Partagez cet article :
nyse_fp_1.jpg
Avec la crise les entreprises apprenent à mieux contrôler leurs voyages d'affaires. Certaines entreprises confient même leurs budgets voyages d'affaires  à leurs cadres. En attendant la crise entraine une baisse des bénéfices des compagnies aériennes et une vague de soldes des billets aériens et des tarifs des hôtels quatre et cinq étoiles...

 



Pas étonnant que les compagnies aériennes ne  célèbrent pas publiquement la baisse des cours du pétrole. Non seulement beaucoup  de compagnies ont mis en place des options afin de se couvrir contre une hausse, mais elles sont également été touchés par l'appréciation du dollar (la monnaie utilisée par les transporteurs pour l'achat de leur carburant).

La couverture du risque de change  peut coûter beaucoup d'argent. Dans une déclaration publiée au début du mois de novembre, la compagnie Cathay Pacific basée  à Hong Kong a indiqué que si les cours du pétrole restaient bas, elle perdrait  2,8 milliards $ HK sur les contrats  carburant.

Mais un problème plus sérieux est en train d'émerger: la crise financière mondiale. Les entreprises et les particuliers réduisent leurs budgets voyage: certains voyagent moins, tandis que d'autres ont commencé à supprimer des budgets.

Bien sûr, la situation varie d'un itinéraire à l'autre, mais les statistiques de l'organisme IATA sont décourageantes. Giovanni Bisignani, le directeur général de la IATA  a déclaré: «le trafic passagers [des membres IATA ] a diminué de 2,9 pour cent sur un an en Septembre [le dernier mois pour lequel des données étaient disponibles]. La détérioration du trafic est extrêmement rapide et généralisée ».

 

L'impact des réductions des budgets de voyages d'affaires sur les compagnies aériennes


British Airways est particulièrement touchée par cette tendance, car comme pour beaucoup de compagnies beaucoup de ses clients affaires sont des sociétés du monde la finance. Le transporteur a indiqué  que le trafic de ses classes  première et  affaires de trafic a diminué de 9,2 pour cent en octobre, alors que son trafic global a baissé de 4,4 pour cent. Les facteurs de charge ont diminué à 77 pour cent, contre 88 pour cent pour la même période l'an dernier.

Les mauvaises perspectives financières ont déjà conduit à la suppression d'un certain nombre de liaisons. Plusieurs transporteurs ont abandonné leurs plans d'expansion,ont  mis au rebut des itinéraires ou déclassés services. Le président de bmi a déclaré : «Même si nous avons mis en place des sièges s'allongeant totalement à plat  dans notre classe  affaires et amélioré les sièges en classe éco premium, nos passagers n'ont pas été disposés à payer davantage pour ces produits."

Cathay Pacific a également dit son chiffre d'affaires a commencé à faiblir du fait d'une baisse du trafic. "Les revenus issus des entreprises sont sous tension car nos clients entreprises commencent à imposer des politiques plus strcites de voyage" a déclaré le transporteur.

Pour le consommateur, c'est peut-être le bon moment pour faire des affaires.  il ya plus d'offres que par le passé. Au Royaume-Uni, les compagnies aériennes font des soldes continuelles. Mais les voyageurs peuvent perdre à ce jeu. Certains transporteurs annulent des vols comme Bristish Airways et Virgin Atlantic qui suppriment les vols non rentable.

Certains transporteurs changent d'avions. Beaucoup préfèrent les Boeing 777 plus économiques, mais qui ne sont pas tous équipés de nouveaux sièges affaires.

Des routes sont supprimées en  faveur d'un accord de  partage de code. La compagnie aérienne américaine Delta a confié à Air France la gestion de la route Paris Charles de Gaulle - New York JFK . C'est très bien sauf qu'Air France ne propose pas les derniers sièges s'allongeant totalement à plat que Delta ajoute à sa flotte.

L'impact sur les budgets voyages d'affaires

Les PME ont appris à gérer  des budgets voyage avec économie. Mais maintenant, les réductions sont également d'actualité auprès des grandes et riches entreprises.

Alors qu'auparavant un vol de six ou huit heures était requis pour pouvoir réserver un vol affaires, le personnel de certaines entreprises devra se contenter de vols supérieurs à 10 heures. D'autres entreprises ont pris une décision plus radicale :   autoriser la classe affaires pour un très petit nombre de cadres supérieurs. Tout le monde, peu importe dure un vol, doit voyager en classe économique.

D'autres entreprises ont choisi une approche différente et ont accordé à leurs employés leur propre budget voyage. Un voyageur "autonome" nous a confié: "je peux toujours prendre des vols en première classe en négociant . Je peux maintenant parmi  différents transporteurs et opter pour le tarif le moins cher et le plus restrictif ou  un tarif plus moins contraignant. Si le service voyage de mon entreprise était aussi bon qu' il le prétend, il pourrait aussi réduire les coûts des billets sans forcer le personnel à changer de classe. Je le sais, parce que je  suis meilleur qu'eux  la plupart du temps. "

Les réductions de budget sont également mises en œuvre en Asie. Un lecteur qui travaille pour un constructeur automobile des États-Unis en Chine nous a dit que son budget Voyage a "été réduit de 20 pour cent". Une autre lecteur, un consultant en voyage d'affaires, nous a dit qu'une banque du sud-est asiatique oblige maintenant ses dirigeants à voyager en classe économie en Asie. La classe affaires est autorisée uniquement pour  les voyages vers l'Europe ou les États-Unis.

L'impact de la crise sur les hôtels de luxe

Bien que les propriétés haut de gamme soient réticentes à l'admettre, les hôtels de luxe souffrent actuellement notamment à Londres.

Les chiffres récents montrent que les  bénéfices et les taux d'occupation sont en baisse à Londres, notamment aux Docklands et à la City. Le Four Seasons Canary Wharf offre des tarifs alléchants de  195 £ (plus taxes) pendant un mois -alors que son tarif  le moins cher est normalement de   370 £ (plus taxes ).

Une lectrice, une négociatrice de tarifs hôteliers  pour une grande entreprise, a déclaré: «La pression va augmenter  l'an prochain. Un vendeur m'a rendu visite récemment et a dit qu'il voulait augmenter le tarif de ses chambres de 5 pour cent en 2009. Je lui ai dit que nous n'aurons d'accord si cela est mis en place ".

Jonathan Langston, le directeur  de TRI Hospitality Consulting, assure que les bénéfices des hôtels sont également en chute dans des villes comme Amsterdam, Paris et Vienne.

Les modes de réservation sont aussi en train de changer. Le service de réservation d'hôtel HRS a connu une forte croissance de ses réservations, car il offre  aux entreprises un plus large éventail de propriétés. Grant Appleton, le  directeur commercial de HRS explique : " les professionnels des voyages d'affaires sont à la recherche de plus de choix et essayent de trouver de  meilleures options que celles proposées par leurs fournisseurs actuels "

Les cadres voyagent encore, mais deviennent plus économes. Appleton ajoute: «Nos clients nous disent qu'ils appliquent  plus strictement leur politique voyage, mais ils continuent cependant à réserver des hôtels mais en catégorie inférieure ou moins onéreux pour leurs voyages d'affaires. De ce fait, les hôtels quatre et cinq étoiles baissent leurs tarifs pour attirer les voyageurs d'affaires. "

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


Aller en haut