Etes-vous pour ou contre la suppression du port du masque dans les transports?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

La compagnie low-cost étudie une éventuelle implantation à Roissy mais exclut Orly du fait du manque de créneaux…

ryanair-boeing-b737-max

Ryanair va fêter ses 30 ans cette année.  A cette occasion son directeur commercial, David O'Brien, est venu à Paris pour discuter du futur de la compagnie.

david-obrien-ryanair-1A la question de savoir si la compagnie comptait s'installer à Orly dans l'avenir, il a répondu négativement : «non car il n'y a pas de créneaux à Orly. Par contre à Roissy, cela pourrait être envisageable…» affirme David O'Brien.

Le responsable du marketing pour la France, Yann Delomez, nous a précisé qu'aucune date n'avait été fixée pour le moment pour le lancement de vols vers Roissy, «mais ça pourrait se faire, c'est une idée» a-t-il répondu évasif.

7% de part de marché en France

En France Ryanair détient actuellement une part de marché de 7%. «7% c'est très significatif. Nous sommes très satisfaits de nos performances à Beauvais. Et nous pensons continuer à croître grâce à l'arrivée de nouveaux avions. Ryanair est une opportunité pour les aéroports français» a déclaré David O'Brien.

La compagnie a une marge de croissance en France alors qu'elle est aujourd'hui en 3ème position derrière Air France et Easyjet : sa part de marché en Europe est le deux fois plus importante qu'en France. Elle atteint 14% en moyenne sur le marché européen.

L'an passé elle a transporté en France 7,85 millions de passagers au départ de 32 aéroports.

«Grâce à Ryanair le prix d'un vol a fortement baissé avec un tarif moyen de 46 euros contre 163 euros pour la concurrence» estime la compagnie low-cost.

Montée en gamme en terme de services pour cibles les voyageurs d'affaires

Mais la compagnie a décidé récemment de plus miser uniquement que sur les bas tarifs.

Ryanair a choisi de monter en gamme ses derniers mois en améliorant ses services via un site web totalement refondu, un nouveau service d'allocation de sièges ainsi que des tarifs Family et Business Plus.

La nouvelle offre Business Plus vise à séduire encore plus de clients en améliorant l'expérience (passage rapide des contrôles de sécurité, embarquement prioritaire, places au premiers rangs des avions…).

«Les voyageurs d'affaires représentent aujourd'hui 27% de notre clientèle. Mis depuis notre lancement nous avons toujours accueilli de nombreux voyageurs d'affaires avec un taux vairant entre 20 et 25%. Depuis Beauvais le trafic affaires est particulièrement important vers Madrid, Milan, Barcelone…» estime David O'Brien.

Vers une meilleure desserte des grands aéroports

Après avoir amélioré ses services,  Ryanair cherche désormais aussi à mieux desservir les grands aéroports européens.

Elle est de plus en plus présente dans les grands hubs et non plus uniquement dans les aéroports secondaires : «nous volons désormais vers El Prat à Barcelone, Fiumicino, Copenhague, Bruxelles» explique Yann Delomez.

Mais ces aéroports ont des coûts plus élevés alors comment va faire Ryanair pour se distinguer de ses concurrents dans le futur?

«Quand nous avons lancé des vols vers Bruxelles en plus de Charleroi, les tarifs des billets sont restés relativement identiques. Car nous avons des coûts opérationnels plus bas que nos concurrents tant au niveau des salaires que des coûts opérationnels et des investissements. Par exemple, nous sommes opportunistes en rachetant parfois à bons prix des commandes d'avions annulées.» explique Yann Delomez.

Un tiers des commandes d'avions en Europe

Un peu comme la grandes surfaces Ryanair mise aussi sur les volumes.

Elle est devenu un client stratégique pour Boeing au contraire d'Easyjet qui a choisi Airbus.

«Ryanair représente environ un tiers des commandes totales d'avions en Europe » ajoute David O'Brien. Elle a passé commande ferme de 100 B737 MAX en septembre 2014 associée à une option d'achat pour 100 autres aéronefs.

«La compagnie devrait totaliser 520 Boeing dans sa flotte en 2024 contre environ 320 avions aujourd'hui via des commandes totalisant 380 appareils. Certains anciens avions seront mis à terre d'où le total. Et ces commandes ne sont parfois pas suffisantes comme en 2014 où nous avons pour la première fois dû faire du leasing d'avions pour répondre à la demande» détaille Yann Delomez.

Quant à l'arrivée des compagnies traditionnelles sur le marché low-cost via le rachat de Vueling par BA ou le développement de Germanwings et de Transavia, cela n'effraye pas la compagnie irlandaise.

«Notre taux de croissance est bien plus élevé. Rien que l'an prochain nous allons recevoir une trentaine d'avions contre une vingtaine d'avions pour Transavia mais sur plusieurs années» assure David O'Brien (NDLR: Transavia compte 14 avions actuellement et devrait en compter 37 en 2019).

Grâce à ses performances, Ryanair est devenue la compagnie la plus rentable d'Europe.

Mais hors de question pour elle d'utiliser son cash pour se développer hors d'Europe.

«Nous ne prévoyons pas de prendre des participations dans des compagnies low-costs en Asie ou ailleurs. L'Europe est notre marché. Quant au lancement de vols low-costs transatlantique nous attendons la disponibilité d'avions de nouvelles générations plus légers et plus économiques» assure David O'Brien.

En attendant Ryanair mise toujours sur une forte croissance pour les prochaines années : elle prévoit ainsi de dépasser 160 millions de passagers contre 100 millions actuellement.

Cet été, Ryanair lancera 3 nouvelles destinations au départ de Beauvais : Palerme en Sicile, Thessalonique en Grèce et Wroclaw en Pologne.

www.ryanair.com

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre la suppression du port du masque dans les transports?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Derniers messages du Forum

Aller en haut