Partagez cet article :

Avec une classe moyenne en plein essor et une des économies les plus stables d’Amérique latine, Chris Moss se demande si le Chili a achevé son voyage de la dictature vers la démocratie. En terme économique, le Chili a été l'une des plus grande réussite de l'Amérique Latine et sa population a aujourd'hui le PIB par habitant le plus important de la zone...

Une promenade le long de l’avenue Libertador Bernardo O’higgins, en partant du centre-ville historique à l’ouest jusqu’aux fastueuses banlieues sous les Andes, révèle les principales façettes de la capitale chilienne du XXIe siècle, Santiago.

Vous pouvez faire ce déplacement en taxi mais pour éviter de contribuer à la pollution qui a temporairement bloqué la ville en 2015, recherchez les 60 nouveaux taxis électriques. Vous pouvez aussi monter à bord d’un des nouveaux bus géré par Transantiago qui peut être considéré comme le réseau de transport le plus ambitieux pour un pays en développement.

Vous pouvez aussi faire comme moi et marcher.

Le centre-ville concentre des centres adminsitratifs, des places de style espagnol, des églises de l'ère coloniale, un tout petit quartier de caractère connu sous le nom de Barrio París-Londres et des immeubles de bureaux sordides.

Au cours d’une après-midi typique, vous verrez des politiciens et des fonctionnaires, une relève de la garde au palais présidentiel de La Moneda et des employés vêtus de brun se réunissant pour un café et une cigarette dans les cafés con piernas (littéralement, des « cafés à jambes ») : des cafés résolument non politiquement correct où le personnel, exclusivement féminin, sert des espressos en tenue peu habillée.

Plus à l'est, se trouvent les quartiers verdoyants de Las Condes, Vitacura, El Golf, Nunoa et La Reina, qui empiètent sur l'immense quartier résidentiel et commerçant de Providencia.

Les sièges sociaux des banques, des multinationales et des compagnies d’assurance sont situés à proximité des magasins haut de gamme et des restaurations rapides. Des parcs aménagés, des clubs de golf, des ambassades et des hôtels particuliers se trouvent à proximité.

L’influence des États-Unis est notable dans l’aspect général du quartier. Elle est aussi remarquable à travers le style de vie : les voitures et les maisons de campagne sont monnaie courante. Si la pollution le permet, vous aurrez une vue sur les sommets enneigés.

Bien que situé à seulement 9 kilomètres du vieux centre-ville, ce quartier aisé est un tout autre monde que les baraques et les sinistres banlieues du sud et du nord-ouest.

Les villes sont souvent divisées en fonction de critères sociaux et économiques dans les pays en développement. Toutefois, au Chili, l'esthétique subtile et ambitieuse et le fossé grandissant des inégalités sont relativement nouveaux.

Le « miracle » chilien

Dans les années 80, Milton Friedman a utilisé le terme « miracle du Chili » pour décrire la réorientation de l’économie chilienne sous le contrôle d’un groupe d’économistes chiliens. La plupart sont d’anciens acolytes de Friedman appelés « Chicago Boys ».

Il faut être économiste pour trouver du bon dans un régime dictatorial : Friedman se réjouissait du fait que le gouvernement d’Augusto Pinochet (1973-1990) avait mis le socialisme, la forte inflation et le protectionnisme derrière lui et avait adopté le néolibéralisme.

Les gouvernement suivants ont été principalement de centre-gauche, mais le Chili a continué à suivre une approche généralement libérale du marché en matière de dépenses publiques et d’investissements étrangers.

« Depuis le rétablissement de la démocratie en 1990, chaque gouvernement chilien a maintenu une politique de discipline budgétaire stricte », déclare Viviana Giacaman, politologue au groupe de réflexion progressiste Chile21.

« En l’an 2000, le président Lagos a adopté une règle budgétaire qui vise à maintenir un excédent budgétaire structurel de 1% du PIB, ce qui a permis au pays de résister aux vents contraires provenant des marchés internationaux et a permis au Chili de maintenir de faibles niveaux d’inflation, des taux de chômage relativement bas et des taux de croissance élevés et stables. Cette performance économique a permis d'accroître le bien-être de larges couches de la population. Depuis 1990, la pauvreté est passée de 68% à 11%, soit un taux de pauvreté bien inférieur à la moyenne latino-américaine. Le revenu des ménages a augmenté, l'accès à l'éducation formelle s'est développé, les infrastructures se sont développées et la démocratie est devenue stable. Le Chili occupe le premier rang de l’indice de développement humain du PNUD [Programme des Nations Unies pour le développement] en Amérique latine. »

En 2002, le Chili a signé un « accord d'association » avec l'UE ratifié en 2005 qui lui accordait le statut de nation la plus favorisée. Depuis, les exportations chiliennes de produits agricoles et alimentaires et de services vers l'UE onttriplé. Ce fut également le premier pays sud-américain à rejoindre l'Organisation de coopération et de développement économiques.

En 2006, le Chili est devenu le pays dont le PIB par habitant est le plus élevé d'Amérique latine.

La même année, le pays a élu sa première présidente, Michelle Bachelet.

Défenseur des droits des femmes, elle a fait des progrès remarquables dans les domaines de la réforme des retraites, de la justice sociale et des droits des indigènes. Elle a été réélue en 2013. Cette administration a mis en place une politique à long terme autour des énergies renouvelables. L’objectif est de parvenir à ce que 90% de l’énergie du pays soit produite à partir de sources renouvelables d’ici 2050.

Mais les deux mandats de Bachelet ont été entachés de difficultés économiques, du déploiement chaotique de Transantiago, de protestations et de grèves visant à exiger des réformes plus rapides. Un scandale de corruption en 2015 a entraîné la démission de l'ensemble de son cabinet.

Le président actuel, le milliardaire Sebastián Pinera, a pris ses fonctions en mars 2018 et en est aussi à un second mandat. Selon Bettina Horst, du groupe de réflexion de droite Libertad y Desarrollo : « Il a été réélu en tant que candidat qui donnerait la priorité au rôle du secteur privé en tant que moteur de développement et de création d’emplois. »
« Au cours de son premier mandat, les indices de croissance économique et d'emploi ont progressé davantage que dans l'un ou l'autre des deux gouvernements dirigés par Bachelet. »

Caché derrière les Andes

Le Chili se distingue du reste de l’Amérique du Sud, notamment par les Andes, qu’il partage avec l’Argentine et la Bolivie. C’est un pays très long et extrêmement étroit, mesurant seulement 177 kilomètres de large et dont le littoral s'étend sur 4269 kilomètres.

Il est exposé à la mer et à l’invasion, ainsi qu’aux tsunamis. Le pays se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique ; les tremblements de terre sont fréquents et parfois féroces, comme le séisme de magnitude 8,8 de 2010, qui a fait 525 morts et endommagé 370 000 maisons.

Cette topographie extrême signifie également que les 15 régions officielles sont très différentes : Tarapaca, Atacama et Antofagasta sont dans le désert d’Atacama ; Santiago se trouve dans une zone subtropicale fertile ; le sud a des hivers froids et des précipitations toute l'année, tandis que la Patagonie méridionale est séparée du reste du Chili par des champs de glace.

Le Chili a été colonisé par les Espagnols et, après l’indépendance en 1818, par des créoles du nord au sud. Les Mapuches indigènes ont opposé une résistance farouche et n'ont jamais été vaincus. Quelque 1,5 million de personnes vivent encore dans la région des lacs chiliens, à plus de 500 km au sud de Santiago. La plupart des Chiliens sont un mélange d'européens et d'amérindiens.

Ces facteurs et d’autres contribuent à une identité nationale conflictuelle.

Les Chiliens métis se vanteront de leur anglophilie ou de leur culture issue d'ancêtres allemands.

Les Chiliens, fiers de leurs excellentes relations avec l’Union européenne, dénonceront l’hégémonie argentine et se moqueront de la revendication constante de la Bolivie pour un littoral qu’elle a perdu lors des guerres avec le Chili et le Pérou en 1879-1884.

Plus problématique encore, un peu comme l'Espagne après Franco, les Chiliens tombent facilement dans les camps pour et contre Pinochet. Un récent scandale impliquant la démission d’un ministre de la Culture sur le Musée de la mémoire et des droits de l’homme de Santiago a mis en lumière la polarisation enracinée.

Le commerce est roi

La population chilienne compte environ 18 millions d’habitants, dont plus d’un tiers vivent dans la région métropolitaine de Santiago.

Par conséquent, le Chili est extrêmement centralisé, avec 90% des sièges sociaux, la plupart des transports, des services et des travailleurs les plus instruits de la capitale.

Santiago contribue pour environ la moitié du PIB du pays à 277,08 milliards de dollars. Les provinces sont en grande partie privées de ces ressources et la décentralisation est pour le moment restée un slogan de campagne.

Les produits de base sont à la fois la force du Chili et le talon d’Achille. Le cuivre représente 43% des exportations du pays. Le ralentissement économique de la Chine et l’escalade de sa guerre commerciale avec les États-Unis posent un défi de taille à ce degré élevé de dépendance.

La baisse des prix du cuivre a entraîné une baisse de la croissance du PIB de 6,1% en 2011 à 1,5% en 2017, selon la Banque mondiale.

La diversification a été lente. Quelque 2 800 produits, allant du vin aux fruits frais et du saumon au bois d'œuvre, des haricots à la laine, sont exportés vers plus de 120 pays différents. Les sept macrorégions distinctes du long pays lui permettent d’échelonner les récoltes. Le Chili également compter sur le fait que les périodes de récolte tombent pendant la saison froide de l’hémisphère nord.

Il y a eu de l'innovation dans le secteur de la technologie et dans les petites entreprises axées sur le service.

Depuis 2010, Start-Up Chile, un accélérateur de semences financé par des fonds publics, a travaillé avec plus de 1 300 petites entreprises.

« Chilecon Valley » a attiré des entrepreneurs de 80 pays. La Fondation Ford a financé la formation d'agronomes chiliens, ce qui a conduit à l'introduction de nouvelles variétés de cultures, telles que le maïs jaune. Mais les dépenses de recherche et de développement au Chili sont très faibles, ce qui ralentit les progrès dans tous les secteurs liés aux technologies et aux sciences.

Une destination prisée

En 2012, la plus grande compagnie aérienne brésilienne, Tam, et la compagnie aérienne chilienne, Lan, ont fusionné pour former Latam, la plus grande compagnie aérienne d’Amérique latine. Avec une flotte de plus de 300 avions et une douzaine de filiales de transport de marchandises et de passagers en Amérique du Sud, le chiffre d'affaires de la société s'élève à près de 8,5 milliards de dollars.

Ayant son siège social à Santiago, Latam a contribué à transformer l’aéroport international de Santiago en une plaque tournante prometteuse. De nouveaux services incluent des liaisons sans escale vers Melbourne et un arrêt à destination de Dubaï. C’est aussi l’occasion de renforcer le profil de la capitale et du pays en tant que destination touristique.

Ce qui lui manque en attractions culinaires et culturelles, le Chili le compense en paysages attrayants : le salar d’Atacama, la vallée d’Elqui et le parc national de Torres del Paine sont des attractions de premier ordre.

En 2017, le Chili a annoncé un itinéraire de parcs de 2 400 km reliant 17 parcs nationaux. L’œnotourisme, le tourisme spatial et le tourisme d’aventure sont tous des domaines de croissance.

Selon Veronica Kunze, responsable de la planification et de la recherche à Fedetur, principal organisme de tourisme chilien : « Le tourisme international a connu une croissance constante et cette tendance devrait se poursuivre, notamment en ce qui concerne le tourisme d’intérêt spécial. De plus en plus de gens veulent aller à la rencontre de la nature en dehors de la civilisation, ce qui est précisément ce que nous avons à offrir. »

Le tourisme récepteur a plus que doublé au cours des dix dernières années. De 2016 à 2017, il y a eu une augmentation de 14,3%. Alors que de nombreux visiteurs, d’affaires ou de loisirs, viennent d’Argentine et d’autres voisins proches, le Chili est désormais une destination privilégiée et non marginale pour les voyageurs.

Selon Kunze, le tourisme serait directement responsable de 3,4% du PIB du Chili et de 5,1% de l’emploi.

Le coût social de la stabilité

Le secteur éducatif privé chilien est très prisé au niveau des écoles et des universités. Les inégalités quand à l’accès à l’éducation sont donc fortes.

Entre 2011 et 2013, des étudiants chiliens ont organisé une série de manifestations réclamant davantage de soutien officiel et de financement pour l'éducation publique.

Les manifestations et les violences qui ont suivi de la part de la police anti-émeute ont remué les souvenirs de l'ère Pinochet.

Ils ont également rappelé aux Chiliens que le général était un représentant convaincu du néolibéralisme, imposé « à la baïonnette » selon un universitaire. À l’époque, la côte de popularité de Pinera avait chuté.

Depuis lors, de nombreuses marches moins importantes ont eu lieu contre l’enseignement privé, les lois anti-avortement, le sexisme et le harcèlement sexuel.

Fin juillet de cette année, des réductions de coûts et des suppressions d’emplois ont incité des grèves à la mine à ciel ouvert de Codelco à Chuquicamata, à Calama, dans le désert d’Atacama. Le syndicat des mines a appelé à la grève à Escondida, la plus grande mine de cuivre au monde de BHP Billiton.

Au moment de la rédaction de cet article, les pourparlers entre le gouvernement et la direction étaient en cours.

Le long de la longue frontière chilienne, d’autres problèmes s’annoncent : entres les nouvelles routes de trafic de cocaïne au départ de la Bolivie et les défis environnementaux suite à la dépendance du Chili aux industries extractives.

Cependant, le plus gros obstacle est l’échec flagrant du pays dans la redistribution des nouvelles richesses (très visibles dans certaines résidences).

En termes de revenus, selon la Banque mondiale, le Chili est le 20ème pays le plus inégal du monde : les 1% des plus riches de la population gagnent 33% du revenu national, tandis que les 5% les plus riches en récoltent 51,5%.

« L’inégalité est un malaise profondément ancré dans le système, qui non seulement n’a pas été traité, mais qui s’est aggravé au fil des ans », a déclaré Giacaman, de Chile21.

Entre les deux extrémités de l’Avenida Libertador, Bernardo O’Higgins, se trouve le Barrio décontracté et plutôt romantique de Bellavista. Vous y trouverez des universités, des bars bohémiens et l’ancien domicile à Santiago de Pablo Neruda, poète et homme politique chilien ou encore La Chascona, qui est maintenant un musée.

Bellavista montre le visage cultivé et pensif de Santiago. C’est aussi le lieu idéal pour prendre un café lors de votre longue randonnée. Reste à voir si le Chili continuera de viser les Andes, en oubliant son passé sanglant et ses millions appauvris ou s'il trouvera un juste milieu.

Les hôtels à Santiago

Hotel Santiago Mandarin Oriental
Cette tour de Las Condes offre une vue imprenable sur les Andes et un impressionnant atrium de 24 étages. Le réaménagement doit être terminé dans les prochains jours. À partir de 170 euros.
• Mandarinoriental.com

The Singular Santiago
Hôtel contemporain très élégant de 61 chambres situé dans le quartier animé de Lastarria. Il y a une belle terrasse et une piscine au neuvième étage. À partir de 258 euros.
• Thesingular.com

Noi Vitacura
Bâtiment de design emblématique dans le quartier à la mode Alonso de Cordova de Vitacura. La piscine sur le toit et le bar sont des lieux de rencontre populaires. À partir de 164 euros.
• Noihotels.com

W Santiago
Des intérieurs surprenants décorent cette tour des affaires située dans le quartier d’El Golf. Vues spectaculaires depuis les étages supérieurs. À partir de 210 euros.
• Marriott.com

Hotel Magnolia
Le style néo-industriel rencontre le patrimoine néo-gothique dans cette beauté de 42 chambres située au pied du parc de la colline Cerro Santa Lucía. À partir de 147 euros.
• Hotelmagnolia.cl

  

NE MANQUEZ AUCUNE INFORMATION : JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER!
DISCUTEZ DE CET ARTICLE, DONNEZ VOTRE AVIS, DONNEZ-NOUS UNE INFORMATION: CREEZ UN SUJET DANS LE FORUM

REPORTAGES AMERIQUES

Suivez l'actualité avec la newsletter :

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut