Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 65 ans?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Refuser et s'abonner.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

C'est l'Union Européenne qui a incité insidieusement à généraliser les zones à faibles émissions. Ce dictat de l'UE tue l'esprit républicain français d'égalité, alors que nos concitoyens les plus pauvres ne pourront bientôt plus circuler en voiture dans les villes...

C'est suite à une décision de l'Union Européenne que la France a du mettre en place des zones à faibles émissions dans de nombreuses grandes villes. L'UE est toujours là pour soustraire aux règles démocratiques des pays, des directives décidées par quelques uns.

Dans un arrêt rendu en 2019 que cite le Monde, la Cour de Justice européenne a condamné la France pour son incapacité à protéger ses citoyens contre la pollution de l'air. 12 agglomérations étaient concernées : Paris, Marseille, Lyon, Nice, Toulouse, Strasbourg, Montpellier, Grenoble, Reims, Clermont-Ferrand, Toulon et la vallée de l'Arve proche du Mont Blanc. La France avait déjà été mise en demeure en 2009, 2010, 2011, 2013, 2015 et 2017. C'est pour répondre à ces récriminations de l'UE que la France a adopté une loi sur l'orientation des mobilités qui prévoit le déploiement de zones à faibles émissions dans toutes les villes où la pollution dépasse les normes de l'UE.

Dès cette année de nombreuses restrictions de circulations dans 11 grandes villes françaises

Or ces ZFE posent un problème par rapport à l'esprit et à la devise de la République : liberté, égalité fraternité. En effet déjà avec les vignettes Critair de nombreux véhicules sont interdits de circuler et la mise en place des ZFE va augmenter considérablement le nombre de personnes possédant une voiture ancienne et ne pouvant plus circuler. Déjà à partir du 1er juillet 2023 note Auto Plus, les voitures Critair 3 soit la majorité des véhicules Diesel ne pourront plus circuler à Paris.

On estime que cela va laisser sur le carreau plus de 842318 véhicules soit 32,3% du parc d'automobiles de la métropole. Rien que ça. Ce sont les personnes ayant les moyens d'acheter une voiture neuve ou électrique qui seront désormais les seuls à pouvoir circuler à Paris : une atteinte au droit essentiel de libre circulation et qui montre que les lois sont de plus en plus pensées pour favoriser la minorité la plus riche au détriment de la grande majorité ce la population. Le gouvernement aurait pu par exemple restreindre le centre historique de Paris aux Crit Air 3 et les autoriser dans le reste de l'agglomération ce qui aurait été bien plus compréhensible par les habitants.

Cette restriction au droit essentiel de libre circulation et de pleine propriété est renforcée par les normes du contrôle technique imposées par Bruxelles et de plus en plus sévères qui là aussi ont tendance à priver du principe de pleine propriété les possesseurs de véhicules anciens.

Concernant les ZFE, elles sont obligatoires depuis le 1er janvier 2023 dans les plus grandes agglomérations françaises soit 11 villes (Paris, Lyon, Aix-MMarseille, Toulouse, Nice, Montpellier, Strasbourg, Grenoble, Rouen, Reims et Saint Etienne) et doivent comprendre 43 villes d'au moins 150000 habitants d'ici 2025.

Depuis le 1er janvier 2023, plus de Crit'Air 5 dans les ZFE et des règles bien plus strictes dans plusieurs agglomérations

Depuis le 1er janvier tous les Crit'Air 5 (Diesel d'avant 2001) sont interdits dans les ZFE. Au 1er janvier 2024, ce sera le tour des Crit'Air 4 (Diesel avant 20006) puis des Crit'Air 3 (diesel avant 2011 et essence avant 2006) au 1er janvier 2025.

Bien sûr, les conditions seront encore plus restrictives dans certaines ZFE. Ainsi dès le 1er janvier 2024, les véhicules Crit'Air 3 seront interdits à Marseille, Grenoble, Toulouse et Reims, les Crit'Air 2 à Paris, les Crit'Air 4 à Montpellier, Strasbourg et Nice.

Le gouvernement toujours plus prévoit même d'installer des radars spéciaux et des contrôles automatisés dans les ZFE.

Qui défend la majorité des automobilistes? Ce n'est justement pas la majorité parlementaire.

Le Rassemblement National et Reconquête s'opposent aux ZFE

Heureusement qu'il y a l'opposition.

Le Rassemblement National a fixé comme ordre du jour ce jeudi la suppression des zones à faibles émissions rappelle le Nouvels Obs. LFI qui ne joue pas le jeu de voter des lois conformes à l'intérêt de la majorité et des plus pauvres pourrait s'opposer à ce projet de suppression des zones ZFE.

« Avec les zones à faibles émissions (ZFE), ce sont des millions de nos compatriotes qui seront privés de leur liberté de circulation. Cette haine, à l’égard de nos concitoyens les plus modestes doit susciter une indignation nationale ! », a déclaré la présidente du groupe RN à l'Assemblée, Marine Le Pen.

Le parti d'Eric Zemmour, Reconquête, a également fait la suppression des zones ZFE une priorité.

A Bordeaux comme dans de nombreuses villes des militants de Reconquête se mobilisent pour défendre le droit des français de circuler avec leurs voitures.

L'enfer est souvent pavé de bonnes intentions, cela pourrait être le slogan du gouvernement qui sous couvert de baisse de la pollution veut priver une majorité de citoyens du droit essentiel de circuler en voiture sans discrimination. Les 10% les plus riches pourront continuer à rouler en voiture pendant que la majorité ne pourra plus se rendre en ville en voiture: triste pays!

  

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 65 ans?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Derniers messages du Forum

Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS