La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

 aeroport francfort

Dans le cadre de la nouvelle stratégie pour l'aviation, l'Union Européenne propose d'assouplir les règles du marché de l'aérien. Les compagnies étrangères pourraient notamment détenir plus de 49% du capital d'une compagnie européenne. D'autres mesures ont été présentées pour la gestion des slots, les négociations entre Etats, la sécurité aérienne...

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour l'aviation, l'Europe envisage de supprimer la limite de 49% du capital d'une compagnie européenne pour les entreprises étrangères.

Jusqu'à présent des compagnies étrangères comme Etihad (des Emirates Arabes Unis) n'ont pas pu prendre de participation supérieure à 49% notamment vis à vis d'Alitalia ou d'Etihad.

«Cette limite serait supprimée si les Etats acceptent d'appliquer une réglementation plus stricte en terme d'aide aux compagnies aériennes» a précisé la Commission.

Par ailleurs l'Europe a proposé de gérer les négociation avec des pays comme la Chine, la Turquie, les pays de l'ASEAN, le Mexique, le Qatar ou les Emirats Arabes Unis: ces accords sont actuellement négociés entre chaque pays notamment pour les droits de trafic.

«Si quelqu'un veut jouer un rôle sur les marchés européens, il devra se conformer aux règles européennes» a déclaré Violeta Bulc, la Commissaire européenne en charge de la politique des transports.

Le projet de Bruxelles comprend aussi un volet dédié au Sesar, le fameux ciel unique européen : l'Union prévoit d'investir 430 millions d'euros par an dans ce vaste projet.

La première étape de Sesar devrait se terminer en 2025 et permettra de mettre fin en partie au morcellement de l'espace aérien européen divisé entre de nombreux pays.

Dans ce cadre de sa nouvelle stratégie pour l'aviation, l'Europe prévoit également de renforcer les prérogatives de l'Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (une agence qui gère notamment la certification des avions) ainsi que les standards de sécurité.

Un autre volet important concerne la politique d'attribution des slots dans les aéroports européens qui va être réformée : la Commission veut améliorer leur gestion afin de transporter 24 millions de passagers supplémentaires chaque année qui représente 300 millions d'euros de volume d'activité en plus.

Selon la Commission, la libéralisation du ciel européen a permis d'enregistrer une forte croissance de la demande ces 20 dernières années.

Le secteur emploie désormais 2 millions de personnes en Europe et représente environ 110 milliards d'euros de revenus.Le trafic aérien devrait atteindre 14,4 millions de vols en 2035 soit 50% de plus qu'en 2012.

Le sommet de l'aviation européenne prévu les 20 et 21 janvier prochain sous la présidence néerlandaise devrait permettre de discuter de ce vaste projet avant l'implémentation d'un grand nombre de mesures dans les prochains mois...

Plus d'information: UNION EUROPEENNE

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut