La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

 

a320-new-york.jpg

 

En gardant leur calme, le pilote et l'équipage du vol 1549 à New York qui a amerri à New York sur l'Hudson  ont sauvé 155 vies.


C'est sans doute le sang froid du pilote Chesley Sullenberger qui a permis au vol 1549 d'atterrir sur l'Hudson sans dommages comme on a pu le constater durant l'interview par  Katie Courie du pilote lors de l'émission 60 Minutes de la chaîne américaine CBS la semaine dernière.

Lorsque l'avion a percuté les oies sous un choc formidable, le pilote "a entendu des bruits fracassants comme le pire orage qu'il ait vu au Texas" a-t-il ajouté. "L'odeur (des oiseaux brulés) s'est propagé des réacteurs au système d'air conditionné. J'ai su alors que nous avions perdu la puissance des réacteurs, que c'était une situation critique. Perdre de la puissance sur les deux réacteurs, à basse vitesse et à basse altitude au dessus d'une zone parmi les plus peuplées au monde...Oui je savais que c'était une situation très critique. L'avion a arrêté de prendre son envol et a alors commencé à perdre de l'altitude rapidement "a déclaré le pilote l. L'avion a alors débuté un vol plané.

A ce moment, le pilote Chesley Sullenberger a  pris la décision d'atterrir sur l'Hudson après s'être rendu compte qu'il était impossible de revenir à l'aéroport de la Guardia d'où il était parti ou d'atterrir à un autre aéroport comme celui de  Teterboto,  comme on peut le constater dans l'enregistrement des communications publié jeudi dernier par les autorités américaines :

Pilot USAirways : "Vol 1549, (...) nous avons heurté des oiseaux, nous revenons vers (l'aéroport) LaGuardia."
Controller 1 LaGuardia: "OK, vous devez revenir."
Controller 1 calmly tells controller 2 : "Nous avons un appel d'urgence, il a heurté des oiseaux, il a perdu ses réacteurs et il veut revenir imédiatement."
Le contrôleur demande alors au pilote s'il veut revenir à La Guardia LaGuardia.
Le pilote répond sans émotion apparente: "Nous en sommes incapables. Nous allons finalement terminer le vol dans l'Hudson."
Le pilote a demandé brièvement s'il pouvait atterrir à un aéroport proche à  Teterboro, dans le New Jersey. Mais après un bref échange, le contrôleur dit: "Je pense qu'il a dit qu'il allait atterrir sur l'Hudson."

Le pilote a réussi un atterrissage parfaitement rectiligne sur l'Hudson qui a été permis par sa prouesse mais aussi par l'électronique embarquée à bord de l'A320. Le pilote qui avait 42 ans de service totalisait 19663 heures de vols et les hôtesses entre 26 et 38 années de service...

Une leçon à méditer alors que certains directeurs des ressources humaines en France considèrent les personnes de plus de 50, voire 40 ans inadaptées au monde du travail...

 

 

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut