Etes-vous pour ou contre la suppression du port du masque dans les transports?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

British Airways, Emirates et Arik Air ont décidé de ne plus voler vers certains pays d’Afrique de l’Ouest. Certains pays comme la Côte d'Ivoire ou la Gambie ont interdit à leur compagnie de voler vers les pays touchés par l'épidémie.  Le Ministère des Affaires Etrangères a par ailleurs émis une alerte vers plusieurs pays...

ebola

Face à la menace Ebola, certaines compagnies aériennes ont pris des mesures de précaution.

La compagnie nigeriane Arik Air a été l’une des premières à réagir en suspendant ses vols vers le Libéria et la Sierra Leone alors qu’un de ses ressortissants est tombé malade. La compagnie Asky basée au Togp avait d’ailleurs été suspendue de vol a Nigéria par l’Autorité de l’Aviation Civile pour avoir transporté le premier cas atteint du virus Ebola à Lagos au Nigeria.

Il s'agissait de Patrick Sawyer. Le 20 juillet dernier, il avait volé du Liberia via le Ghana et Lomé au Togo pour se rendre à Lagos au Nigeria où il est décédé. Il a été le premier cas apparu au Nigeria.

Asky a finalement été autorisée à reprendre ses vols samedi entre Lomé et Lagos.

Samedi dernier, Emirates a été la première grande compagnie aérienne à suspendre ses vols vers la Guinée jusqu’à nouvel ordre. «La sécurité de nos passagers et de nos équipages est notre plus grande priorité et ne sera pas compromise» a déclaré la compagnie aérienne de Dubai dans un communiqué.

Le 4 août, British Airways a décidé également de suspendre ses vols vers le Liberia et la Sierra Leone.

«Nous avons temporairement suspendu nos vols vers et au départ du Liberia et de la Sierra Leone jusqu'au 31 août 2014 du fait de la détérioration des conditions sanitaires dans les deux pays. La sécurité de nos clients, de nos équipages et de notre personnel au sol est notre première priorité et nous allons étudier avec attention ces routes dans les prochaines semaines» a déclaré la compagnie aérienne anglaise.

Par ailleurs la Cöte d'Ivoire a demandé à Air Côte d'Ivoire de ne plus voler vers les pays touchés par l'épidémie.

Le gouvernement ivoirien a également décidé de renforcer les contrôles à l'aéroprot d'ABidjan où tous les passagers seront soumis à une prise de température par thermomètre à infrarouge.

La Gambie a par ailleurs interdit à ses compagnies aériennes de ne plus prendre de passagers au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

D’autres compagnies vont-elles suivre?

Pas sûr pour le moment si l’épidémie est contrôlée.

L'OMS estime que la probabilité que le virus soit transmis à un voyageur est peu élevée : en effet, la transmission du virus s'effectue lorsque la maladie est déjà à un stade avancée.

La IATA qui regroupe les compagnies aériennes n'a pour l'instant pas conseillé à ses membres de restreindre les vols vers les pays touchés par l'épidémie après des échanges avec l'OMS (voir http://www.iata.org/pressroom/pr/Pages/2014-07-31-01.aspx). Air France-KLM, Brussels Airlines, Lufthansa et British Airways continuent à opérer des vols vers l'Afrique de l'Ouest. La compagnie française a cependant mise en place des mesures spéciales pour les passagers au départ de Conakry (en Guinée) et de Freetown en Sierra Leone.

Le virus continue cependant de se propager. Lundi l’OMS a fait état d’un bilan de 887 personnes décédées en Afrique du fait de l’épidémie sur un total de 1603 cas recensés dans 4 pays d’Afrique de l’Ouest : 485 cas en Guinée, 468 cas au Liberia, 646 cas en Sierra Leone et 4 cas au Nigeria.

Afin de contenir l'épidémie, la Banque Mondiale vient de débloquer 200 millions pour aider la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone à contenir l’épidémie.

De son côté, le Ministère des Affaires Etrangères français a émis une alerte en recommandant aux voyageurs français «de suspendre tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Guinée, Sierra Leone, Liberia, Nigeria)».

Le virus Ebola est apparu pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées à Nzara (Soudan) et à Yambuku (République démocratique du Congo). Yambuku étant situé près de la rivière Ebola , c’est de là qu’est venu le nom de la maladie.

Le virus se transmet cependant par contact direct (ce qui limite sa propagation) avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques de personnes infectées, ou de contacts indirects par l’intermédiaire d’environnements contaminés par ce type de liquides. Le sperme peut continuer de transmettre le virus jusqu’à sept semaines après la guérison clinique.

La maladie à virus Ebola est une virose aiguë sévère se caractérisant par une apparition brutale de la fièvre, une faiblesse intense, des myalgies, des céphalées et une irritation de la gorge. La période d'incubation dure de 2 jours à 3 semaines.

Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhée, d’une éruption cutanée, d’une insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes.

Il n’existe pas de traitement spécifique à cette maladie.

Avec des moyens adaptés l’épidémie peut bien évidemment être contrôlée, espérons donc que les fonds nécessaires soient apportés pour lutter au mieux contre cette épidémie.

Plus d'informations:

Organisation Mondiale de la Santé

Conseils aux voyageurs du Ministère des Affaires Etrangères Français

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut