Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 64 ans?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Refuser et s'abonner.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

La menace de fermer la frontière avec l’Espagne de la part du Premier Ministre est une annonce négative alors que l’on parle de solidarité en Europe…

L’Europe vient de trouver un accord pour un vaste plan de relance via la dette soit disant un signe de solidarité envers les pays du sud.

Pourtant dans les faits, les annonces effectuées récemment par la France sont peu solidaires vis à vis de l’Espagne.

Ainsi le Premier Ministre n’a pas exclu récemment de fermer la frontière avec l’Espagne en disant « surveiller de très près » la situation sanitaire, « un sujet dont il faut discuter avec les autorités espagnoles ».

Une déclaration qui a fait paniquer de nombreux touristes français se rendant en Espagne comme l'indique LCI et une manière pour la France d’inciter ses citoyens à rester chez eux alors que l’Espagne compte sur le tourisme pour redresser son économie. Une vision très égoïste du tourisme en pleine haute saison !

Frontières ouvertes avec le Maroc ou l'Algérie où l'épidémie se développe

Une déclaration qui n’est pas très solidaire et qui est incompréhensible alors qu’aucune déclaration n’a été faite concernant l’Algérie, un pays avec lequel nos frontières ont été rouvertes et qui est en pleine recrudescence épidémique également (607 nouveaux cas le 20 juillet) ou même le Maroc (326 nouveaux cas le 20 juillet).

D’ailleurs de nombreux cas importés du Maghreb ont été récemment détectés par les hôpitaux parisiens. Mais là aucune déclaration évidemment pour ne pas froisser une partie de l’électorat…

Une déclaration que l'on comprend d'autant plus mal alors que les autorités espagnoles ont mis en place des mesures drastiques pour les zones où il y avait recrudescence de l'épidémie.

Ainsi à Barcelone les habitants ont été appelés à rester chez eux et les rassemblements de moins de 10 personnes ont été interdits. Le gouvernement régional de la Catalogne a également annoncé la fermeture des cinémas, des théâtres, des discothèques, la limitation à 50% d'accueil dans les bars et l'interdiction des réunions de plus de 10 personnes. Cela n'empêche pas la vie de se poursuivre normalement dans les autres régions. Sans compter qu'en Espagne les habitants portent des masques dans les espaces publics depuis longtemps au contraire de la France comme l'a fait remarquer une de nos journalistes de retour de Séville en juin.

D'ailleurs, plutôt que de faire peur aux gens il serait plus simple de faire des tests et d'isoler les malades comme dans les pays d'Asie.

Plutôt que de menacer de fermer la frontière pourquoi ne pas contrôler les voyageurs?

Plutôt que de brandir la menace d'une fermeture de frontière au sein de la zone Schengen, des solutions simples pourraient exister : il suffirait de tester les gens de retour d'Espagne. On demanderait aux visiteurs de présenter leur passeport à la frontière lors de leur entrée en territoire espagnol et un test nasal pourrait être effectué à leur retour.

La fermeture des frontières était nécessaire au début de l'épidémie pour stopper d'urgence la dissémination du virus ou pour les pays avec un très fort taux de contaminés, mais aujourd'hui en Europe on devrait être capable de tester, tracer et isoler les malades.

L'Espagne ne compte que 2 décès par jour du Coronavirus le 20 juillet contre 25 en France mais il est vrai qu'il y a eu une forte augmentation du nombre de cas à 4581 le 20 juillet !

Taïwan a prouvé que l'on pouvait avoir très peu de cas sans confiner la population, mais ne rêvons pas nous sommes en Europe, un continent en voie de sous-développement où pendant le confinement les masques étaient une denrée rare, les tests inutiles et les contrôles de santé et aux frontières inexistants...

L'ancien directeur de l'institut d'immunologie de l'université de Berne dans le magazine Weltwoche  a d'ailleurs critiqué la communication de peur autour du Coronavirus en disant qu'il était uniquement nécessaire de protéger les plus de 65 ans et que de nombreuses personnes avaient acquis une immunité comme pour la grippe.

  

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 64 ans?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS