solution est la seule possible !

Faute de vaccin disponible à court terme, que ferons-nous si dans les prochains mois une 3ème ou une 4ème vague de propagation de la Covid-19 survient ? Devrons-nous à nouveau fermer ? Revivrons-nous une nouvelle fois ce jour sans fin ? Non, les commerces ne survivront pas à ces fermetures successives. Le Président de la République l'a dit : nous devons apprendre à vivre avec le virus. Et nous ajoutons, nous devons apprendre à commercer avec le virus !

Au moment où les Français commencent leurs achats de Noël, il est plus que jamais essentiel de mettre en œuvre, ensemble, les moyens les plus adaptés pour accueillir les clients en toute sécurité. Cela suppose une réouverture responsable des points de vente pour permettre à une partie des Français d'anticiper leurs achats et de ne pas les concentrer sur les toutes dernières semaines de l'année. Nous sommes prêts à travailler avec le Gouvernement au renforcement, lorsque cela est possible, des règles sanitaires.

Ce sauvetage du commerce suppose également des mesures d'accompagnement à la hauteur des enjeux compte tenu d'une fin d'année à très haut risque.

Si nous saluons le renforcement de certaines mesures annoncées par le Gouvernement, il n'est pas acceptable que des milliers d'entreprises soient toujours exclues de ces dispositifs. Tous les commerces qu'ils soient ouverts ou fermés subissent les décisions prises pour lutter contre la crise. Au-delà des seules TPE, des centaines de réseaux de magasins, PME et ETI, sont en danger, quelle que soit leur taille ou leur organisation juridique. Comme l'a dit le Premier ministre, « les mesures d'indemnisation les plus larges seront mises en place car les commerçants n'y sont pour rien, c'est une question d'éthique ».

Nous demandons donc au Gouvernement d'étendre sans délai les mesures de soutien à l'ensemble des commerces, quelle que soit leur taille ou leur secteur. Cette règle vaut aussi bien pour les loyers, le fonds de solidarité, les charges sociales ou encore les prêts participatifs. Au-delà de l'État, les banques et les assurances doivent également prendre toute leur part à cette crise : les prêts garantis aux entreprises doivent être octroyés autant que de besoin et les délais de remboursements étendus. Les pertes d'exploitations subies par les commerces doivent être indemnisées.

Bien avant le plan de relance, c'est un plan massif de survie pour les commerces et leurs emplois qu'il est urgent de mettre en œuvre !

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: