Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

IATA : la demande pour les vols long-courriers est quasi nulle

Alexandre de Juniac directeur de la IATA

 Selon l'Assocation Internationale du Transport aérien, la demande pour les voyages long-courriers reste très faible...

La IATA a déclaré que les réservations à l'avance pour les voyages long-courriers étaient quasiment inexistantes et que le public devenait de plus en plus pessimiste quant à ses perspectives de voyage.

La IATA a déclaré que «les réservations actuelles pour la période du 1er au 7 novembre montrent que les billets n'ont été vendus qu'à 5% du niveau de 2019».

demandeiata juin2020

En outre, les recherches sur l'opinion publique menées au cours de la première semaine de juin 2020 ont montré une plus grande prudence des voyageurs dans leurs projets de voyage : seulement 45% des voyageurs interrogés ont l'intention de prendre l'avion dans les quelques mois qui suivent la fin de la pandémie. 36 pour cent des sondés ont déclaré qu'ils attendraient six mois.

« Le redémarrage est tout sauf une situation normale pour la planification des compagnies aériennes ainsi que pour la demande passagers », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l'IATA. «Les réservations à terme vers l'automne sont en baisse de 82% par rapport aux niveaux normaux».

La IATA estime que le sentiment du public a connu « un changement significatif par rapport à avril 2020, où 61% ont déclaré qu'ils retourneraient voyager dans les mois suivant la fin de la pandémie et où 21% avaient répondu qu'ils attendraient environ six mois ».

demande iata prochainsmois juin2020

La IATA appelle les gouvernements à continuer de déroger aux règles sur les créneaux horaires afin de permettre aux compagnies aériennes une flexibilité maximale dans la réservation de leurs futurs horaires. Selon la IATA, alors que les compagnies aériennes n'ont peu ou pas de visibilité concernant la demande future, elles ne devraient pas être obligées de renoncer aux créneaux horaires, car cela signifierait que de nombreuses routes seraient perdues et ne seraient peut-être pas remises en service.

Bien que le trafic point à point soit important pour les voyageurs d'affaires, 94% des routes entre les villes passent par des hubs, et ce sont ces routes qui sont menacées si ces créneaux précieux pendant le rush du matin dans ces hubs sont perdus assure la IATA.

L'appel de l'IATAvise une dérogation étendue à ce qui est connu comme la «règle des créneaux 80:20». Cette règle stipule que les compagnies aériennes doivent utiliser un créneau horaire pendant au moins 80% du temps avec pour leitmotiv «utilisez-le ou perdez-le».

«En ces temps extraordinaires, les compagnies aériennes ont besoin de beaucoup plus de flexibilité pour planifier leurs horaires et les décisions critiques ne doivent pas être compromises par les directives d'allocation des créneaux horaires conçues pour des conditions normales. Il y a de bonnes raisons pour lesquelles la règle 80-20 a été levée pour la saison estivale. Les régulateurs devraient à nouveau appliquer la même approche de bon sens et déroger à la règle pour la saison d'hiver. Les compagnies aériennes doivent se concentrer sur ce que veulent les consommateurs aujourd'hui, sans essayer de défendre les créneaux nécessaires...», a déclaré de Juniac.

La IATA a également réitéré son opposition aux quarantaines imposées par des gouvernements tels que le Royaume-Uni.

«La quarantaine est un élément dissuasif majeur pour les voyages en avion. C’est un mécanisme de blocage non seulement pour le tourisme mais aussi pour les voyages d’affaires. »

Au lieu de cela, la IATA fait la promotion des directives mondiales de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) pour rétablir la connectivité aérienne.

Intitulé Takeoff: Guidance for Air Travel through the COVID-19 Public Health Crisis (Takeoff), la IATA assure qu'il s'agit d'un «cadre complet et faisant autorité de mesures temporaires fondées sur les risques pour les opérations de transport aérien pendant la crise COVID-19»

«Nous comptons sur les gouvernements pour mettre en œuvre les recommandations rapidement, car le monde veut voyager à nouveau et a besoin que les compagnies aériennes jouent un rôle clé dans la reprise économique. Et nous devons le faire dans le cadre d'un processus mondial ... », a déclaré de Juniac.

Les lignes directrices sur la reprise du trafic proposent une approche par étapes pour redémarrer le secteur de l'aviation et identifier un ensemble de mesures basées sur les risques généralement applicables, notamment:

- Distanciation physique dans la mesure du possible et mise en œuvre de «mesures adéquates fondées sur les risques lorsque la distanciation n'est pas possible, par exemple dans les cabines d'aéronef»;
- Port de masques par les passagers et les employés;
- Assainissement et désinfection de routine de toutes les zones susceptibles de contact et de transmission;
-Dépistage de santé, sous la forme d'auto-déclarations avant et après le vol, ainsi qu'un dépistage de la température et une observation visuelle, «effectués par des professionnels de la santé»;
-Recherche de contacts pour les passagers et les employés du secteur aérien : des informations à jour sur les contacts devraient être demandées dans le cadre de l'autodéclaration de la santé, et l'interaction entre les passagers et les gouvernements devrait se faire directement via les portails gouvernementaux;
- Formulaires de déclaration de santé des passagers, y compris des auto-déclarations conformément aux recommandations des autorités sanitaires compétentes. Les outils électroniques doivent être encouragés pour éviter le papier;
- Tests: si et quand des tests en temps réel, rapides et fiables deviennent disponibles.

«Cette superposition de mesures devrait donner aux voyageurs et à l'équipage la confiance dont ils ont besoin pour voler à nouveau. Et nous nous engageons à travailler avec nos partenaires pour améliorer continuellement ces mesures à mesure que la science médicale, la technologie et la pandémie évoluent » conclut Alexandre de Juniac.

Newsletter

S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre la limite de validité du permis de conduire proposée par l'UE à partir de 15 ans?

Articles ayant le même tag

MOD_TAGS_SIMILAR_NO_MATCHING_TAGS