Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 65 ans?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Refuser et s'abonner.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Air France-KLM est restée dans le rouge en 2014 contrairement à la tendance de ses principales concurrentes comme BA ou Lufthansa. La grève des pilotes a eu un impact très important sur les comptes. Du fait de ces mauvais résultats, Air France-KLM va renforcer ses mesures de réduction de coûts dans les prochaines années.

air-france-b777

Le chiffre d'affaires d'Air France a été en légère baisse l'an passé à 24,9 milliards d'euros (-2,4%) contre 25,5 milliards en 2013 : il a été quasiment stable selon Air France à données comparables (-0,3%).

De son côté, le résultat d'exploitation a atteint -129 millions d'euros pour l'ensemble de l'année 2014: sans la grève des pilotes qui a paralysé le compagnie en septembre 2014, il aurait atteint +296 millions!

«Au cours du deuxième semestre 2014, l’activité du Groupe a été perturbée par 14 jours de grève des pilotes d’Air France, dont l’impact a été estimé à 425 millions d’euros sur le résultat d’exploitation (330 millions d’euros au troisième trimestre, et 95 millions d’euros au quatrième trimestre). Le chiffre d’affaires total a été réduit à hauteur de 495 millions d’euros, en partie compensé par une réduction nette des coûts de 70 millions d’euros. La grève a amené le Groupe à annuler l’équivalent de 4 249 millions de SKO et 213 millions de TKO, soit 4,75 milliards d’ESKO (Equivalent Siège- Kilomètre Offert)» a déclaré Air France.

De ce fait le résultat net est dans le rouge à -198 millions d'euros contre -1,827 milliard l'an passé.

Sur une base retraitée, le résultat net part du groupe s’est même établi à -535 millions d’euros contre -463 millions d’euros en 2013, enregistrant ainsi une dégradation de 72 millions d’euros.

La situation du groupe français est donc toujours critique vis à vis de ses grands concurrents européens comme le groupe IAG ou Lufthansa qui ont su se restructurer beaucoup plus rapidement et qui vont afficher des bénéfices en 2014. Lufthansa a réaffirmé qu'elle s'apprêtait à dégager un résultat opérationnel d'un milliard d'euros, soit bien plus qu'Air France même si la grève n'avait pas eu lieu.

Les résultats de la restructuration entreprise ces dernières années a cependant porté ses fruits.

Trafic passagers : 77,45 millions de passagers transportés en 2014 (+0,2%)

Au niveau de l'activité de transport de passagers, Air France accuse une baisse de ses revenus de 2,7% à 19,57 milliards. Le nombre de passagers transportés est resté stable à 77,45 millions.

Sur le réseau long-courrier, la recette unitaire a été affectée par la situation de surcapacité sur certaines lignes, une faible performance du réseau Amérique latine notamment liée à la dégradation de la situation économique de certains marchés clés de la zone, et une base de comparaison élevée sur le second semestre.

Hors grève, le résultat d’exploitation estimé du long-courrier s’élevait à 730 millions d’euros, en baisse de 70 millions d’euros.

Les capacités court et moyen-courrier point-à-point (hors des hubs de Paris et d’Amsterdam) ont été encore réduites cette année (baisse de 12,8% hors impact de la grève), «avec un effet positif sensible sur la recette unitaire (estimé à +7,5% à données comparables).»

Sur les hubs, le RSKO (revenu par siège/kilomètre) court et moyen-courrier est resté stable (+0,1% à données comparables).

Le résultat d'exploitation de l'activité transport de passagers a atteint -83 millions contre +174 l'an passé.

Sans l'impact de la grève le résultat d'exploitation aurait été positif à hauteur de 289 millions a assuré Air France dont +730 millions pour le long-courrier, -320 millions pour le moyen-courrier (alimentation des hubs) et -120 millions pour le point à point moyen-courrier.

Globalement, dans le cadre du plan Transform le groupe a réussi à réduire son coût au siège kilomètre offert de 1,7%.

Transavia s'est bien développée malgré la grève des pilotes

La performance de Transavia a été particulièrement notable avec des «résultats 2014 meilleurs qu'attendus» selon la direction. La compagnie qui vient de changer de logo a dépassé le milliard d'euros en terme de revenus avec une croissance des capacités de 8,3% en 2014 et de 21% en France (trafic passagers en hausse de 23%)! Elle va encore profiter de l'arrivée progressive de 20 B737 dans sa flotte cette année pour se développer.

Pour 2015, la croissance du groupe continuera d'être portée par Transavia (qui est devenue la première low-cost sur Orly), par l'activité Maintenance dont le carnet de commandes a bondi de 28% en 2014 et par la mise en place de nouveaux partenariats avec des compagnies asiatiques.

L'Asie, moteur de la croissance sur le long-courrier pour les années à venir

«Nous allons nous développer dans les pays émergents dans l'est du monde. Nous allons pour cela sceller des partenariats avec des compagnies asiatiques. Contrairement à l'Amérique Du Nord, nous n'aurons pas un seul partenaires, mais plusieurs avec des compagnies asiatiques. 3 ou 4 partenaires pour l'Asie, cela ne me parait pas insensé» estime Alexandre de Juniac.

Air France va encore accélérer son programme de réduction de coûts

Air France estime que les objectifs du plan Transform 2015 ont été atteints avec une baisse des coûts hors carburant de 7% par rapport à 2011 même si «la dynamique de désendettement a été ralentie par la grève des pilotes d’Air France et par la détérioration des recettes unitaires intervenue depuis l’été 2014.»

Du fait de l'incertitude à venir et de ces résultats médiocres, Air France a décidé de renforcer ses mesures de réduction des coûts avec une baisse du programme d'investissement de 600 millions d'euros entre 2015 et 2016 (300 millions en 2015 et 300 millions en 2016), la mise en place d'un plan de départ volontaire de 800 équivalents temps plein et le renforcement de la baisse des coûts unitaires de 1,5% par an en moyenne entre 2015 et 2017.

La majeure partie de la réduction des investissements se concentra sur l'annulation ou le report de commandes d'avions.

Air France ne réduira pas les investissements liés aux nouveaux produits

Alexandre de Juniac, le président du groupe a précisé lors de la conférence de ce presse de présentation des résultats que les investissements dans les nouveaux sièges, les produits et services destinés aux clients ne seront pas affectés par ces réductions. Au 30 décembre 2014, 29 avions long-courriers étaient équipés des nouveaux sièges affaires d'Air France.

Ces nouveaux sièges Business ont d'ailleurs reçu un bon accueil par les clients de la compagnie : la note de satisfaction des clients Air France sur le confort du nouveau siège Business a atteint 8,2 contre 6 auparavant pour les anciens sièges.

L'offre de la cabine avant qui regroupe la Première et la Business a d'ailleurs particulièrement bien fonctionné en 2014 avec une hausse de 3% de la recette unitaire contre une baisse de 0,9% de la cabine arrière.

La refonte de l'offre sur le long-courrier a donc été une réussite, il reste à Air France à poursuivre sa restructuration et à tirer enfin des bénéfices qui permettront au groupe de se développer.

Prudence pour 2015 et réduction de la dette de 400 millions

La direction reste cependant prudente pour 2015 : «nous n'anticipons pas de gains importants du fait de la facture pétrolière car ils pourraient être absorbés par la pression sur les recettes unitaires et l'effet de change négatif (du dollar)». Mais une bonne surprise pourrait néanmoins avoir lieu, si le climat social s’apaise enfin contrairement à 2014.

La compagnie s'attend d'ailleurs à une baisse de sa dette de 400 millions à 5 milliards d'euros fin 2015 contre 5,4 milliards cette année.

Enfin dernière bonne nouvelle pour les analystes, sans l'impact de la grève, Air France aurait été pour une fois  plus performante que KLM avec une marge EBITDA de 7,9% en 2014 (contre 7,6% pour KLM) et une marge de cash flow de 6,8% (contre 4,7% pour KLM).

Air France, future machine à cash du groupe ? On n'y est pas encore, mais il faut bien constater que la stratégie menée depuis ces dernières années par Alexandre de Juniac commence néanmoins à porter ses fruits.

www.airfrance.fr

  

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 65 ans?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Derniers messages du Forum

Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS