Partagez cet article :
emirates_a380.jpgNon contente d’annoncer 5 nouvelles destinations en 2008, la compagnie s’attaque à l’aviation d’affaires et se prépare à lancer ses premiers vols en A380 dans les prochains mois.

 

 

 

 

Malgré les critiques entendues comme « les compagnies du golfe se développent grâce aux cours du pétrole », il faut reconnaître qu’Emirates se distingue avec des ratios financiers dignes des meilleures compagnies et que ces rations internes sont sans rapport avec les cours du brut. « Nous amortissons nos avions en 10 ans contre 20 ans pour nombre de nos concurrents. Par ailleurs nos pilotes sont très productifs. Ils travaillent environ 85 heures par mois soit un ratio similaire à celui de compagnies asiatiques comme Cathay Pacific, Singapore Air…Cela nous permet d’atteindre une marge nette de 11 à 13% contre 3 à 5% pour certains de nos concurrents… » affirme Jean-Luc Grillet, directeur France d’Emirates.

Et il est vrai que les faits donnent raison à la compagnie du Golfe. Certains se souviennent peut-être de cette petite compagnie qui a lancé ses premiers vols en 1985 pour transporter les travailleurs pakistanais entre Dubaï et Karachi. A l’époque personne ne misait sur cette compagnie. Mais aujourd’hui Emirates est devenue la 10ème compagnie au monde et sa flotte devrait atteindre 150 appareils en 2012 contre 115 aujourd’hui !

Emirates profite et encourage la forte croissance de l’aéroport de Dubaï qui a vu son traffic passagers augmenter de 19% l’année dernière, soit la meilleure performance de tous les aéroports du monde (voir notre article Paris Charles de Gaulle devient le 6ème aéroport au Monde). L’aéroport de Dubaï se classe aujourd’hui à la 27ème place au monde mais si sa croissance continue à ce rythme, il  pourrait entrer dans le top 20 des aéroports mondiaux cette année  et à la 12ème place l’année prochaine !

Cette année Emirates va ajouter cinq destinations à son réseau dont deux aux Etats-Unis (San Francisco, Los Angeles), Calcutta en Inde, Guangzhou (Canton) en Chine et Cape Town en Afrique du Sud.

En France, la compagnie va lancer une grande offensive au départ de Nice pour fêter les 15 ans de la destination. Cinq vols quotidiens au départ de l'aéroport Nice Côte d'Azur vont être proposés dès la fin de l’année contre 3 vols quotidiens avec escale à Rome actuellement. Nice pourrait même accueillir l’A380 d’Emirates dès 2010, des investissements importants étant actuellement réalisés au terminal 2 pour accueillir le géant des airs.

Le plus gros contrat jamais signé par Airbus 

emirates_mini_suite__paris.jpeg Car Emirates parie sur le succès de l’A380. Au salon de Dubaï en fin d'année dernière, la compagnie a également ajouté trois A380 à ses emplettes et a transformé ses huit intentions d’achats pour les A380 annoncés il y a quelques mois en commandes fermes. Au total,  lors de ce seul salon, Emirates a commandé  70 A350 et  11 A380 qui représentent une commande de 20,1 milliards de dollars, soit le plus gros contrat jamais signé par Airbus. «  Nous allons prendre livraison de notre premier  A380 en août, d'un second peu de temps après et  de trois autres avions d’ici la fin de l’année puis de neuf aéronefs en 2009. Les premiers vols de l’A380 relieront New York, Londres et Sydney. Et Paris est considéré pour l’A380 puisque nous avons reçu la conformité de notre terminal à Roissy Charles de Gaulle. Par ailleurs, nous serons la seul compagnie à » nous confie Jean-Luc Grillet. En attendant, un Boeing 777-300ER ULR a été mis en service quotidiennement l’après-midi (un second B777 asssure le vol du soir) entre Paris et Dubaï en remplacement d’un Airbus A330 depuis le mois de février dernier soit 120 sièges supplémentaires… Il est aménagé luxueusement avec notamment 8 mini suites en classe première dont l’ambiance ressemble presque à celle d’un jet privé.


L’impression d’espace devrait être encore plus grande en A380. « Même si n’y aura pas tellement plus de passagers en affaires et première (14 passagers en première contre 12 dans le B777, 72 passagers affaires contre 42 sièges et 399 en éco contre 310 en B777), l’avion offre 45% d’espace de plancher en plus » explique Jean-Luc Grillet. De quoi proposer des aménagements luxueux comme des douches…Mais pour le moment les informations restent secrètes.


emirates_salon_roissy.jpg Pour gagner son pari de la croissance Emirates mise sur les services : lits qui s’allongent à l’horizontale (180°) en première et en affaires, système de divertissement en vol avec 600 chaînes disponibles, 24 salons affaires et premières dans le monde dont celui de Roissy rénové récemment pour 6 millions d’euros. Toujours afin de viser l'excellence dans les services offerts aux passagers, la compagnie se refuse à rejoindre une alliance : «  Au quotidien, c’est un vrai bonheur d’être en dehors d’une alliance. Cela nous permet de nous différencier en terme de services. Par ailleurs, contrairement à la tendance actuelle, nous proposons peu de vols en code share et dans ce cas notre compagnie opère le vol » affirme–t-il. Pour le futur, Emirates devrait continuer à se développer en Afrique, en Inde mais également en Amérique du Sud « où nous sommes peu présents » conclut Jean-Luc Grillet.

Plus d'informations sur le site d'Emirates

 

Emirates investit dans l'aviation d'affaires avec Luxury Air Travel Dnata 

Luxury Air Travel by Dnata offrira des services d’aviation d’affaires privée aux riches hommes d’affaires. « La création de cette division est une évolution logique pour nous afin d’adresser le marché du voyage de luxe » a déclaré Iain Andrew, vice-président senior de Dnata Travel Services.

Selon la compagne le marché des charters a connu une croissance moyenne de 23% ces deux dernières années et avoisine 500 millions de dollars selon la Middle East Business Aviation Association. Mais ce marché devrait doubler en taille d’ici 2020 pour atteindre 1 milliard de dollars

Dnata est une filiale du groupe Emirates et a récemment signé un accord avec le groupe privé de services de jet Empire Aviation. La société a déjà enregistré 12 commandes de ses clients pour ce nouveau service haut de gamme facturé entre 4000 et 7000 dollars de l’heure.  Les principaux clients devrait provenir d’Arabie Saoudite, du Koweit, d’Afrique, des Maldives et de l’île Maurice.

dnata_leigh_2.jpgPar ailleurs, ce secteur de l’aviation pourrait connaître une croissance encore plus forte grâce à l’avènement des VLJ (Very Light Jet) qui devraient fortement abaisser les coûts et démocratiser ces services pour de nombreux voyageurs d’affaires. «Il ya une demande importante sur le marché pour les jets privés. Il s'agit d'un concept  ambitieux, mais abordable pour un nombre croissant de clients - les clients qui apprécient l'intimité, le confort et le  luxe de ce type de  voyage " explique  Cowderoy Leigh, directrice de Luxury Air Travel by Dnata.

 

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


Aller en haut