Etes-vous favorable au retour du port du masque dans les transports?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :
Les déboires d'Air Berlin devrait logiquement conduire à renforcer la place de l'aéroport de Berlin au sein du réseau de Lufthansa…

Du fait de l'héritage historique de la seconde guerre mondiale, Berlin est jusqu'à présent l'une des rares capitales sous-desservie en terme de vols directs internationaux. Cela est du à des causes liées aux soubressauts du XXème siècle.

Dans les années 70 Air Berlin avait hérité de l'infrastructure et des droits de vols octroyés à Berlin Ouest mais elle était une compagnie américaine basée à Miami, fruit de l'héritage du pont aérien mis en place vers Berlin ouest par les alliés. En effet, suite à la Seconde Guerre Mondiale, seuls les pays victorieux alliés (Royaume-Uni, France et Etats-Unis) avaient droit de desservir Berlin Ouest.

Ce n'est qu'à partir de la réunification allemande au début des années 90 que la compagnie a déplacé son siège social en Allemagne.

De son côté, Lufthansa s'était développée dans les autres villes allemandes comme Francfort et Munich.

La faillite d'Air Berlin, une opportunité pour Lufthansa...

Mais la faillite d'Air Berlin va bousculer ce rapport de forces mis en place depuis l'après-guerre.

Air Berlin a déposé son bilan mi août, son principal actionnaire, Etihad, refusant de continuer à investir des liquidités dans une compagnie en proie à de lourdes pertes.

Berlin devrait bientôt reprendre la place qui convient à son rang via sans doute la reprise de certains vols directs internationaux d'Air Berlin par Lutfhansa.

Lutfhansa avait déjà signé un accord avec Air Berlin il y a quelques mois pour utiliser 38 avions de sa flotte.

La revente d'une partie d'Air Berlin à Lutfhansa devrait permettre à Etihad de garder la tête haute et de minimiser les pertes de son investissement au sein de la compagnie allemande.

Certains évoquaient également un renforcement éventuels des liens entre les deux compagnies…

Lufthansa pourrait également reprendre une partie de la flotte de Nikki (filiale d'Air Berlin) afin d'étoffer son offre en Autriche où elle détient déjà Austrian Airlines et où sa filiale low-cost Eurowings s'est implantée ces derniers mois.

...et une opportunité pour Ryanair ou Easyjet

Il reste que du fait des lois anticoncurrentielles, Lutfhansa ne sera pas la seule gagnante de la faillite d'Air Berlin, car elle ne pourra pas reprendre Air Berlin en intégralité.

Lufthansa devrait en profiter pour développer ses vols long-courriers depuis Berlin mais devra veiller également à ne pas laisser trop de slots court-courriers à ses concurrents comme Easyjet ou Ryanair bien plus puissants qu'Air Berlin.

Les autres low-costs comme Easyjet et Ryanair suivent de très près ce dossier qui pourrait leur permettre de développer leur offre court-courrier à moindre frais au sein de la première économie européenne.

Alors que le groupe Lutfhansa n'a pas caché son objectif de faire d'Eurowings l'une des premières low-costs européennes, la faillite d'Air Berlin peut lui offrir des opportunités.

Lutfhansa va néanmoins devoir arbitrer et négocier avec Air Berlin des slots court et long-courriers à Berlin ce qui ne sera pas chose facile afin de ne pas heurter les autorités concurrentielles.

Elle devra choisir entre le développement de son offre low-cost, une activité très rentable au regard des résultats d'Easyjet ou Ryanair et le développement de son réseau long-courrier, plus prestigieux.

Mais la bataille sera difficile alors qu'Easyjet et Ryanair lorgnent avec intérêt les slots potentiels d'Air Berlin dansla capitale allemande.

Dans le quotidien irlandais The Independent, le CEO de Ryanair, Michael O'Leary, a ainsi indiqué qu'il souhaiterait racheter l'intégralité d'Air Berlin et Easyjet espère contrer Ryanair sur ce dossier.

Au final, le hub de Berlin devrait être le grand gagnant de cette bataille alors que Lufthansa et d'autres low-costs vont sans doute investir à Berlin ce qui devrait permettre à l'aéroport de développer à terme sa place sur l'échiquier aérien européen. Etihad pourrait aussi en profiter pour tenter de négocier un partenariat sur le marché allemand.

En 2015 selon l'Airport Council International, l'aéroport de Francfort était classé en 12ème position mondiale en terme de trafic passagers (10 ème pour le trafic international) et l'aéroport de Munich en 37ème position : l'aéroport de Berlin n'apparaissait même pas dans le classement des 50 premiers aéroports mondiaux.

Un cas inédit pour la capitale d'un pays du G7!

  

SONDAGE

Etes-vous favorable au retour du port du masque dans les transports?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Derniers messages du Forum

Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS