Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Le Monde devient multipolaire avec ou sans l’Occident

Le Monde devient multipolaire avec ou sans l’Occident

La Chine a souhaité remettre les pendules à l’heure en déclarant que les Etats-Unis étaient fautifs dans la guerre en Ukraine. Il n'y a pas d'autre alternative que la paix en Ukraine semblent dire les BRICS dont plusieurs pays refusent de livrer des armes lourdes à l'Ukraine. Même les USA semblent l'avoir compris récemment. Pour l'Occident faire la paix en Ukraine devient indispensable alors que le monde est en voie de se diviser avec à la clé l'affaiblissement probable du pétro-dollar. Dans le tourisme peu de voix s'élèvent malheureusement pour s'opposer à la guerre et demander la paix.

La guerre d’Ukraine est un tournant pour le monde occidental mais aussi pour le monde du voyage. Désormais les voyageurs ne peuvent plus se rendre dans une grande partie du monde, la Russie, et on a l’impression d’être revenu à l’époque de la guerre froide et de l’opposition entre ces deux blocs.

La Chine pointe le rôle des Etats-Unis dans les prémices du conflit notamment lors du coup d'Etat de 2014

La Chine qui jusqu’à présent était en retrait a décidé de donner son point de vue sur cette guerre et il n’est pas tendre pour les Etats-Unis.

Le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères chinois a déclaré que « les États-Unis sont le principal initiateur et le principal moteur de la crise ukrainienne, ils fournissent continuellement des armes lourdes et offensives à l'Ukraine, prolongeant le conflit et le rendant plus intense ». L’Ambassade de Chine en France a par ailleurs déclaré : « L'OTAN doit réfléchir sur elle-même au rôle qu'elle a joué dans la sécurité européenne. Nous avons vu ce que l'OTAN a fait à l'Europe, et l'OTAN ne doit pas chercher à semer le chaos en Asie-Pacifique ou ailleurs dans le monde. L'Asie-Pacifique n'est pas un champ de bataille pour la compétition géopolitique et n'accueille pas la mentalité de la guerre froide et la confrontation des blocs».

Rappelons que le coup d’Etat qui a engagé l’Ukraine en 2014 vers le chemin d’une guerre civile avec sa population de l’est aurait été financé par les Etats-Unis ce qui a été extrêmement bien documenté dans le film Ukraine on Fire d’Oliver Stone (NDLR: on peut trouver des versions non censurées sur Odyssée en Français comme celle-ci : https://odysee.com/@LaPiluleRouge:d/Ukraine-on-Fire---Version-fran%C3%A7aise:0).

Ce documentaire a depuis été censuré sur les plate-formes américaines comme You Tube ce qui montre la pauvreté de la liberté d’expression actuelle en Occident comme la censure des médias russes.

La Chine a déclaré que que si les États-Unis veulent vraiment que la crise en Ukraine se termine le plus tôt possible et se soucient de la sécurité du peuple ukrainien, alors ils devraient cesser d'y envoyer des armes et profiter de la guerre.

Il est vrai que les sociétés d’armement américaine ont vu leurs bénéfices grimper site aux conflit alors que des fonds financier américains détiendraient jusqu’à 30% des meilleures terres arables ukrainiennes.

L'ONU demande la paix et plusieurs pays refusent de livrer des armes lourdes

L’ONU s’est également insurgé contre cet engrenage guerrier notamment lié à la livraison des chars. « Nous voulons la paix - ce qui se passe maintenant n'est pas un pas dans la bonne direction » , a déclaré le secrétaire général des Nations unies, cité par les médias, à propos de la décision des pays de fournir des chars à Kiev

Plusieurs pays ont d’ailleurs décidé de refuser d’envoyer des armes lourdes à l’Ukrain on peut citer le Brésil de Lula mais aussi la Hongrie ou l’Autriche qui refusent une escalade militaire.

L'Europe souffre bien plus de la guerre que les Etats-Unis

Cette guerre a pour conséquences l’appauvrissement considérable et sans doute durable des peuples européens via le renchérissement des prix de l’énergie et l’arrêt total du commerce avec la Russie. Cela réduit par ailleurs les échanges avec l’Europe de l’Est qui devient une zone proche d’un important conflit. Dans le secteur du tourisme les voyages vers la Russie ont été réduit quasiment à néant et les voyages vers l’Europe de l’est sont en baisse, les voyageurs ne voulant pas se rendre dans les pays proches du conflit ukrainien. Nous avons montré l’énorme joug que fait peser le conflit sur l’économie allemande ou européenne via ce conflit (voir la guerre apporte la pauvreté à l'Allemagne et à l'Europe).

Au contraire la Russie a bien résisté et sa croissance devrait dépasser celle de la zone Euro en 2024 note la Tribune. Mais il y a un danger plus grave pour les Etats-Unis et ses pays sous influence comme l’UE. Le monde et les BRICS en particulier semblent en avoir assez de ces guerres incessantes.

Le statut du pétro-Dollar remis en question: une mauvaise conséquence de la guerre pour les Etats-Unis

Ainsi l’Arabie Saoudite a déclaré qu’elle étudiait la vente de pétrole et de gaz à la République Populaire de Chine en Yuan.

Cela va donc sonner le glas du Dollar comme principale sinon seule monnaie d’échange pour l’achat d’énergie.

Si le Dollar perd son statut de monnaie de réserve cela veut dire que les Etats-Unis ne pourront plus imprimer des Dollars sans limite et creuser leur dette son conséquence ce qui conduira à une forte baisse de l’économie américaine.

Hormis la Chine les Emirats arabes Unis ont également déclaré qu’ils travaillaient à établir une monnaie numérique commune avec l’Arabie Saoudite ce qui permettrait à la Chine de payer également les Emirats pour leur pétrole sans passer par le Dollar (voir Le Yuan S'internationalise). L’Iran mène une initiative similaire.

Les Etats-Unis s'interroge sur l'utilité d'une longue guerre

De ce fait même la Rand Corporation américaine plutôt va-t-en-guerre s’inquiète de la durée du conflit et de ses conséquences.

La nouvelle étude de la RAND montre que les Etats-Unis sont souffrir si la guerre en Ukraine se prolonge. Elle suggère de ne pas se focaliser uniquement sur es gains territoriaux mais d’éviter avant tout une escalade nucléaire ou une guerre prolongée.
« Le président Biden a déclaré que cette guerre se terminerait à la table des négociations. Mais l'administration n'a pas pourtant pris des mesures pour pousser les parties vers des pourparlers... Bien qu'il soit loin d'être certain qu'un changement dans la politique américaine peut déclencher des négociations, en adoptant une ou plusieurs des politiques décrites dans ce rapport pourraient rendre les pourparlers plus probable. Par conséquent, nous mettons en évidence quatre options dont disposent les États-Unis pour changer ces dynamiques (pro guerre) : préciser ses projets de soutien futur à l'Ukraine, prendre des engagements en faveur de la sécurité de l'Ukraine, des assurances sur la neutralité du pays, et des conditions de levée des sanctions à l'encontre de la Russie ».
« Un changement radical et du jour au lendemain de la politique américaine est politiquement impossible - tant au niveau national qu'avec des alliés - et serait imprudent dans tous les cas. Mais développer ces instruments maintenant et les pousser avec l'Ukraine et les alliés pourrait aider à catalyser le démarrage éventuel d'un processus qui pourrait amener cette guerre à une fin négociée dans un temps cadre qui servirait les intérêts américains. L'alternative est une longue guerre qui pose des défis majeurs aux États-Unis,à l’Ukraine et au reste du monde».

Les Etats-Unis poussent désormais l'Ukraine officieusement vers un plan de paix

L’initiative diplomatique redémarre donc d’autant que les Etats-Unis ne livreront pas de chars avant longtemps pour des raisons logisitiques.
Le Berliner Zeitung a déclaré que les Etats-Unis auraient proposé un plan de paix entre l’Ukraine et la Russie, mais il aurait été refusé par les deux parties : « les Ukrainiens parce qu'ils ne veulent pas que leur territoire soit divisé, les Russes parce qu'ils supposent qu'ils gagneront la guerre à long terme de toute façon ». Ce plan de paix proposait que la Russie garde 20% du territoire ukrainien soit le Donbass.

On voit mal cependant comment l’Ukraine pourrait refuser la volonté des Etats-Unis alors que ce pays vit sous perfusion américaine. Le monde du tourisme aussi a intérêt à un plan de paix au plus vite même si on entend très peu de voix dans ce sens, alors que la plupart des médias semblent soutenir la politique belliqueuse. Seules quelques voix discordantes se font entendre en France comme Arno Klarsfeld qui demande la paix et lancé une pétition sur Change.org (que nous engageons nos lecteurs à signer).

C’est bien dommage car on voit mal qui peut gagner une guerre nucléaire.

La seule alternative reste donc les négociations et l’Ukraine sera sans doute partagée à terme avec un statut neutre un peu comme l’a été l’Allemagne après guerre avec la RFA et la RDA, le premier pays étant sous administration occidentale (américaine) et l’autre sous administration soviétique.

Espérons que l’arrêt de cette guerre permette à nouveau les échanges entre tous les pays du continent et que l'on puisse voyager à nouveau d'est en ouest sur tout le contiunent.


SONDAGE
Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :
Newsletter
S'inscrire à la newsletter