Partagez cet article :

adagio-residences-hotelieresLa marque de résidences hôtelières Adagio a décidé de mettre l’accent sur l’international en cette fin 2013 avec un fort focus sur le Brésil et le Moyen-Orient.

Trois question à Jérôme Navarre, directeur du développement chez Adagio.

 

Business Traveller France: quelles sont les ouvertures prévues dans les prochains mois? Allez-vous vous implanter en Asie?

Jérôme Navarre: en France, nous avons ouvert une résidence au Havre, une autre à Paris d'ici fin décembre et une résidence à Clichy en janvier-février 2014.

A l'étranger, nous allons inaugurer 2 résidences aux Emirats Arabes Unis, à Dubaï et Abu Dhabi, 1 résidence à Rome, 1 autre à Cologne en Allemagne ainsi que 7 résidences au Brésil fin 2013.

Au Brésil, c’est une opportunité car nous allons reprendre des établissements Mercure Appartements mais cela se justifie également par la forte demande du marché pour les résidences hôtelières.

Concernant l’Asie, nous n’avons pas encore décidé d’y aller.

Notre fort développement à l’interntional cette année s’explique par l’histoire du groupe: Adagio est détenu à 50% par Pierre&Vacances et à 50% par le groupe Accor.

Lors de la création de la marque en Pierre&Vacances voulait s’appuyer sur le groupe Accor pour mieux commercialiser ses résidences hôtelières et les ouvrir sur l’international.

Alors que nous étions très présent en France jusqu’à présent, nous avons décidé d’investir fortement à l’international en 2013. 

D'ici 2016, nous comptons totaliser 150 résidences contre une centaine aujourd'hui et un chiffre d'affaires d'environ 200 millions d'euros.

jerome-navarre-adagioBusiness Traveller France: comment expliquez-vous le fort développement international des marques de résidences hôtelières ? En quoi le Business Model est-il différent de celui d’un hôtel?

Jérôme Navarre: les destinations lointains génèrent plus de moyens et longs séjours.

Les groupes américains ont fortement développé cette offre chez eux avant de penser à l’international comme le groupe Marriott.

Tous les grands groupes hôteliers veulent avoir une marque forte sur ce segment.

Concernant le Business Model, il est très différent de celui d'un hôtel car nous ne cherchons à vendre plus cher nos appartements mais plus longtemps.

C'est pourquoi nous ne recrutons par forcément d'anciens directeurs d'hôtels.

Cette activité est en outre plus rentable car à taille équivalente nous avons moins de frais de personnel, de charges d’exploitation qu'hôtel.

Business Traveller France: certains voyageurs délaissent-ils les hôtels au profit des résidences hôtelières? Quelles sont les demandes des voyageurs?

Jérôme Navarre: non, nous ne constatons pas cette tendance.

Nous comptons toujours environ 20% de nuitées de 3 nuits ou moins sur le total, un pourcentage qui n’a pas évolué ces dernières années.

Concernant les demandes de notre clientèle, le besoin de connectivité est très important pour nos clients: l’accès Internet est un must aujourd’hui. Nous proposons en sus une option payante de petit-déjeuner buffet.

http://www.adagio-city.com

  

DISCUTEZ DE CET ARTICLE, AJOUTEZ UNE INFORMATION: CLIQUEZ SUR CE LIEN

NEWSLETTER

Cet article vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveller France : actualités, reportages, tests, ...


Aller en haut