Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Airbus: le confort des sièges est critique

jal-nouvelle-eco-b777-sky-wider

Les passagers s’intéressent de plus en plus à la qualité du siège avant de réserver des vols long-courriers et sont même prêts à payer plus en classe éco selon une étude réalisée par Airbus.

54% des passagers ont confié à Airbus que le siège était d’une importance critique et 41% sont même prêts à payer plus en classe éco pour profiter d'un siège plus confortable lors d'un vol long-courrier.

Par contre seulement 5% des passagers seraient prêts à payer un surclassement pour voyager plus confortablement.

Les passagers cherchent à sinformer avant de prendre l'avion: ainsi, 34% des passagers assurent consulter des sites webs spécialisés pour trouver le meilleur rapport qualité-prix avant de réserver.

Manque de sommeil, mal de dos/jambes: le prix à payer pour l'inconfort

Lors d’un vol les principales causes d’inconfort sont liés au sommeil, au mal de dos ou de jambes.

Les sièges trop étroits ont aussi des conséquences après le vol: les passagers se plaignent en terme de fatigue ou de douleur musculaire.

«Les passagers sont actuellement informés sur le confort des vols et cela impacte leur décision d’achat. Notre étude révèle que la moitié des passagers sont prêts à payer plus en classe éco pour profiter de plus de confort» explique Kevin Keniston, en charge du confort passagers chez Airbus.

«Les compagnies aériennes se différencient désormais en terme de sièges en facturant des tarifs premium pour les sièges les plus confortables près des issues de secours, devant une rangée ou près de l’allée. La largeur des sièges est un point clé du confort et les passagers sont prêts à investir du temps et de l’argent pour ne pas avoir à endurer un siège de 17 pouces sur un vol long-courrier» a-t-il ajouté.

Le mois dernier Airbus a appelé l’industrie à définir une largeur minimum de 18 pouces pour les sièges des vols long-courriers. 

airbus-comfort-infographic

www.airbus.com


SONDAGE
Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :
Newsletter
S'inscrire à la newsletter