Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Air France divise ses pertes par 2 au premier semestre 2014

Air France poursuit son redressement avec 1 miliard d’euros de réduction de coûts en 3 ans. L’arrivée de nouveau produits long-courriers et le développement de Transavia devraient affecter positivement les résultats dans les prochains mois sauf coup dur dans l'aérien, à l’image de cette semaine noire...

resultats-air-france-second-semestre-2014

«C’est une semaine noire pour l’aérien alors qu’il y a eu 3 accidents. Nous avions des passagers en codeshare sur le vol Malaysia» a déclaré en introduction Alexandre de Juniac, le PDG d’Air France.

Il faut dire que l’accident de Malaysia a fortement affecté les Pays-Bas, siège de KLM où la journée du 23 juillet a été déclarée jour de deuil national : le couple princier a accueilli cette semaine les 193 dépouilles néerlandaises du vol Malaysia MH17 pendant que les cloches de toutes les églises du pays sonnaient à l’unisson.

Les résultats de la compagnie franco-néerlandaise ne sont heureusement pas aussi noirs, loin de là, avec des chiffres en nette amélioration.

La compagnie a réussi à diviser sa perte nette (retraitée) par deux à -342 millions au premier semestre 2014 contre -686 millions l'an passé.

Son résultat d’exploitation a atteint -207 millions contre -448 millions l’an passé.

Amélioration de la rentabilité dans toutes les régions au second trimestre hormis au Vénézuela

L’amélioration a été particulièrement sensible au second trimestre avec une amélioration de la rentabilité dans toutes les régions hormis l’Amérique Latine suite à un problème financier au Vénézuela.

«Nous avons eu des retours extrêmement positifs pour le lancement des nouveaux produits long-courriers» a souligné Alexandre de Juniac.

La compagnie ne profite pas encore totalement de cette nouvelle offre alors que les sièges vont être déployés principalement à partir de septembre et jusqu’en 2016 (voir Air France étrenne sa Business, Test de la nouvelle Business d'Air France).

Transavia : bientôt une vraie low-cost?

L’activité de la filiale Transavia est également au beau fixe avec une hausse de 0,9% du coefficient d’occupation à 90,7% avec une croissance simultanée du trafic de 6%.

La compagnie a ouvert 19 lignes durant l’été 2014. Aux Pays-Bas, la compagnie se positionne de plus en plus comme une low-cost, une tendance qui devrait sans doute être similaire dans les prochains mois en France.

Un milliard de réductions de coûts en 3 ans

La compagnie attend un EBITDA compris entre 2,2 et 2,3 milliards d’euros et prévoit toujours de réduire sa dette à 4,5 milliards d’euros en 2015.

La compagnie s’est félicité des résultats du plan Transform 2015.

Après des réductions de coûts de 260 millions en 2012, de 470 en 2013 la compagnie prévoit des coûts en baisse de 300 à 400 millions cette année.

Soit au total plus des réductions qui atteignent 1 milliard en 3 ans.

Dans le cadre de ces réductions de coûts, Air France a ainsi continué à réduire sa flotte cour-courrier (une activité en perte ces dernières années) avec 322 avions en juin 2014 contre 363 avions en juin 2013.

Mise en place du plan Perform 2020

Air France a par ailleurs détaillé son plan Perform 2020 qui vise à renforcer la compagnie sur le marché low-cost via Transavia, à développer le positionnement haut de gamme d'Air France via ses nouvelles offres (nouveaux sièges, salons Premium...) et à développer des partenariats renforcés (joint-venture) avec les compagnies asiatiques similaires à celles mises en place sur le Transatlantique avec Delta.

«Nous avons des partenariats forts avec les compagnies chinoises, que nous pourrions renforcer comme enAsie du sud-est.Nous pourrions également passer de nouveaux accords de partage de code avec Etihad et notre partenariat avec Japan Airlines fonctionne bien. Nous l'avons d'ailleurs renforcé récemment» explique Alexandre de Juniac.

Concernant Alitalia, Air France s'est félicité de l'offre d'Etihad même si les conditions de les dernières conditions de la poste italienne pourrait remettre en cause l'accord (la Poste ne veut pas reprendre les dettes d'Alitalia): «il n'est pas de notre intéret qu'un de nos partenaires aille mal» a déclaré Alexandre de Juniac. La poste italienne veut bien participer à l'augmentation de capital prévue dans le cadre de l'entrée au capital d'Etihad dans la nouvelle entité mais pas dans la holding qui doit reprendre les dettes.

Etihad attend une décision fin juillet pour sa prise de participation à hauteur de 49% au capital d'Alitalia.

Sur l'activité cargo en perte, Air France n'exclue pas «des partenariats, une société commune ou une cession partielle».

La compagnie vise aussi à se développer sur des marchés à forte rentabilité et croissance comme la maintenance où une croissance de 4% par an est attendue dans les prochaines années.

«Nous sommes N°2 sur ce marché et nous visons à nous y développer via une croissance interne et externe» a précisé Alexandre de Juniac.

En mars dernier, Air France a racheté la société de maintenance américaine Barfield.

www.airfrance.fr

Newsletter

S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

SONDAGE

Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :