Partagez cet article :

Selon la IATA la croissance de la capacité des compagnies low-costs a été presque deux fois plus forte que celle des compagnies classiques en 2018. Les low-costs des compagnies traditionnelles comme Eurowings et Transavia prennent des parts de marché…

Le marché aérien low-cost a poursuivi sa croissance en 2018. Ainsi en terme de sièges-kilomètres la croissance de capacité a atteint 13,4% en 2018 pour les compagnies low-costs contre 6,9% pour les compagnies traditionnelles.

Globalement les low-costs ont représenté 21% de la capacité globale en 2018 et 29% en terme de sièges disponibles. En 2004, ce chiffre n’atteignait que 16%.

52 compagnies low-costs sont membres de la IATA sur un total de 290.

En Europe on

compte environ 168 compagnies aériennes et les compagnies low-costs représentent environ 36,3% de part de marché en Europe en 2018. Ce chiffre devrait atteindre 50% d’ici 2027. Elles atteignent déjà une part de marché de plus 50% dans 9 pays européens notamment dans de grands pays comme l’Espagne et la Pologne. En Italie elles sont également sur le point d’atteindre 50% : leur part de marché actuelle est de 48,8%.

Low-costs : une croissance exponentielle en Europe de 124% en 10 ans

La croissance des compagnies low-costs en Europe a été exponentielle durant ces 10 dernières années alors qu’elles ne représentaient que 224,29 millions de sièges en 2009, ce chiffre a cru de 124% pour atteindre 501,83 millions en 2018 selon OAG Schedules Analyser.

Les 5 premières compagnies low-costs européennes représentent environ 70% des sièges en 2018 soit 139 millions pour Ryanair, 98,44 millions our Easyjet, 42,36 millions pour Norwegian, 39,15 millions pour Vueling et 36,48 millions pour Wizz Air.

Air France et Lufthansa prennent des parts du marché low-cost

La nouvelle tendance est que les low-costs des grands groupes aériens sont de plus en plus présentes. Ainsi Eurowings est désormais la 6ème low-cost européenne avec 36,27 millions de sièges juste derrière Wizz Air.

Quant à Transavia du groupe Air France elle totalise 16 millions de sièges et arrive en 8ème position. Son taux de croissance en 2018 de 7,1% a été cependant inférieur à celui de la plupart des grandes low-costs hormis Ryanair.

Dans le futur le marché pourrait cependant être bousculé pour plusieurs raisons. Tout d’abord la montée en force prévisible de Transavia en France et d’Eurowings en Allemagne change la donne.

Ainsi Ryanair a publié les premiers résultats trimestriels négatifs depuis mars 2014.

La compagnie low-cost irlandaise a notamment pointé la forte concurrence sur le marché européen et particulièrement en Allemagne du fait du fort développement d’Eurowings.

En France par ailleurs Transavia est promis à une forte croissance dans les prochaines années alors qu’un accord a été signé récemment avec les pilotes. Dans le passé ces désaccords avaient entravé la croissance de la low-cost du groupe Air France-KLM sur le marché français.

La faillite d'Aigle Azur va redistribuer des slots à Orly mais pour qui?

Mais désormais Air France va pouvoir poursuivre son développement sans limite du nombre d’avions au départ de son hub d’Orly.

La faillite d’Aigle Azur est de cefait très importante pour le marché low-cost français car elle détient de nombreux slots à Orly. On a vu dans le cas de la faillite d’Air Berlin en Allemagne qu’elle a permis à Easyjet et Ryanair de se renforcer en Allemagne et particulièrement à Berlin ce qui n’était pas prévu.
Qui reprendra majoritairement les slots d’Aigle Azur aura le plus fort potentiel de croissance sur le marché low-cost.

En Europe, la situation financière de Norwegian pourrait également avoir un fort impact alors qu’elle est la 3ème low-cost européenne. Sa faillite bouleverserait les classements du marché et mettrait sans doute un terme à la relative surcapacité du marché.

L'inconnu des cours du pétrole

L’évolution des prix du pétrole est également une variable qui pourrait changer la donne. En cas de forte hausse, la demande artificielle créée par des prix bas s’estomperait et les parts de marché pourraient être là aussi bousculées. Pour le moment la hausse du pétrole est temporaire et liée à l’attaque d’un drone sur des installations pétrolières en Arabie Saoudite. Rien ne dit qu’à long-terme les tensions vont augmenter au Moyen-Orient.

Le marché est devenu un secteur clé du transport aérien sur le moyen-courrier en Europe et dans le monde.

Faillites et développements sur le marché low-cost long-courrier

Sur le marché du long-courrier l’évolution est plus timide. Wow Air une importante low-cost qui misait sur le trafic transatlantique a fait faillite et Norwegian ne va pas beaucoup mieux alors qu’elle fait face actuellement à des problèmes de trésorerie. D’autres low-costs long-courriers se développent cependant comme la française

Frenchbee qui prévoit d’afficher des bénéfices cette année et Eurowings.

Eurowings vient d’annoncer de nouvelles destinations américaines depuis Francfort et Munich pour l’été 2019 notamment Phoenix, Anchorage et Orlando. La compagnie va également garder ses vols vers Las Vegas depuis Francfort cet hiver et va lancer une nouvelle route depuis Munich.

Frenchbee de son côté a prévu d’ouvrir un vol vers New York en juin 2020.

L’Amérique du Nord semble donc être le nouvel eldorado des low-costs long-courrier européennes.

 

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CREER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: