Partagez cet article :

premiere-A380-air-france-2

Malgré l'aggravation de sa perte nette, Air France a fait progresser son résultat d'exploitation (au second trimestre) et son chiffre d'affaires. Des chiffres encourageants pour le second semestre?

Le plan de restructuration d'Air France semble commencer à porter ses fruits.

Le chiffre d'affaires de la compagnie aérienne a progressé de 5,2% au premier semestre à 12,145 milliards d'euros.

L'activité transport de passagers affiche même des revenus en hausse de 7,7% à 9,560 milliards d'euros grâce principalement à une forte progression de la recette unitaire par passagers avec une hausse de 8,7% en classe affaires et de 5,9% en classe éco sur le semestre.

«Une amélioration des revenus qui a eu lieu en dépit des mauvaises conditions économiques» a précisé Philippe Calavia le directeur général finance.

La progression de la recette unitaire a été particulièrement sensible en Amérique du Nord (+9,9%) du fait d'une baisse des capacités chez Air France mais aussi chez ses concurrents nord-américains.

La hausse de la recette unitaire a été également forte au Moyen-Orient (+8,8%) et en Asie (+5,1%), seule zone avec l'Amérique Latine où les recettes unitaires progressent alors que les capacités augmentent. 

Le résultat d'exploitation s'est cependant dégradé durant le semestre à -663 millions d'euros (-548 millions au 30 juin 2011) même s'il est redevenu positif en s'améliorant fortement au second trimestre à +66 millions (contre -145 millions au second trimestre 2011): un facteur d'espoir pour la seconde partie de l'année.

Malgré ces bons chiffres le résultat net a cependant baissé très significativement pour l'ensemble du semestre à - 1,263 milliard (-564 milliards pour la même période de 2011) du fait d'une provision exceptionnelle de 368 millions d'euros passée dans le cadre du plan Transform 2015 et d'une perte sur les produits dérivés pétrole de -152 millions d'euros (et des charges de  la dette de -170 millions, une dette qui vise à être réduite de 2 milliards d'euros dans le cadre du plan Transform 2015).

La dette du groupe Air France-KLM atteint 6,239 milliards d'euros au 30 juin 2012 contre 6,515 milliard en fin d'année dernière.

Il semble que la plupart des charges exceptionnelles aient été passées ce semestre ce qui devrait permettre à la compagnie aérienne de présenter de meilleurs chiffres pour la seconde partie de l'année 2012.

Résultats d'exploitation positif pour Transavia au second trimestre

Autre bonne nouvelle, Air France a publié un résultat d'exploitation positif pour son activité loisirs qui regroupe les compagnies aériennes Transavia (en France et aux Pays-Bas).

Le résultat d'exploitation atteint +3 millions d'euros au second trimestre, contre une perte de 14 millions l'an dernier à la même époque.

Une amélioration sensible pour cette activité malgré la baisse du chiffre d'affaires qui atteint 341 millions d'euros contre 357 millions d'euros au premier trimestre 2012.

Pour l'ensemble du premier semestre 2012, le chiffre d'affaires de l'activité loisirs est en recul de 9% à 554 millions d'euros et le résultat d'exploitation affiche une perte réduite à -38 millions d'euros contre -67 millions l'an passé à la même époque.

La direction a réaffirmé son objectif d'investir fortement dans Transavia France en ajoutant 14 avions à la flotte cette année qui vont permettre d'augmenter les fréquences et d'ouvrir de nouvelles routes.

Air France vise cependant une réduction des coûts unitaire de 10% hors carburants chez Transavia France.

Air France a également réaffirmé que les pilotes d'Air France auraient des incitations financières pour travailler chez Transavia pendant une période de 3 ans sans confirmer le montant des primes parues dans la presse allant de 30000 à 60000 euros par pilote.

Ces primes visent selon Alexandre de Juniac, le directeur général d'Air France, «à compenser les baisses de salaires ainsi que les frais de formation au pilotage des B737 présents dans la flotte de Transavia».

Le projet d'accord collectif n'a pas été accepté par les PNC et sera moins favorable que prévu

Pour les salariés de la compagnie, les prochains mois seront cependant encore difficiles.

Du fait de la non approbation par les organisations syndicales du projet d'accord collectif pour le personnel navigant commercial, l'accord collectif actuel sera remplacé par un texte moins favorable à partir du 1er avril 2013 a précisé ce jour la direction Air France qui n'a pas écarté le recours à des licenciements.

Le projet d'accord collectif présenté dans le cadre du plan Transform 2015 n'avait pas été  accepté par 30% des suffrages.

Rappelons que dans le cadre du plan Transform 2015, Air France prévoit la suppression de 5261 postes dont 3029 postes pour le personnel au sol, 550 postes de pilotes et 1681 postes d'hôtesses et stewards.

Air France prévoit de limiter ainsi sa masse salariale (qui était de 4,5 milliards d'euros en 2011) à 4,2 milliards en 2014 (la masse salariale aurait atteint 5,1 milliards à cette date sans le plan Transform).

Le plan prévoit le gel des embauches, une augmentation du temps travaillé, des départs non remplacés et un plan de départ volontaire.

Du côté des pilotes, l'accord prévoit une augmentation des heures de vols: +65 heures pour les pilotes moyen-courriers (700 heures au total) et +30 heures pour les pilotes long-courriers (740 heures au total).

Air France veut se focaliser sur ses clients

La compagnie a par ailleurs réitéré son désir de se focaliser sur ses clients en clarifiant l'offre Air France (Business/premium/éco) et en repositionnant vers le haut le produit business en Moyen-Courrier tout en baissant les prix des tarifs éco.

Le pôle régional va être réorganisé (Britair, Regional Airlinair) et une seule marque regroupera bientôt les 3 compagnies aériennes.

Dans le domaine du long-courrier la compagnie a réaffirmé son souhait de «positionner les produits Première et Business aux meilleurs standards de l'industrie et en introduisant le siège World Class Business chez KLM».

Pour preuve de cette prise en compte plus importante de ses clients, la compagnie aérienne a ouvert dernièrement son plus grand salon affaires à Roissy, modèle du genre, qui abrite un spa Clarins.

Cette période de restructuration difficile et ce nouveau positionnement plus orienté clients pourrait bien payer à moyen-terme.

Alexandre de Juniac, a bien compris que la compagnie ne pourra pas réussir sans séduire à nouveau ses passagers tout en demandant des efforts, en ces temps difficiles, à son personnel pour ajuster ses coûts à ses principaux concurrents européens.

Dans ces conditions, le groupe a précisé qu'il avait pour «objectif de dégager un résultat d’exploitation au second semestre supérieur aux 195 millions d’euros réalisés au second semestre 2011.»

L'action Air France s'envolait de plus de 14% à la mi-journée.

www.airfrance.fr




 

 

 

 

 

 

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: