Partagez cet article :

ouigo-sncf

Après des années de hausse des tarifs qui ont éloigné les clients des TGV, Guillaume Pepy veut rendre le TGV accessible à tous avec pour objectif un tiers des billets à moins de 30 euros. La SNCF pourrait s'inspirer du modèle Ouigo pour optimiser les opérations des TGV.

 Dès le 7 janvier 2014, 500000 billets de TGV en plus seront proposés à partie de 29 euros.

La SNCF vise ainsi à proposer un billet sur trois à moins de 30 euros entre 2015 et 2017: l’objectif affiché de faire revenir les clients vers le TGV.

Aujourd’hui seulement 15% des billets TGV sont commercialisés à moins de 30 euros.

LA SNCF fait face à la concurrence du covoiturage...

La hausse continuelle des tarifs ferroviaires des TGv ces dernières années a éloigné une partie de la classe moyenne de ce type de transport pourtant bien pratique: les sites de covoiturage en ont profité pour se développer fortement. On estime que 3 millions de personnes utilisent le service Blacla car en France.

La SNCF s'est ainsi positionné sur ce marché en rachetant dernièrement 100% du capital de Green Cove propriétaire du site 123envoiture.com.

Ces bas tarifs visent aussi à compenser la hausse de TVA qui va renchérir mécaniquement le prix des billets de 7 à 10%: d’ailleurs, la SNCF a décidé de ne pas demander d’augmentation de tarif cette année comme habituelement pour faire face à l'inflation.

...et des low-costs.

Pour la SNCF, ces billets à bas tarifs visent aussi à reprendre l'avantage face aux compagnies low-cost, notamment pour les liaisons transversales entre villes de province opérées par des compagnies comme Easyjet.

Il est à noter que le trafic TGV est surtout en baisse en France : pour les liaisons internationales le trafic serait en hausse en 2013 pour Lyria, Thalys et Alléo.

Le lancement de TGV directs entre Paris et Barcelone devrait par ailleurs permettre à la SNCF de grignoter des parts de marché aux Low-costs entre la France et l'Espagne en 2014.

Baisse des coûts et pression potentielle sur l'emploi

Sur le marché domestique, cet objectif de réduction des tarifs ne sera cependant pas aisée pour la SNCF alors que ses marges de manoeuvres sont réduites: pour la première fois la marge opérationnelle de Voyages SNCF dont l’activité provient en majorité des TGV est passée sous la barre des 10% contre 12,8% en 2012 et 14% en 2011.

La compagnie va devoir réduire ses coûts pour compenser les baisses de tarifs liées à la reconquête du grand public mais aussi pour faire face à des investissements importants en 2014 du fait de livraisons de rames TGV prévues de longue date.

La SNCF afin d’économiser sur ses coûts prévoit ainsi de ne pas remplacer notamment 1432 postes suite à des départs à la retraite.

La reconquête du grand public s'avère cruciale alors que d'après une source interne citée par les Echos, le nombre de voyageurs TGV en France devrait à nouveau baisser de l’ordre de 0,3% en 2014.

La raison de cette baisse de la fréquentation est aussi du au fait que le lancement de la marque low-cost Ouigo n’aurait pas atteint certains de ses objectifs : le taux de remplissage des rames ne serait que de 60% et le chiffre d’affaires serait également en dessous des attentes, du fait d'une recette unitaire plus basse que prévu (voir http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0203203863754-premier-bilan-mitige-pour-ouigo-le-tgv-low-cost-639057.php).

Il est vrai que la SNCF proposait des prix d'appel de 10 euros sur certaines billets Ouigo.

Par contre l’offre Ouigo a indéniablement séduit le grand public avec un taux de satisfaction post-voyage de 90%.

Avec Ouigo, la SNCF a testé un nouveau modèle d'organisation

Hormis son ssuccès auprès du grand public, l'autre intérêt de Ouigo est qu’il a permis à la SNCF de tester un nouveau modèle d’organisation qui pourrait être appliqué aux TGV classiques.

Ceci afin de réduire les coûts opérationnels, notamment en terme de maintenance des trains.

En appliquant ce modèle aux TGV classiques, la SNCF pourrait ainsi remplir deux objectifs: abaisser les coûts pour améliorer sa rentabilité tout en réduisant les tarifs des billets TGVs classiques.

Un cercle vertueux qui pourrait permettre de faire revenir les voyageurs vers le train: un système de transport qui a toujours été cher au coeur des français.

Espérons cependant que cette reconquête ne se fasse pas (trop) au détriment de l’emploi...

www.sncf.fr

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CREER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: