Etes-vous pour ou contre la suppression du port du masque dans les transports?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

bea-boites-noires

Si les cartes mémoires des boîtes noires sont en bon état on devrait pouvoir lire leur contenu dès lundi. La lecture des cartes ne veut pas dire que l'on connaîtra les causes du crash dès la semaine prochaine. L'enquête judiciaire sera longue même. Le BEA a cependant indiqué que ses conclusions seront connues avant celles de la justice.


Nous avons annoncé jeudi en exclusivité sur le web en France (à 11H10 jeudi) que la lecture des cartes prendrait trois jours et que l'on n'aurait pas connaissance de leur contenu avant le lundi 16 mai comme annoncé par le BEA (voir af447-la-lecture-de-boites-noire-prendra-au-moins-trois-jours.html).

bea-boites-noires-1-mai-2011Il faudra tout d'abord ouvrir le module cylindrique qui résiste à toute les contraintes liées à un accident (avec la balise émettrice à son bout) puis extraire la carte électronique contenant les données (elles sont enregistrées dans une simple mémoire flash intégrée à la  carte électronique).

Une fois la carte extraite de sa coque protectrice, il va falloir nettoyer les traces résiduelles de sel encore présentes, puis placer les cartes dans une étuve dédiée pendant 12 heures afin que le reste de l'eau s'évapore.

La troisième étape consistera à observer les cartes et à leur faire passer des tests électriques pour voir si elles sont en bon état de fonctionnement. Si tous les tests sont positifs, il sera alors possible de lire très simplement les données.

L'ensemble de ce processus prendra environ 3 jours.

L'analyse des cartes marque un nouveau départ pour les enquêtes du BEA et de la justice

L'exploitation des données des cartes ne signifie pas que l'on connaîtra de façon certaine les causes du crash.

Les enquêteurs pourront compter hormis les boîtes sur l'analyse d'une cinquantaine de calculateurs prélevés sur l'épave dont certaines pièces très intéressantes comme l'enregistreur de maintenance ou un calculateur moteur.

On ne sait pas précisément quand le public aura des informations complémentaires suite à leur analyse: «les dépouillements vont être longs car les informations des boîtes noires vont être corroborées avec l'analyses des données collectées dans les différents calculateurs» estime Robert Soulas.

Lors d'une conférence de presse jeudi dernier, Jean-Paul Troadec, le directeur du BEA a cependant indiqué que «l'enquête du BEA progressera plus rapidement que celle de la justice: notre calendrier  n'est pas celui de la justice».

Du côté de la justice, les experts judiciaires vont suivre les procédures de bout en bout de l'ouverture des boîtes noires jusqu'à l'analyse de leur contenu aux expertises des autres objets prélevés sur l'épave.

«Les conclusions de la justice ne pourront cependant pas être connues avant la fin de l'année» a annoncé Jean Quintard, procureur adjoint de la République près du Tribunal de Grande Instance de Paris qui a indiqué qu'au niveau judiciaire «la récupération des boîtes noires est une  avancée considérable pour rechercher les causes exactes de l'accident et par la les responsabilités».

Il a également ajouté que des autopsises avaient déjà eu lieu sur les corps dans le passé qui avait permis de conclure à un polytraumatisme ds victimes suite à l'accident. «Toutes les personnes sont mortes de la même façon» a-t-il assuré.

Les conclusions ne pourront pas être connues avant la fin de l'année.

Voir la vidéo expliquant l'extraction des données par le BEA (exclusif BusinessTravel.fr): http://www.youtube.com/watch?v=JvVkkUpJ05w

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut