Partagez cet article :

La mise à terre des B737 MAX occasionnerait d’importants frais à Boeing d’autant que certaines compagnies comme American ont reporté la remise en exploitation de ce modèle d’avion…

Selon JP Morgan, la mise à terre des B737 MAX dans le monde suite aux crash de Lion Air et d’Ethiopian couterait 1 milliard de dollars par mois à Boeing chaque mois que le constructeur ne livrerait pas d’avion tandis que la production se poursuit.

Selon les analystes de la banque l’arrêt de livraison de 50 avions coute 85 à 90 cents de profit par action à Boeing.

Boeing a annoncé vendredi qu’elle allait passer d’une cadence de livraison mensuelle de 52 B737 MAX à 42.

« Nous allons ajuster de façon temporaire le système de production du 737 afin de gérer la pause des livraisons de cet avion, ce qui nous permettra de consacrer prioritairement des ressources supplémentaires à la certification du logiciel et à la remise en service du MAX » a déclaré Boeing dans un communiqué.

Il y a quelques jours American Airlines a annoncé qu’elle allait prolonger la mise à terre de ses B737 MAX au moins jusqu’au 5 juin : cela occasionne l’annulation de 90 vols American Airlines par jour.

« En annulant pro activement nos vols nous pouvons offrir un meilleur service à nos clients en terme de disponibilités et d’options de changements de réservations » précise American Airlines.

Il est à noter qu'American Airlines a revu à la baisse ses profits pour le premier trimestre

Pour Boeing, l’objectif prioritaire est donc de trouver une mise à jour qui soit satisfaisante pour la FAA. Boeing avait ajouté le système MCAS au modèle MAX du B737 car les moteurs de cet avion étaient plus lourds.

Boeing a par ailleurs annoncé avoir trouvé une seconde faille logicielle au sein du système MCAS.

Boeing a par ailleurs annoncé la mise en place d’un nouveau comité chargé d’examiner les règles et les processus mis en œuvre d’un bout à l’autre du Groupe pour concevoir et développer les avions.

Le comité sera constitué de quatre membres : l’amiral en retraite Edmund P. Giambastiani, Jr., ancien vice-chef d’État-Major des armées des États-Unis, qui en sera le président ; Robert A. Bradway, président et CEO d’Amgen, Inc ; Lynn J. Good, présidente et CEO de Duke Energy Corporation ; et Edward M. Liddy, ancien président et CEO de Allstate Corporation.

« Les quatre membres de ce comité siègent au Conseil d’administration de Boeing, et ont été choisis en raison de leur riche expérience collective et de leur leadership dans des entreprises, des industries réglementées et des agences gouvernementales où la sûreté et la sécurité des vies humaines revêtent une importance inestimable » a indiqué Boeing.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


NIKKO : une région japonaise à découvrir

Le Guide vert Michelin a recensé de nombreux sites à ne pas manquer dans le parc national de Nikko. Une région à découvrir facilement au départ de Tokyo avec Tobu Railways.

Cliquez ici pour lire le reportage.

tobu

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut