Partagez cet article :

Une nouvelle épidémie Ebola sévit actuellement en République Démocratique du Congo…

Ces dernières semaines, une épidémie du Virus Ebola a débuté dans la province de l’Equateur en République Démocratique du Congo.

L’épidémie s’est déclaré à Bikoro à 150 km au sud de la capitale de la province : Mbandaka. Au cours des dernières semaines ont a constaté 17 décès dus à la maladie et 21 cas de fièvre ont été déclarés. « L’Institut national de recherche biomédicale-INRB-de la République Démocratique du Congo a déclaré positifs deux cas de fièvre hémorragique sur les cinq échantillons provenant de cette zone de santé» indique Médecins sans Frontières.

Une équipe de l’UNICEF a été détachée su place pour étudier l’étendue de l’épidémie : une équipe du pool d’urgence de MSF au Congo a également été envoyée.

Il s’agit de la 9ème épidémie Ebola du Pays. L’OMS juge élevé le risque de propagation de l’épidémie en République Démocratique du Congo.

Du 8 au 10 mai, un décès a eu lieu et on a noté 11 cas de fièvre hémorragique. L’OMS a précisé qu’elle s’attendait au pire des scénarios. Au final l’OMS estime le 13 mai à 39 le nombre de personnes touchées par des fièvres dues au virus Ebola (2 confirmés, 20 probables dont 18 morts et 14 cas suspects ).

L’OMS travaille avec le gouvernement et des partenaires clés don’t Médecins Sans Frontières, WFP, the International Federation of the Red Cross and Red Crescent Societies, UNICEF, UNOCHA, MONUSCO, IOM, Africa CDC and US-CDC pour renforcer la coordination pour faire face à l’épidémie au niveau national dans la zone affectée de Bikoro.

« On sait ce qu’Ebola peut faire. C’est une maladie qui tue, qui peut tuer très vite, qui peut tuer jusqu’à 90% de ceux qui sont infectés. Donc on sait que c’est essentiel d’arriver vite, de monter une opération rapide, mais aussi robuste, pour essayer de contenir la population du virus. Vous allez vous rappeler que l’année dernière, à peu près au même moment, il y avait une épidémie d’Ebola dans une autre partie de RDC, à Likati. Et là, on avait réussi à fermer cette épidémie assez rapidement, sans beaucoup de dégâts. Donc on va essayer de faire de la même manière cette fois-ci, mais c’est difficile de faire des prédictions. Il faut déjà arriver sur le terrain, voir quelle est la situation épidémiologique, quelle est l’ampleur, et puis décider des mesures à prendre pour mettre toutes les chances de notre côté » a déclaré Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS à Genève.

  
NE MANQUEZ AUCUNE INFORMATION : JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER!
DISCUTEZ DE CET ARTICLE, DONNEZ VOTRE AVIS, DONNEZ-NOUS UNE INFORMATION: CREEZ UN SUJET DANS LE FORUM
Aller en haut
Web Analytics