Partagez cet article :
Classe affaire de Corsair

Souffrant d'une flotte vieillissante, Corsair va totalement revoir sa flotte d'ici à 2023. La compagnie affiche par ailleurs une stratégie de croissance prudente...

Avant tout le président directeur général de Corsair, Pascal de Izaguirre, a voulu rassurer sur la situation financière de la compagnie aérienne française: « avant la cession de la majorité du capital à INTRO Air, la compagnie a été recapitalisée à hauteur de 37 millions d'euros.

Corsair satisfaite de son nouvel actionnaire

Et nous avons une structure d'actionnariat solide avec INTRO Aviation qui détient 53% du capital et s'est engagé pour 3 ans minimum, TUI qui détient 27% du capital et notre personnel (20%). Nous sommes la seule compagnie française à associer autant notre personnel à la marche de l'entreprise et puis nos actionnaires ont une grande expertise du transport aérien et sont très réactifs».

Il a également ajouté que la trésorerie était correcte pour faire face aux prochains mois.

« Le nouveau secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a d'ailleurs indiqué que Corsair était dans une situation financière solide ».

Corsair veut se développer en Amérique du Nord

Corsair s'est développée ces deniers mois en lançant des vols vers Miami en juin dernier.

« Les résultats sont satisfaisants et nous allons lancer une 5ème fréquence en décembre 2019 et une 6ème en juin 2020. Quand à Montréal nous allons proposer des vols également cet hiver afin de proposer des vols toute l'année. Notre présence est bien perçue au Canada car l'on nous voit comme une compagnie qui aiguise la concurrence face au regroupement Air Transat/Air Canada. New York sera lancée à compter du 10 juin 2020 avec un prix d'appel de 149 euros (voir notre précédent article Corsair et Frenchbee s'envole vers New York). Nous voulons nous développer sur le marché nord-américain car cela va bien avec notre repositionnement » ajoute Pascal de Izaguirre.

Corsair veut développer la clientèle Business

Corsair mise en effet de plus en plus sur la clientèle Business suite au lancement de sa nouvelle classe affaires en 2017.

« On est pas une low-cost on cherche à se différencier. On porte une attention très nette à la qualité de notre produit/service. Le trafic économique a une extrême sensibilité au prix, nous ne pouvons pas compter que sur cela » estime-t-il.

pascal de izaguirre copyrightbusinesstravel

Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair-Copyright BusinessTravel.fr

L'Afrique pourrait également être un continent intéressant pur Corsair alors qu'elle offre un bon mix de clientèle affaire et loisir. Mais Corsair a supprimé plusiuers routes ces dernières années comme Tananarive, Bamako, Dzaoudzi. Un retour vers l'Afrique semble-t-il possible ?

« Notre stratégie consiste désormais à cibler des destination à fort volume avec un bon mix affaires/loisir avec l'objectif d'un vol quotidien. Concernant l'Afrique nous pourrions nous y intéresser (notamment le Cameroun ou Abidjan) pour la lancement de nouvelles routes mais il faudrait que les pays africains décident d'ouvrir leurs droits de trafic mais s'ils ne veulent pas le faire (NDLR: Corsair a supprimé ses anciennes routes africaines vers ) » répond PAscal de Izaguirre.

A propos de ses routes historiques, Corsair estime que désormais les parts de marché sont stables sur la Réunion suite à l'arrivée de Frenchbee. La société vise à renforcer ses fréquences sur les Antilles.

Corsair vise 13 avions en 2023 contre 7 aujourd'hui

Mais le plus grand chantier de ces prochains mois chez Corsair sera celui du renouvellement de la flotte.

Corsair qui opère 7 avions aujourd'hui prévoit d'en totaliser 13 en 2023 avec une flotte tout Airbus « afin de réduire les coûts d'exploitation ».

A court-terme cela va conduire la compagnie à recruter 60 pilotes d'ici juin 2020.

« Beaucoup de pilotes d'Aigle Azur frappent d'ailleurs à la porte de Corsair. Mais nous choisissons les meilleurs qu'ils soient d'Aigle Azur ou d'autres compagnies en fonction de leur compétence technique, de leur expérience. Nous recevons aussi beaucoup de candidatures spontanées » indique Pascal de Izaguirre.

La compagnie possède aujourd'hui en propre 3 coûteux B747-400 qui seront mis à terre bientôt : le premier en décembre 2020 et les deux derniers en avril 2021.

Deux A330-200 seront également supprimés de la flotte : le premier en janvier 2020 et le second en avril 2021.

« Le passage en une monoflotte d'A330 CEO et NEO mixte en mai 2021 sera un point d'inflexion pour notre rentabilité, nos coûts d’exploitation et notre résultat » a-t-il affirmé.

Corsair va recevoir un A330-300 en janvier 2020 et un autre en avril 2020. 2 autres A330-900 NEO seront livrés en décembre 2020 et mai 2021.

L'objectif est de totaliser 10 avions dont 5 NEO dès mai 2021 pour lancer éventuellement de nouvelles destinations?

« Nous avançons prudemment et ne visons pas l'ouverture de nouvelles routes dans l'immédiat. Nous devons déjà nous occuper de Miami, du prolongement de Montréal cet hiver et de New York » conclut avec prudence Pascal de Izaguirre.

www.corsair.fr

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Pour presse plus libre préférez-vous?
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: