Etes-vous pour ou contre l'interdiction des véhicules thermiques en 2035?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

La Commission Européenne prévoit de proposer « un passeport vert digital » ce mois afin de faire reprendre les voyages internationaux avant la haute saison de l'été...

Ursula von der Leyen, la président de la Commission a écrit dans un tweet lundi que cette proposition « respecterait la protection des données, la sécurité et les données personnelles ».
Elle a ajouté que ce pass « faciliterait la vie des citoyens européenne » et que son but « est de leur permettre graduellement de se déplacer en toute sécurité dans l'Union Européenne et en dehors pour le travail ou les loisirs ».

Ce certificat à l’échelle de l’UE comprendrait une preuve de vaccination, les résultats des tests pour les personnes non encore vaccinées et des informations sur le rétablissement d’un individu suite au Covid-19. Cela permettrait aux adultes et aux enfants non vaccinés de voyager à l'étranger sans restriction s'ils fournissent la preuve d'un test Covid-19 négatif récent ou des données montrant une immunité contre la présence d'anticorps.

Le pass sera soumis au Parlement européen le 17 mars et discuté lors d'un sommet le 24 mars, avec pour objectif d'ouvrir les voyages d'ici la fin du mois de juin.

Cette nouvelle intervient après que les dirigeants de l'UE ont accepté la semaine dernière de travailler sur les certificats de vaccination afin de relancer l'industrie du voyage et du tourisme.

Les mesures proposées font l'objet de critiques, avec de nombreux avis de sceptiques préoccupés par la vie privée, le risque de transmission du virus par les personnes vaccinées et la discrimination à l'encontre de ceux qui ne peuvent / ne seront pas vaccinés.

La vice-première ministre belge Sophie Wilmès, par exemple, a déclaré que son pays ne participerait pas au programme. Commentant les propositions dans un tweet, elle a déclaré:

«Pour la Belgique, il n'est pas question de lier la vaccination à la libre circulation à travers l'Europe. Le respect du principe de non-discrimination est plus fondamental que jamais car la vaccination n'est pas obligatoire et l'accès au vaccin n'est pas encore généralisé ».

L'Allemagne, la France et les Pays-Bas se montrent également plus réticents à l'idée d'un passeport vaccinal franchement discriminatoire (d'autant qu'il n'y a pas de preuves formelles que les vaccins réduisent les contaminations comme l'a souligné Emmanuel Macron).

Dans tous les cas le World Travel and Tourism Council a demandé à l'Union Européenne de mettre en place des règles communes pour relancer au plus vite les voyages.

« Nous avons une seule demande : la reprise de la mobilité internationale. Nous avons besoin de règles claires pour la mobilité. L'Europe doit définir des protocoles afin que l'on sache comment la mobilité va reprendre dans l'Une, vers l'UE et au départ de l'UE. Nous devons remplacer les quarantaines qui ne sont pas efficaces et passer de règles par pays vers des règles individuelles. L'ensemble de la population n'est pas infectée et nous ne devons pas faire comme si c'était le cas... ».

Pourquoi ne pas relancer les voyages avec des tests et vacciner uniquement les personnes âgées ou à risque?

Cela semble logique d'autant plus que les vaccins ne sont pas aujourd'hui disponibles au plus grand nombre.

D'ailleurs Air France évalue actuellement une application mobile qui permet de vérifier les résultats des tests Covid plus rapidement.

Rappelons par ailleurs que le Covid-19 touche en très très grande majorité des personnes très âgées comme la grippe. Or pour la grippe on n'a jamais décidé de prôner une vaccination à toutes les classes d'âge. Pourquoi en serait-il autrement pour le Covid alors que la moyenne d'âge des personnes décédées est de 81 ans en France soit au delà de l'espérance de vie des hommes qui représente la majorité des décès (60%)?

Afin de mettre en œuvre rapidement ce pass vert de l'Union Européenne, il vaudrait mieux s'accorder rapidement sur les homologations de laboratoires et les critères des tests PCR par exemple (notamment en terme de cycles d'amplification) ce qui permettrait à tout le monde de se mettre d'accord alors qu'en incluant l'obligation vaccinale on risque d'aller vers la cacophonie...

  
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS