Etes-vous pour ou contre l'interdiction des véhicules thermiques en 2035?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Alors que les projets d’éoliennes se multiplient sous l’excuse du réchauffement climatique, ces chantiers sont mal accueillis par les touristes. Ils dénaturent à jamais les plus beaux paysages de France pour un bénéfice plus que limité au niveau énergétique...

Nous avons déjà publié un article pour montrer le peu d’intérêt des chantiers d’éolienne pour lutter contre le réchauffement climatique (voie Eolien et solaire plus leur mxi augmente plus les centrales à gaz/charbon produisent). En effet, l’énergie produite par les éoliennes est par nature intermittente et leur intérêt est limité alors que l’on ne sait pas stocker massivement l’électricité : ils faut donc compenser la perte d'énergie lorsqu'elles ne fonctionnent pas notamment par des centrales à gaz/Charbon.

C’est l'une des raisons pour lesquelles le gouvernement français a fait machine arrière sur le renouvelable et décidé récemment de miser à nouveau sur le nucléaire : une énergie bien plus efficace et pratique la production pouvant être gérée bien plus facilement que le solaire ou l’éolien.

Mais pour les chantier déjà en cours le mal est fait comme en Loire Atlantique. Le parc éolien installée en mer au large de Saint Nazaire fait couler beaucoup et est vertement critiqué par les touristes.

Ainsi des vacanciers relayés par France Bleu se plaignent de la vue des éoliennes : « Je trouve que cela défigure la vue. Ceux qui ont fait ce choix avaient sûrement leurs raisons, mais personnellement, je ne trouve pas cela joli, d'autant que la baie est très belle» explique un touriste. « Elles sont juste en face de nous quand on est face à la mer, souligne-t-elle. Je n'aurais peut-être pas choisit cet emplacement, à leur place » ajoute sa compagne.

« Je trouve que c'est honteux, affirme un autre vacancier. «Cela gâche le paysage et ils auraient pu choisir un autre endroit. Pourquoi la mer et pourquoi dans un aussi bel endroit ? ».

Alors que plusieurs parcs éoliens en mer sont en construction comme à Fécamp, ou Saint Brieuc dans les Côtes d’Armor, les critiques pourraient se faire de plus en plus vive.

D’autant que certains projets prévoient même de les implanter près d’espaces protégés comme au large de l’île d’Oléron. Pour soit disant préserver la planète on veut donc défigurer les plus beaux sites de France et les fonds marins.

Un collectif s’est d’ailleurs créé sur l’île d’Oléron pour dire non au projet en indiquant que ile parc est proche d’une zone à la biodiversité exceptionnelle pour les oiseaux, les mammifères marins, les tortues Luth pour les aloses, anguilles, lamproies et les derniers esturgeons sauvages d’Europe avec à proximité deux périmètres Natura 2000 ainsi que le parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde. Comment peut-on prévoir d’implanter de telles projets dans des zones naturelles préservées? On ne parle pas non plus des pêcheurs qui vont avoir une zone de pêche bien plus limitée et de la vue qui sera gâchée par la visibilité des éoliennes de jour comme de nuit.

Rappelons que les éoliennes sont bien loin d’être bonnes pour la planète. Pour installer 15000 éoliennes comme le veut le gouvernement il faudra « 36 millions de tonnes de béton pour réaliser les socles (qui auraient donc pour effet de stériliser les sols), 8 millions de tonnes d’acier ordinaire et d’aciers spéciaux, 435 000 tonnes de plastiques spéciaux pour les pales, 6 000 tonnes de terres rares pour fabriquer les aimants et alternateurs, 15 000 tonnes par an d’huile de vidange…»Un gâchis environnemental immense pour des bénéfices très limités alors que l’éolienne ne fonctionne en moyenne que 25%du temps. Tout cela avec des coûts de production ridiculement élevés. Selon Patrice Cahart cité par le monde de l’énergie « l’idée selon laquelle l’éolien va devenir compétitif est fausse. Le coût vacillerait entre 75 et 90 € le MWh pour l’éolien terrestre. Il dépasserait les 150 € le MWh pour l’éolien marin (exemple en baie de Dunkerque). Le gouvernement a alors exercé une pression sur EDF afin qu’il descende à 60 € le MWh ».

Selon une étude allemande les éoliennes ne produisent que 16,9% de l’énergie pour laquelle elle ont été construites : il s'agit en réalité d'un immense gâchis extrêmement couteux pour tous les contribuables.

Les éoliennes sont là encore la fausse bonne idée écologique prônée par des idéologues…

  
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS