Partagez cet article :

 Plusieurs syndicats s’inquiètent des recommandations du rapport Spinetta comme le désengagement de l’Etat au profit des régions ou la fin du statut des cheminots.

Selon le rapport de l'ancien président d'Air France Jean-Cyril Spinetta, la « situation du transport ferroviaire est préoccupante» et ses « performances ne sont pas satisfaisantes, en termes de régularité, de gestion ».

Le rapport Spinetta préconise de transformer SNCF Mobilités et SNCF Réseau en sociétés anonymes à capitaux publics pour réduire les liens qui l’unissent à l’Etat, veut mettre fin au statut de cheminot ou incite à fermer de nombreuses lignes de Province peu fréquentées.

« Il parait impensable de consacrer près de 2 milliards d’euros à seulement 2% des voyageurs » estime le rapport.

Le rapport préconise de suspendre l'extension du réseau TGV

Il préconise également la fin de l’extension du réseau TGV très couteux en faveur d’un renouveau des lignes plus anciennes comme Paris-Lyon, Paris-Tours ou Paris-Lille.

« Avec l'ouverture en 2017 de 700 kilomètres de lignes nouvelles, le réseau à grande vitesse français peut être considéré comme abouti. Poursuivre cet effort de développement entraînerait le TGV au-delà de sa zone de pertinence économique, c’est-à-dire les dessertes de très grandes agglomérations avec des trajets durant jusqu’à trois heures : il faudrait alors toujours plus de concours publics, pour une utilité collective toujours plus faible » note le rapport.

D'autant que de nombreux français sont demandeurs de liaisons ferroviaires abordables alors que les tarifs du TGV sont inaccessibles pour une certaine partie de la population d'où le développement de l'offre de TGV low-cost OUIGO.

Jean-Cyril Spinetta estime également que le fret ferroviaire doit être filialisé alors que cette activité a été recapitalisée en 2005.

L'activité de transport de marchandises est en déficit chronique de plus de 4 milliards d'euros.

Mais le plus épineux problème pointé par le rapport reste la dette de la SNCF qui atteint 46 milliards fin 2017 : un point plus consensuel.

Cette dette est rattachée à SNCF Réseau. Le rapport estime nécessaire un retour à l’équilibre du gestionnaire d’infrastructure sans expliquer comment dans le détail.

La dette de SNCF Réseau est insoutenable et se creuse chaque année d'environ 3 milliards.

Les syndicats s'opposent à la suppression des lignes non rentables

Les points les plus critiqués du rapport par les syndicats sont bien évidemment la fin du statut de cheminot mais aussi la suppression des lignes non rentables en Province. Le rapport estime que l'économie liée à la fermeture des petites lignes pour le système atteindrait au minimum 1,2 milliard d'euros annuels (500 millions d'euros pour l'infrastructure et 700 millions pour l'exploitation des trains).

« A un paradoxe unique en Europe, qui consiste à dépenser chaque année plus de 15% des concours publics alloués au transport ferroviaire pour moins de 2% des voyageurs, là où la route permettrait d’offrir des services comparables pour un coût beaucoup moins élevé, et alors même que des investissements utiles ne sont pas réalisés faute de moyens ; cette mauvaise allocation des ressources pèse là aussi sur les usagers du réseau principal, et sur les contribuables » pointe le rapport.

Même si certaines lignes font sans doute doublon par rapport à la route alors que le réseau a été pensé au XIXème et XXème siècles, certaines participent aussi fortement à l'aménagement du territoire de régions enclavées comme la Creuse, la Lorraine, la Haute-Marne, le centre du pays...Les syndicats n'ont pas tardé à réagir.

sncfreseau2017

« À travers ces recommandations, c’est bel et bien la fin du service public ferroviaire de transport qui est sur les rails avec le désengagement de l’État au profit des régions de l’ensemble des lignes dites « non-structurantes » et la fermeture envisagée de plus de 9.000 Kms de voies ferrées. Bien loin de l’image que veut donner le président Macron sur le développement durable et l’écologie, ces décisions vont entraîner immédiatement la mise à mort du Fret Ferroviaire, dont le réseau dit « capillaire » est emprunté par presque 40% des trafics. Les rapports n’ont jamais fait rouler les trains ; le rapport Spinetta, pas plus que les précédents, ne solutionne pas le problème de la dette issu de 30 années de politique des transports de l’État. Au contraire, en validant le principe posé du coût complet payé par l’usager, on peut légitimement s’attendre à une hausse des prix du transport ferroviaire. Le train est déjà fortement défavorisé par la concurrence du transport routier qui ne paie pas l’ensemble de ses coûts externes et bénéficie d’avantages fiscaux ; pourtant personne n’envisage une remise en cause. La Fédération SUD-Rail continue de revendiquer une reprise complète de la dette et des travaux de régénération des voies et installations par l’État, ainsi qu’un programme législatif en faveur d’un report modal de la route vers le rail, mesures qui garantiraient l’avenir du système public ferroviaire ! » estime de son côté le syndicat SUD Rail.

Au final, espérons que la sagesse s’impose, la suppression des lignes non rentables ne devant pas être automatique avec cette question primordiale : lesquelles relèvent d'un service public nécessaire ?

A l’heure du développement durable, le réseau ferroviaire pourrait aussi être un moyen de développer de nouvelles zonnes économiques rurales et de réaménager le territoire alors que de nombreuses régions de province sont en voie de paupérisation (voir à ce titre notre article le Blues des hôtels de Province). La France a la chance de bénéficier d'un immense territoire très riche au niveau agricole : pourquoi ne pas repenser l'aménagement démographique du territoire. D'autant que les grands succès industriels de ces dernières années comme Airbus, Michelin ou Legrand ont leur base en région.

Les autres préconisations du rapport comme la fin du tout TGV et la restructuration de la dette semblent plus logiques.

Au niveau de l'ouverture à la concurrence, une obligation légale de la France qui doit transposer dans sa loi les directives européennes, le rapport estime que le processus devrait débuter en 2019, avec l'arrivée d'opérateurs concurrents de la SNCF sur le réseau français à partir de 2021.

A Suivre…

http://www.arafer.fr/

https://sudrail.fr/Rapport-Spinetta

  

NEWSLETTER

Cet article vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveller France : actualités, reportages, tests, ...


NEWSLETTER

Cet article vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveller France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?

AGENDA

Du 06/1/2019 au 01/3/2019
Carnaval des Oranges, Ivrea, Italie
Du 17/1/2019 au 03/2/2019
Celtic Connection, Glasgow
Du 26/9/2018 au 21/1/2019
Eblouissante Venise, Grand Palais, Paris
Du 27/11/2018 au 07/4/2019
Fendre l'air, Quai Branly, Paris
Du 07/4/2018 au 24/3/2019
Hugo Pratt, lignes d’horizons, Musée des Confluences, Lyon
Du 22/1/2019 au 25/1/2019
Forum de Davos, Suisse
Du 24/1/2019 au 27/1/2019
Festival de la Bande Dessinée Angoulême, France
Du 27/1/2019 au 10/3/2019
Carnaval de Santa Cruz de Tenerife
Du 27/1/2019 au 27/1/2019
Grand Prix d'Amérique
Du 28/1/2019 au 28/1/2019
Festival Dinagyangsailoilo, Iloilo, Philippines

SECURITE

18 janvier 2019

  • Indonésie

    Forts vents, pluies violentes et risques de vagues De fortes pluies accompagnées de vents violents et de vagues pouvant atteindre 4 mètres frappent, depuis quelques semaines, l'archipel indonésien. Les conditions climatiques restent préoccupantes dans plusieurs régions et l'agence de météorologie indonésienne (BMKG) émet régulièrement des alertes. Les autorités locales appellent à la plus grande vigilance sur les conséquences de ces phénomènes qui peuvent occasionner des glissements de terrain, des (…)

  • Inde

    Manifestations à Calcutta Une manifestation politique avec organisation d'un défilé dans les rues de la ville est prévue le 19 janvier. Des perturbations importantes sont attendues dans les transports et la circulation toute la journée. Il est recommandé de faire preuve de prudence : éviter les lieux de rassemblement, limiter les déplacements au strict nécessaire et se tenir régulièrement informé de l'évolution de la situation. Manifestations dans les États du Kerala et du Tamil Nadu L'entrée de deux (…)

  • Vénézuéla

    Manifestations Des appels à manifester ont été lancés pour le 23 janvier 2019. Compte tenu du risque de blocages et de troubles à l'ordre public, reportez les déplacements vers le Venezuela jusqu'à la fin du mois de janvier. Sur place, tenez-vous à l'écart des manifestations, limitez vos déplacements au strict nécessaire le 23 janvier, faites des stocks d'approvisionnement et tenez-vous régulièrement informé de la situation. Séisme de magnitude 5,6 au nord-est de San Diego (État de Carabobo) Un séisme de (…)

Aller en haut