La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Le gouvernement portugais vient de rejeter l'offre d'un investisseur dans le processus de privatisation de TAP Portugal. Deux consortiums restent en lice pour racheter 61% du capital...

tap portugal a350 

On vient d'apprendre que l'offre de Quifel Holdings avait été rejetée dans la cadre du processus de privatisation de la compagnie aérienne TAP Portugal.

Le gouvernement portugais a annoncé qu'il allait désormais négocier directement avec deux consortiums : Gateway, regroupant l'offre de l'investisseur américano-brésilien David Neeleman et du portugais Humberto Pedrosa ainsi que SAGEF, dirigé par l'investisseur German Afromovich.

David Neeleman et German Afromovich sont connus dans le monde de l'aérien.

David Neeleman a fondé la société JetBlue et est le CEO de la compagnie brésilienne Azul Airlines.

Quant à German Afromovich, il contrôle la compagnie aérienne colombienne Avianca via son holding Synergy.

German Afromovich avait déjà fait une offre lors de la première privatisation de TAP Portugal en 2012 : elle avait été rejetée et la privatisation annulée du fait d'un manque de garanties financières.

61% du capital cédé à des investisseurs privés

Les prochaines semaines vont être cruciales alors que le gouvernement a assuré vouloir céder 66% du capital de TAP avant la fin du mois de juin : 61% du capital sera revendu à l'un des consortiums en lice et 5% du capital aux 130000 employés.

Suite à la privatisation, le gouvernement conservera 34% du capital de la compagnie pendant au moins deux ans. Les règles prévoient également un gel des licenciements tant que le gouvernement conserve des parts dans la compagnie.

Des voix s'élèvent contre la privatisation

De nombreuses voix se sont élevées contre cette privatisation. D'abord au sein des employés de la compagnie. Les pilotes ont mené une grève de 10 jours au début du mois de mai : elle aurait entrainé une perte de revenus estimée à 35 millions d'euros.

Dans le monde politique, l'opposition de gauche critique cette privatisation menée par le gouvernement de centre droit. Il est à noter que des élections législatives doivent avoir lieu dans le pays d'ici 5 mois.

Une compagnie qui a des parts de marchés importantes vers le Brésil et l'Afrique

Car même si la dette de la compagnie atteint 1,06 milliards d'euros, la valeur de l'entreprise est importante.

Grâce aux liens historiques du Portugal (voir le traité de Tordesillas pour le partage de l'Amérique entre l'Espagne et le Portugal), la compagnie nationale dispose d'une position enviable sur certains marchés prometteurs.

Elle est un acteur clé sur le marché de l'aérien mondial alors qu'elle propose de nombreux vols entre l'Europe et le Brésil, une importante économie émergente mais aussi vers l'Afrique.

TAP propose environ 77 vols par semaine entre l'Europe et le Portugal, environ le même nombre entre l'Europe et l'Afrique ainsi que 43 routes en Europe. Ces derniers mois la compagnie a ouvert des vols long-courriers vers Bélem et Manaus au Brésil ainsi que Panama et Bogota en Amérique du Sud.

La privatisation vise à injecter du capital afin de rajeunir sa flotte et de renégocier sa dette mais nombreux sont les critiques à asséner que la privatisation ne doit pas se faire à prix bradés.

En 2014, TAP a enregistré des pertes avant impôts avoisinant -78 millions d'euros (-444000 en 2013) pour un chiffre d'affaires en légère hausse à  2,698 milliards d'euros (2,669 en 2013).

http://www.tapportugal.com

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

SONDAGE

La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Derniers messages du Forum

Aller en haut