Partagez cet article :

Index de l'article


bar-du-centre-ville-de-bogotacolombie2010

Le centre-ville de Bogota est un petit village au cœur d’une grande ville. La fête n'est jamais loin dans un bar de quartier ou dans l'institution locale, le restaurant Andres Carne de Res où l'on danse jusqu'au bout de la nuit...

centre_historique1colombie2010En plein Bogota, la Candelaria, nom donné au centre historique de la ville, garde des airs de quartier colonial : ses rues étroites et escarpées sont entourées de maisons basses et colorées aux vieilles portes, emblèmes, sculptures encastrées dans les toits et autres fenêtres qui ne sont pas sans évoquer le temps où le lieu s’imposait comme un berceau de l’aristocratie créole et espagnole.

Dans ce quartier vallonné déclaré monument historique en 1963 et ses alentours directs, se concentre une grande partie de l’offre touristique de la ville aux huit millions d’habitants.

Contrairement au reste de la ville, le centre offre une homogénéité architecturale. Pour se reposer dans ces ruelles, de multiples petits cafés offrent une ambiance citadine et sont souvent envahis par des peintres, artisans ou autres musiciens de rue.

plaza-bolivarcolombie2010

Point central de ce quartier historique : la plaza de bolivar (ci-dessus). En son centre, la place possède une statue de Simon Bolivar.

Elle est entourée de la Catedral Primada (la chapelle du saint sacrement et l’archevêché), le palais Liévano qui abrite l’hôtel de ville (construit par l’architecte français Gaston Lelarge), le palais de justice ainsi que le Capitole nationale qui fait office de palais présidentiel.

Les rues qui partent de cette place donnent un accès direct à différents sites incontournables de la culture et de l’art à Bogota, parmi lesquels le Musée de l’Or.

musee-de-lor-bogotaSur trois niveaux, celui-ci abrite la plus importante collection d’orfèvrerie pré-hispanique du monde et compte différentes pièces des cultures indigènes de Colombie ainsi que trente-cinq mille objets en or et autant en céramique, coquillage, os, etc.

La seule visite de cet établissement peut prendre, pour les passionnés ou les curieux, une bonne demi-journée !

A quelques pas de là, le musée de Botero expose maintes œuvres latino-américaines ainsi qu’un nombre conséquent de peintures, sculptures et objets colombiens.

Et, surtout, une collection offerte par le maître Botero ainsi, notamment, que quelques toiles de célébrités européennes classiques de Monet, Picasso, etc.

D’autres musées donnent à Bogota une dimension culturelle importante, mais la ville moderne, nettement occidentalisée, dispose de quartiers populaires davantage axés sur la fête et la musique : à proximité de l’immense centre commercial grand comme plusieurs pâtés de maisons, s’enchainent donc bars, restaurants et grandes enseignes de mode.

Si le week end ces lieux peuvent êtres noirs de monde, certains soirs de semaine, passé minuit, ces places populaires sont vides.

Les amateurs de danse et de musique trouvent alors leur bonheur dans l’institution locale, voire nationale : Andres Carne de Res.

Cette enseigne, qui regroupe deux sites à Bogota et à Chia (banlieue située à 40 minutes de transport du centre ville), s’impose comme le restaurant le plus original du pays.

Dans une ambiance excentrique basée sur une décoration mi kitsch-mi baroque composée de coeurs de toutes les tailles, d’images pieuses, de masques, de fleurs et d’innombrables objets variés, Andres Carne de Res permet de profiter d’une cuisine de qualité faite en partie de plats typiques au feu de bois, tout en écoutant la meilleure Rumba de Colombie ou de danser la salsa, le merengue ou le vallenato dans une ambiance mystique.

Avec ses 900 tables et ses 5 000 places, le site de Chia affiche complet et envoute tant les locaux que les touristes de passage. Un site incontournable !

Autour de Bogota, la région regorge de sites historiques.

La petite ville coloniale de Zipaquira, à 50 km de la capitale et fondée en 1 600, abrite par exemple la surprenante catedral del sal (cathédrale de sel).

Une merveille, érigée en 1995 après la fermeture d’une première cathédrale similaire bâtie en 1954 sous la roche par les mineurs de sel.

Dans un jeu d’ombres et de lumières bleues ou vertes, ce site, qui peut recevoir quelque 800 fidèles pour la messe hebdomadaire qui est dite tous les dimanches, est donc construite à même les parois de la mine à près de 200 sous terre.

Si sa visite n’est pas idéale pour les batteries d’appareils électriques en raison de son magnétisme, elle offre un calme envoutant dans une fraicheur reposante, le temps d’une heure et demie.

Dans les alentours de cette construction, il n’est pas difficile de trouver des restaurants traditionnels servant, par exemple, des soupes à base de maïs et autres plats locaux.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : CLIQUEZ ICI POUR CREER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

REPORTAGES AMERIQUES

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

LES REPORTAGES AMERIQUE PREFERES

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre la privatisation d'Aéroports de Paris?
Aller en haut