Etes-vous favorable au retour du port du masque dans les transports?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

bea-anne-candies-AF447
La troisième campagne de recherche du vol AF447 n'a pas permis de retrouver les boîtes noires. Le Secrétaire d'Etat chargé des transports souhaite que les recherches continuent.


Le secrétaire d'Etat chargé des transports, Dominique Bussereau, a demandé au Bureau Enquêtes Accidents de poursuivre les recherches pour retrouver les boîtes noires en partenariat avec Air France et Airbus.

La semaine passée le BEA avait indiqué que la zone initiale de recherches aurait été entièrement couverte d’ici la fin de la semaine.

Depuis le début de la troisième campagne de recherche le 2 avril, le sonar Orion, sonar remorqué à bord de l’ « Anne Candies », a couvert 2 800 km2  et les trois Remus, véhicules sous-marins autonomes à bord du « Seabed Worker », ont effectué quarante plongées et couvert une zone de près de 3 000 km2.

Bien que les conditions météorologiques sur zone aient été favorables, les recherches durant cette troisième campagne ont été infructueuses.

Le Seabed Worker et l’Anne Candies vont désormais retourner  au port de Recife pour une escale technique dans les jours suivants.

Cette troisième campagne de recherche de l'épave de l'Airbus A330 du vol AF447 Rio-Paris visait à récupérer les boîtes noires et à déterminer les causes de l'accident.

Les équipements devraient permettre d'analyser les fonds jusqu'à 6000 mètres alors que l'épave se trouve certainement à une profondeur d'environ 4000 mètres.

Il est à noter que la dernière position connue du vol AF447 se situe à 4 miles nautiques de la route qu'aurait dû emprunter l'avion, ce qui laisse à penser que les pilotes ont du dévier la trajectoire de l'appareil face au mauvais temps afin d'éviter une zone de turbulences.

Le coût de la campagne, de l'ordre de 5 millions d'euros, a été financé par Airbus et Air France.

Il reste à savoir qui financera la poursuite des opérations selon les voeux du Secrétaire d'Etat chargé des Transports

Le BEA fera un nouveau point presse le mardi 4 mai sur cette campagne et BusinessTravel.fr vous tiendra informé de la suite des événements.

  

SONDAGE

Etes-vous favorable au retour du port du masque dans les transports?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Derniers messages du Forum

Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS