Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Partagez cet article :

L'un des premiers pays exportateurs au monde sous De Gaulle n'est plus que l'ombre de lui-même. La faute notamment à la revente de nombreuses grandes entreprises françaises par des présidents qui semblent peu soucieux de l'intérêt du pays...

Le déficit de la balance commerciale française a atteint 65,2 milliards d'euros en 2020 soit 8 milliards de plus qu'en 2020 et nous sommes passés devant la Roumanie en terme de déficit commercial : on est effectivement dirigés par de grands économistes!

La France fait pâle figure vis à vis de ses concurrents européens comme le montre ce comparatif de l'INSEE.

L'Allemagne a accumulé un excédent de 183,2 milliards d'euros contre +70,8 milliards pour l'Irlande, +68,5 milliards pour les Pays-Bas, +63,6 milliards pour l'Italie, +20,7 milliards pour la Belgique, +18,5 milliards pour la Pologne, +9,5 milliards pour le Danemark, +5,1 milliards pour la Suède et +4,3 milliards pour la Hongrie.

La France se classe ainsi parmi les pays les moins développés de l'UE en terme de déficit commercial alors qu'elle faisait auparavant partie des champions. Mais il faut dire que notre pays est le roi des ventes à la découpe de ses entreprises exportatrices.

Ainsi depuis quelques années, nos concitoyens élisent des présidents qui vendent à la découpe notre patrimoine: la France est devenue une grande braderie où tout le patrimoine accumulé depuis des générations est vendu sans hésitation aux puissances étrangères et avec l'aval de l'UE dont les lois facilitent la circulation des capitaux.

Nous avions une des plus grandes entreprises dans le domaine de l'énergie, Alstom qui a a été vendue aux américains, l'une des plus grandes entreprises dans le domaine des télécommunications, Alcatel qui a été vendue aux finlandais avec l'aide des américains (Nokia a vendu sa terminaux à Microsoft pour pouvoir acheter Alcatel). La France s'est ainsi désengagée de deux secteurs clés : les télécommunications et l'industrie électrique en quelques années.

Et la liste des secteurs abandonnés est longue comme un inventaire à la Prévert : leadership mondial dans les ciments avec Lafarge (racheté par Holcim), acier avec  Arcelor (racheté par Mittal),  aluminium avec Pechiney et tant d'autres entreprises comme Norbert Dentressangle, ClubMed (rachat d'une partie du capital), SPIE (par Clayton, Dubilier & Rice), Legrand (racheté par KKR à 30% et Wendel à 30%), Rossignol, Salomon, Smoby, Solocal (Pages Jaunes), Marionnaud, branche biscuit de Danone, TDF, Yoplait, Ducros, Rossignol, Kronenbourg, Amora-Maille...Grâce à toutes ces ventes l'industrie ne pèse plus que 12% du PIB en France contre 25% en 1970.

Et il n'y a pas que les entreprises qui partent à l'étranger, nos grands châteaux bordelais, nos plus beaux immeubles à Paris ou sur la côte d'Azur, nos terre arables sont vendus sans vergogne.

Ainsi un rapport du Sénat notait « Il apparaît que des mouvements importants d'achat de terres agricoles en France par des investisseurs étrangers, notamment chinois, ont été observés ces dernières années. Ces opérations peuvent concerner plusieurs centaines d'hectares de terre ».

Des pays s'intéressent également à nos forêts.

« Les achats chinois de chênes français ont grimpé de 42 % à fin mai. Et même de 66 % pour les résineux. La fédération nationale du bois réclame un frein aux exportations de grumes, c'est-à-dire des troncs d'arbres non transformés, afin de protéger l'approvisionnement des scieries et des transformateurs français » note un article des Echos.

La vente à la découpe déjà bien engagée grâce à l'Europe pourrait s'accélérer alors que la dette française explose. N'oublions pas que l'explosion de la dette a toujours été le prélude d'une vente à la découpe des richesses comme on l'a vu avec l'exemple de nombreux pays latino américains dont l'Argentine.

Rappelons que sous la présidence d'E.Macron la dette française est passée de 2147 milliards d'euros fin 2016 à 2650 milliards en 2020. La situation économique française est donc catastrophique : dette énorme, déficit commercial parmi les plus importants de l'UE, rien ne va plus.

Rappelons que la dette française (115,7 % du PIB) est supérieure aux moyennes de la zone euro (98,0 % du PIB) et de l'Union européenne à 27 (90,7 %). Elle est bien plus élevée que celle de l'Allemagne (69,8 %) qui a pourtant du faire face à la réunification du pays. Le débat politique est orienté en France sur des problématiques sociales sans intérêt pour pouvoir vendre en toute tranquillité les joyaux du pays.

Les français feraient bien de choisir un candidat patriote lors des prochaines élections car le pays ne va plus longtemps pouvoir se permettre de vendre à la découpe ses meilleurs actifs. Bientôt il ne restera plus rien. La France n'est déjà plus dans le top 10 des pays européens affichant des excédents commerciaux et sa dette est devenue l'une des plus importantes du continent européen. Le pays est très mal géré économiquement et si rien ne change drastiquement, la France déjà entrée dans les pays de seconde division au niveau mondial passera bientôt en 3ème division.

Il va falloir faire émerger de nouvelles forces politiques promouvant l'indépendance industrielle, énergétique et financière de la France, car à force de tout vendre le pays s'enfonce dans la pauvreté. L'UE est aussi devenue une épine dans le pied de l'économie française alors qu'elle favorise par ses réglementations et ses normes toujours plus rigoureuses les grandes entreprises multinationales au détriment des acteurs locaux.

Les (très) mauvais chiffres économiques de la France :

- 6ème dette la plus importante d'Europe en terme de % de PIB,

- le PIB/habitant de la France est désormais inférieur à la moyenne européenne. L'écart avec la Suisse s'est considérablement creusé ces dernières années, ce qui montre que faire partie de l'UE est souvent une tare. On peut voir ici un résumé des différences France/Suisse. Depuis le début des années 2000, le PIB par habitant de la France est inférieur à celui de la Belgique, de la Suède, de l’Allemagne et de la Suisse. L’écart avec l’Allemagne, la Suède et la Suisse est notamment dû au niveau de la dette publique. Ces pays voient le niveau de leur dette par rapport au PIB diminuer depuis le début des années 2000.

- l'une des pire baisses de PIB d'Europe avec -8,1% en 2020 contre -4,9% seulement pour l'Allemagne.

- la France a enregistré le plus important déficit commercial de l'UE devant la Roumanie en 2020,

- 8,1% de la population active au chômage au 1er trimestre,

- hausse de 7,5% du nombre de bénéficiaire du RSA en 2020 qui atteint 2,06 millions de foyers.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

Recevez notre Newsletter !