Partagez cet article :

Ryanair aimerait bien implanter une base à Beauvais si la législation française était plus souple. La France est l'un des rares pays d'Europe où Ryanair n'a pas de base...

michael oleary ryanair septembre2015

A l'occasion d'une visite à Paris, Michael O'Leary nous a confié sa vision du marché français. Alors que l'on parle beaucoup d'une éventuelle arrivée de la low-cost à Orly ou Roissy, Michael O'Leary nous aa ssuré qu'il serait encore plus intéressé à développer le trafic de Ryanair à Beauvais.

«Cela sera difficile mais d'ici 1 à 2 ans nous volerons sans doute depuis Orly ou Roissy. Nous discutons actuellement avec Orly et Roissy mais les négociations sont difficiles (NDLR: particulièrement à Orly où il y a peu de slots disponibles). Au final nous serions encore plus intéressés à avoir une base à Beauvais» a confié Michael O'Leary à Business Traveller France.

La France est en effet l'un des rares pays d'Europe où Ryanair n'a pas de base. Le président de la compagnie low-cost irlandaise a expliqué pourquoi: «le niveau des charges sociales est élevé en France et de plus nous ne pouvons pas payer deux fois les charges sociales en France et en Irlande. La législation doit changer» assène Michael O'Leary.

Le directeur commercial de l'aéroport de Beauvais, Guy Monnehay, expose un second problème: «il y a un couvre-feu à Beauvais décidé par les autorités de minuit à 7H du matin ce qui est contraignant pour les compagnies aériennes. Espérons que la législation soit modifiée alors que la maire est devenue présidente du syndicat mixte qui gère Beauvais afin qu'elle soit moins contraignante à l'avenir».

Pour Ryanair, le fait de ne pas avoir de base entrave son développement à Beauvais: la low-cost ne peut en effet voler au départ de Beauvais que vers les destinations où elle a des bases en Europe. Si elle avait une base à Beauvais elle pourrait lancer des vols vers tous les aéroports européens où elle opère des vols.

L'aéroport de Beauvais doit beaucoup à Ryanair. Grâce à la compagnie irlandaise, cette ville tranquile est devenue le 8ème aéroport européen de Ryanair et le 10ème aéroport français (9ème cette année, voir Bientôt des vols long-courriers à Beauvais?). Sa croissance a été exponentielle depuis l'implantation de la low-cost irlandaise en 1997 suite à la déreglementation du secteur aérien supprimant l'autorisation d'installation préalable.

«Le développement de Ryanair à Beauvais s'est beaucoup joué lors de parties de golf avec Michael» plaisante Guy Monnehay. Alors qu'elle n'opérait des vols que vers Dublin en 1997, Ryanair proposera 43 lignes depuis Beauvais pour l'été 2016 avec plus de fréquences vers Oujda (2 vols/semaine), Palerme (4 vols par semaine) et Vilnius (4 vols/semaine). «Même si d'autres compagnies se développent à Beauvais comme Wizz Air (600000 passagers par an), Blue Air (100000) ou Air Modalvie, Ryanair reste de loin le premier client de l'aéroport avec 3,5 millions de passagers prévus en 2016.

Mais Ryanair a beaucoup changé depuis ses début. Alors qu'elle n'opérait des vols que vers des aéroports secondaires, elle a modifié sa stratégie ces dernières années pour s'implanter sur de grands aéroports: «un jour Michael O'Leary m'a dit, nous allons lancer des vols vers l'aéroport principal de Barcelone. Je lui ai fait remarquer que cela était contraire à la stratégie initiale de la compagnie, il m'a dit: il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis» nous confie Guy Monnehay.

Il est vrai que ces derniers mois le changement a été radical chez Ryanair: ouverture de bases dans les grands aéroports dont Schiphol à Amsterdam tout récemment (voir Ryanair et Easyjet se développent à Schiphol), amélioration très forte du service client, refonte du site web...

«Le marché aérien a beaucoup changé ces dernières années et nous changeons également. Alors que les grands compagnies pouvaient se permettre de perdre de l'argent sur les lignes court-courriers grâce à l'argent généré sur le long-courrier, cela n'est plus possible. Les compagnies du Golfe, notamment, ont mis la pression sur les prix long-courriers et aujourd'hui les low-costs comme Ryanair ou Easyjet ont conquis le marché court-courrier» explique Michael O'Leary.

Ce dernier estime que le marché aérien va encore rapidement évoluer ces prochaines années: «les grandes compagnies européennes vont plus travailler ensemble sur le long-courrier comme le montre la réunion de cet été. A l'avenir elles vont se concentrer sur le marché long-courrier» assure-t-il.

michael oleary pensif ryanair 2015Ryanair discute d'apporter du trafic à IAG et à d'autres compagnies!

Ryanair y voit une carte à jouer : «nous pourrons leur fournir du trafic pour leurs lignes long-courriers à bas coût» estime-t-il. D'ailleurs Ryanair a proposé récemment à IAG de fournir du trafic (et vice-versa) à Aer Lingus (rachetée récemment par IAG). Des discussions seraient également en cours pour fournir du trafic à IAG au départ de Londres Stansted.

A propos d'éventuelles alliances entre des low-costs et des compagnies régulières, comme les discussions récentes entre Lufthansa et Easyjet (voir Alliance en vue entre Easyjet et Lufthansa?), Michael O'Leary ne voit pas les choses ainsi: «je ne pense pas que nous scellerons une alliance avec une compagnie en particulier mais plutôt des accords au cas par cas en fonction des positions respectives de Ryanair et d'autres compagnies dans chaque aéroport. Nous pourrions travailler avec Air France, BA, Lufthansa...» assure-t-il. Certains estiment que les low-costs pourraient fournir jusqu'à 50% du trafic des compagnies long-courriers d'ici 10 ans.

En attendant à propos de la situation au sein de la compagnie nationale il estime «qu'Air France  a besoin du même type de réforme que chez Iberia. Le président d'Air France fait du bon boulot mais c'est une période difficile».

Alors qu'Air France devrait accuser des pertes conséquentes cette année, Ryanair affiche elle une santé insolente avec des profits avant impôts de 867 millions d'euros pour son exercice fiscal 2015 en hausse de 66% (523 millions l'an passé).

Hier Ryanair était pauvre et insolente, aujourd'hui elle est devenue riche, plus raisonnable et plus fréquentable. D'ailleurs qui aurait imaginer des partenariats entre Ryanair et de grandes compagnies il y 10 ans? Aujourd'hui, cette option n'est plus à écarter...

www.ryanair.com

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: