Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Malev abandonne ses vols long-courriers

malev-plane.jpgLa compagnie hongroise Malev s'apprête à abandonner tous les long-courriers en provenance de Budapest afin de favoriser les vols plus proches.



Un bouleversement dû aux prix élevés du pétrole qui a déjà conduit à l'abandon de la destination Bangkok et verra dans les prochains mois celui de New York et Toronto (ses seules destinations à longue distance restantes).

Avec l'abandon de ces vols, Malev compte se concentrer davantage sur le développement de son réseau en Europe et en particulier en Europe de l'Est. Dans une déclaration, Malev accuse "la hausse des prix du pétrole et le ralentissement économique mondial".

Les deux derniers B747 de la compagnie (qui opèrent les vols long-courriers de Malev) n'étant plus rentables, ils seront également retirés du service.

"En raison de l'augmentation des prix du kérosène, un vol Budapest-New York-Budapest nous coûte 49$ de plus que l'an dernier", se justifie Malev. "Compte tenu de cette hausse majeure des dépenses, il est totalement exclu pour une compagnie de la taille de Malev d'effectuer des vols long-courriers de manière rentable".

Le dernier vol de Malev entre Budapest et Toronto aura lieu le 21 septembre et le dernier vol pour New York quittera Budapest le 25 octobre.

Doros Theodorou, directeur de Malev au Royaume-Uni, a commenté ce changement :

"Nous avons pris cette mesure dans l'optique de nous concentrer sur notre point fort. Ce point fort, c'est notre réseau européen, en particulier celui reliant l'Ouest et l'Est de l'Europe. Mais cela ne nous empêchera pas de proposer à nos clients un réseau mondial, ce que nous ferons par le biais de nos compagnies partenaires de Oneworld."

Si Malev était le seul transporteur à effectuer des vols sans escale entre Budapest et Toronto, il existe une foule de vols indirects passant par Francfort, London Heathrow, Paris Charles de Gaulle, et ainsi de suite. Quant au vol Budapest-New York, une alternative est proposée par la compagnie américaine Delta.

Pour plus de renseignements, visitez MALEV.


SONDAGE
Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :
Newsletter
S'inscrire à la newsletter