Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Partagez cet article :

Une étude du CDC américain montre que les vaccinés ont autant de charge virale que les non vaccinés et qu'ils doivent donc porter des masques en intérieur : le pass sanitaire n'aurait donc pas d'utilité sanitaire d'autant que de nombreux pays fortement vaccinés connaissent des regains épidémiques (Israël, Islande, Malte, Gibraltar). Le Ministre de l'intérieur d'Israël et l'épidémiologiste en chef suédois semblent désormais réfléchir à l'immunité collective naturelle. L'objectif du pass français serait-il de préparer à des projets d'identité numérique globale en cours d'étude dans le monde?

Le projet d'un passeport numérique ne date pas de l'épidémie de Covid qui a débuté en 2020 en Europe.

Dès le 3ème trimestre 2019, l'Union Européenne a publié un document visant à déployer un passeport vaccinal d'ici 2022 (NDLR: vous pouvez voir une copie d'écran dans l'image d'introduction).

Le projet de Green Pass de la Commission Européenne préfigurait-il le pass sanitaire français?

Le planning de ce projet prévoyait des études de faisabilité et d'une carte de vaccination commune avant la mise en place d'un passeport vaccinal en 2022. Nous y sommes donc.

Le 15 janvier dernier Ursula Von der Leyen avait déclaré qu'elle était favorable à la mise en place d'un carnet de vaccination européen reconnu mutuellement entre états.

Elle avait alors indiqué que cela « visait à relancer le tourisme ». On voit bien que la justification du pass, d'une restriction des libertés doit toujours être pour notre bien.

Or on voit aujourd'hui que des pays en pointe en terme de vaccination refusent les touristes vaccinés comme Israël ou demandent depuis cet été des tests PCR négatifs en plus aux vaccinés comme l'Islande.

Au regard des faits et de la situation dans les pays fortement vaccinés, la vaccination ne semble donc pas être une condition pour relancer le tourisme.

Le Green Pass décliné en France sous la forme d'un pass sanitaire

En France en début d'année, le Secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari écartait l'idée d'un passeport vaccinal pour voyager ou se déplacer en France : « nous sommes dans une séquence de vaccination. Ce sont (ces vaccins) qui nous permettront de recouvrer la liberté et c'est ça que nous devons soutenir plutôt que de compartimenter la population en fonction de son caractère vacciné ou pas » indique un article du Figaro.

Or justement le pass sanitaire qui vient d'être instauré compartimente la population.

Pourtant E.Macron avait assuré en début d'année que le pass sanitaire contre le Covid-19 serait réservé aux grands rassemblements et ne s'appliquerait pas « au quotidien ».

C'est donc en totale contradiction avec ses propos de début d'année que le pass sanitaire a été élargi aux activités du quotidien depuis le 9 août 2021.

Le pass sanitaire est de fait un passeport numérique domestique sous forme de QR Code associant une identité (Nom, prénom date de naissance) à des données médicales (la vaccination ou le résultat d'un test PCR qui indique si vous avez le Covid ou non).

C'est la première fois en France que l'on associe une identité numérique à des données médicales pour accéder à des lieux du quotidien. Rappelons que le secret médical est normalement un principe général et absolu. Il est d'ordre public et sa violation peut donner lieu à des sanctions pénales (article 226-13 du Code Pénal), civiles (article 1240 du Code Civil) ou ordinales. Mais les plus hautes juridictions ont balayés tous ces articles du Code Pénal et Civil.

C'est donc une première depuis les laissez-passer sous l'occupation : désormais un citoyen français ne peut plus se déplacer librement en France avec sa simple carte d'identité sans présenter un laissez-passer qui consiste cette fois en des données médicales de vaccination ou de résultats de tests au Sars-Cov-2.

Le pass sanitaire voué à durer dans le cadre d'un pass sanitaire européen, mondial puis de l'identité numérique généralisée?

Alors que la mise en place du pass numérique est limitée par la loi au 15/11/2021, il faut être vraiment naïf pour croire que l'écosystème mis en place sera purement et simplement supprimé à cette date et pour croire qu'à terme ces données de santé ne seront pas partagées.

Que se passera-t-il si dans le futur comme dans certains états étrangers les assureurs peuvent avoir accès à votre état de santé? Les primes d'assurance, les taux d'intérêts d'emprunt pourraient flamber pour les diabétiques, malades cardio-vasculaires, cancéreux...Ce serait une véritable mine d'or pour les assureurs de la planète.

Pour mettre en perspective ce pass sanitaire français à l'échelle mondiale rappelons qu'une grande initiative a été lancée sous le nom d'ID2020: Digital Identification 2020, donc l'identification digitale en 2020, on ne peut être plus clair.

Ce nouveau concept ID2020 a été créé à l'initiative de quelques promoteurs dont notamment Bill Gates, le Gavi (une association qui vise à offrir aux enfants un meilleur accès aux vaccins) et la fondation Rockfeller.

Le projet ID202 vise à créer une identité numérique pour chaque habitant de la planète. L'objectif est d'intégrer à terme toutes les informations d'une personne afin que celle-ci ait accès ou pas à de nombreux services : l’éducation, la santé, la banque, la téléphonie, le logement, les services sociaux, la garde d’enfants ou pourquoi pas le droit de vote...

Cette identité numérique serait « une preuve écrite attestant de son identité. Cette preuve est fondamentale pour garantir l’accès à un large éventail d’activités et services, notamment l’éducation, la santé, le vote, la banque, la téléphonie, le logement, les services sociaux ou encore la garde d’enfants » indique Accenture partenaire du projet ID2020.

On peut imaginer dans le futur une ou plusieurs bases de données centralisées ou décentralisées regroupant toutes les informations sur une personne (NDLR: le gouvernement a d'ailleurs élargi de manière inquiétante le fichage des citoyens fin 2020 comme le relate Le Figaro).

Cette technologie pourrait être « basée sur la technologie blockchain - un système de base de données permettant à plusieurs parties prenantes de partager un accès aux mêmes informations, avec un degré de confiance et de sécurité extrêmement élevé » indique Accenture. Google a d'ailleurs développé une APi pour intégrer les pass dans son système Android et ses applications. 

L'identité numérique mondiale et non plus nationale pourrait être couplée à des données biométriques à l'image de ce que font les smartphones actuellement : iris de l’œil, empreintes digitales, reconnaissance faciale...Aux Etats-Unis, « le TSA Pré Check basé sur la biométrie pourrait devenir obligatoire dans le futur et la loi Real ID en est un parfait exemple. Votée en 2005, son application a été retardée du fait du blocage de nombreux états pour le moment jusqu'en 2023  » note OffGuardian.

Le rêve de toute société totalitaire. Mais un totalitarisme d'un nouveau genre puisque les citoyens y seront forcés « pour leur bien  » comme pour le pass sanitaire. On peut imaginer une crise financière qui forcerait à supprimer l'argent liquide avec un pass financier, une crise politique qui forcerait à avoir un pass politique de non opposant...

Ainsi on peut imaginer dans un futur proche qu'un voyageur sera automatiquement identifié par reconnaissance faciale à l'aéroport et dont toutes les informations associées voyageront avec lui. On peut imaginer qu'un opposant politique d'un état national ou supra national ne puisse ainsi plus avoir accès à une majorité des services, se trouve bloqué à la douane, à l'entrée de sa banque, d'un hôpital. Parallèlement les projets de monnaie numérique en cours dans le monde donneraient aux états ou à des entités supranationales des pouvoirs jamais vus : celui de distribuer l'argent et de définir le niveau de richesse de chaque individu. Impossible de dépenser des espèces ou de l'or dans un monde où l'accès est contrôlé partout via l'identité numérique. On voit déjà les prémices d'un tel monde en Chine avec le système du crédit social qui « est censé améliorer la société tout en privant les citoyens de leurs droits fondamentaux...Les gens peuvent facilement être mis sur liste noire, ce qui a de graves conséquences dans la vie réelle. Toute personne mise sur liste noire est immédiatement inscrite sur une telle liste. Il n'y a pas de procès au tribunal » note ce blog.

C'est la porte ouverte à toutes les dérives alors qu'aujourd'hui le problème le plus important du monde numérique est sa fragilité face aux attaques, aux vols de données et aux manipulations.

D'ailleurs certains politiques comme Florian Philippot des Patriotes font le lien entre la nécessité d'un Frexit pour reprendre notre souveraineté et supprimer le pass sanitaire alors que l'Union Européenne travaille depuis 2019 sur un passeport vaccinal.

Le Frexit est une idée aujourd'hui présentée comme de droite mais qui devrait de fait rassembler tout ceux à gauche comme à droite qui tiennent à leur pays comme au Royaume-Uni avec le Brexit.

« Dans les manifs anti covidistes depuis 39 semaines, nous parlons systématiquement du Frexit ! Oui, les 2 sujets sont intimement liés ! Pas de combat pour la liberté sans combat pour la souveraineté » a déclaré Florian Philippot.

Aujourd'hui l'approbation du certificat digital européen pour le Covid est quasiment effectué pour 100% des états de l'UE note le quotidien OffGuardian.

« Le passeport sanitaire enterre le passeport national, ce faisant nous quittons l’ère des Etats pour entrer dans celle de la machine informationnelle globale » écrit une journaliste suisse.

Les lecteurs doivent alors se poser la question : sont-ils prêts à abandonner la souveraineté de la France pour entrer dans ce nouveau monde?

Seront-ils prêts à renoncer aux droits de l'homme qui stipulent dans l'article 2 : « les droits naturels et imprescriptibles sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression ».

Et l'article 3 précise : « le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément ».

L'identité supranationale voulue par quelques-uns pourrait se révéler dangereuse pour nos libertés en conditionnant peut-être dans le futur notre liberté de mouvement, notre accès à des biens/services, à des requis sanitaires, sociaux, voire idéologiques/politiques...un peu comme en Chine. Le rêve de tout dictateur et un cauchemar pour les Droits de l'homme.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

Recevez notre Newsletter !