Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Lufthansa va facturer la réservation de sièges

lufthansa-sieges-2

La compagnie allemande Lufthansa devrait suivre l’exemple de British Airways et facturer des frais pour la réservation de sièges à l’avance. Mais cette facturation ne s'appliquera que pour les vols continentaux dans les plus basses classes de tarif.

Les passagers pourraient devoir payer jusqu’à 40 euros s’ils souhaitent réserver un siège particulier lors d’un vol Lufthansa selon le magazine Wirtschatfs Woche.

Il y a quelques temps British Airways a été l’une des premières compagnies aériennes historiques à facturer ce service: une décision qui a été l’objet de nombreuses controverses sur le forum de notre magazine anglais.

Lufthansa a tenu à démentir certaines informations publiées dans le Wirstchaffs Woche et a confié à Business traveller France les détails de cette nouvelle offre.

Des frais seront demandés pour la réservations de sièges à l'avance uniquement pour les vols continentaux et pour les plus basses classes tarifaires soit W, S, T, E et L, ce qui n'était pas possible pour ces pasagers jusqu'à présent.

Les vols intercontinentaux ne seront pas concernés par cette mesure de même que les membres des cercles de fidélité HON et SEN et les passagers ayant payé les tarifs intermédiaires (U, H, G, Q et V): pour tous ces passagers la réservation de sièges à l'avance sera gratuite.

Même si Lufthansa n’a pas encore fait une annonce officielle, les frais avoisineront 5 et 15 euros pour les vols court et moyen-courriers respectivement et 40 euros pour les vols long-courriers.

Le service (Advanced Seat Reservation) devrait être mis en place en 2014: aucune date spécifique n’a été annoncée pour le moment.

Initialement, au moins, ce service ne sera payé que par les passagers voyageant en classe éco: ce qui voyagent à plusieurs auront sans doute à utiliser ce service pour être sûr de voyager ensemble.

Ces frais auxiliaires sont devenus de plus en plus indispensables pour la survie des compagnies aériennes.

«Les compagnies aériennes souffrent plus que toute autre industrie du ralentissement économique. De fait de la concurrence féroce et des comparateurs de vols, les revenus issus des billets peuvent difficilement augmenter. Alors elles essayent de percevoir d’autres revenus via des frais plus élevés» indique le Wirtschafts Woche.

www.lufthansa.com


SONDAGE
Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :
Newsletter
S'inscrire à la newsletter