Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Booking.com

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Partagez cet article :

Aux Etats-Unis, l’épidémie est instrumentalisée politiquement alors que le pays gère plutôt bien les choses comparativement à la France pour le moment. Il ne faut pas cependant pas espérer des voyages aux Etats-Unis avant le courant du mois de septembre au plus tôt. La levée des restrictions sera sans doute effectuée en premier pour les voyages d'affaires, essentiels à l'économie...

Les élections présidentielles vont avoir lieu cet automne et de ce fait de nombreux évènements sont instrumentalisés pour nuire au pouvoir en place comme la mort de George Floyd qui a été montée en épingle pour tenter d’en faire une insurrection populaire et l’épidémie de Coronavirus.

Une instrumentalisation dangereuse pour le pays et qui ne fait pas avancer les choses au contraire selon le blog France-Amériques de Gérald Olivier.

Mais pour en revenir à l’épidémie, si l’on regarde les chiffres aux Etats-Unis ils sont dans la normale par rapport à de nombreux pays européens gravement touchés par la crise sanitaire comme la France.

5 fois plus de tests aux USA et moins de morts/habitant qu'en France

En terme de tests par exemple les Etats-Unis sont bien meilleurs que la France, ce qui explique le grand nombre de cas cités par la presse ces dernières semaines.

Les Etats-Unis testent 5 fois plus que la France avec 105 302 tests par 1 000 000 habitants contre 21 213 pour la France.

Ils comptent également à ce jour moins de morts / 1 000 000 habitants que la France : on compte aujourd'hui selon Worldometer 395 morts/100 000 habitants aux Etats-Unis contre 457 en France. Pourtant si on lit la presse française, on a l’impression que l’épidémie est bien plus grave aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis sont ainsi parmi les pays occidentaux, ceux qui sont parmi les mieux classés en terme tests, d’où forcément un plus grand nombre de cas détectés.

Cela prouve que les Etats-Unis sont sérieux en terme de politique de test, contrairement à la France durant l’épidémie.

Il est donc utile de rappeler qu'à ce jour l'épidémie est moins pire aux Etats-Unis qu’en France en terme de morts/1 000 000 habitants et que les Etats-Unis testent bien plus que la France ne l’a jamais fait : ce sont des faits.

Pour autant, on ne peut pas contester la dynamique épidémique actuelle, notamment dans le sud et l'ouest des Etats-Unis comme l'indique Le Monde.

Mais cela est aussi dû au très grand nombre de tests effectués aux Etats-Unis. Pour le moment malgré la hausse de l'épidémie, les USA restent en dessous des statistiques françaises.

Les Etats-Unis sont pénalisés par un plus grand nombre de personnes en surpoids

Les chiffres de mortalité devraient par ailleurs être bien plus élevés aux Etats-Unis qu’en France du fait du grand nombre de personnes en surpoids ou diabétiques ou ayant des maladies cardio-vasculaire, facteur de risque aggravant lorsque l’on est atteint du Covid-19 (NDLR: de nombreuses études ont été publiées sur le web à ce sujet).

On compte ainsi 33,7 personnes en surpoids aux Etats-Unis contre 23,9% en France selon l'OMS (chiffres de 2014) citée par Wikipedia.

Le CHU de Rouen que les personnes en situation d’obésité (un IMC > 30kg/m2) sont à fort risque de complication du Covid-19 comme notamment les insuffisants cardiaques et les malades des coronaires.

Les Etats-Unis sont un pays fédéral et chaque état gère l'épidémie différemment

Comme le rappelle Gérald Olivier dans une interview à Atlantico, le vrai problème réside dans la gestion de la crise dans certaines villes et Etats d’autant que les conditions épidémiques sont très différentes d’une zone à une autre : « les Etats-Unis sont un pays de la taille d’un continent et c’est une fédération de 50 Etats où la gestion des crises locales au quotidien est du ressort de chaque Etat. Il serait plus logique de blâmer le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, ou le maire de la ville de New York, Bill De Blasio, pour les ravages du virus dans cette zone métropolitaine que le gouvernement fédéral et le président Trump ».

La Floride et le Texas ont ainsi déconfiné très vite sans attendre le pic ce qui a été critiqué. Du coup le Texas a remis en place un confinement fin juin.

Un pays très étendu avec des conditions climatiques très différentes

Par ailleurs de par son étendue, la gestion de l’épidémie est plus complexe du fait des nombreux climats présents dans le pays : les conditions de propagation sont donc très différentes d’une zone à une autre et changent en fonction des modifications climatiques locales et des règles de chaque état.

Les prochaines élections instrumentalisent l'épidémie

Par ailleurs, les élections compliquent les choses alors que comme l’indique Gerald Olivier : «l’enjeu de novembre est quasi existentiel pour les Démocrates. Ils veulent absolument battre Trump. Eviter quatre années de plus d’un dirigeant qu’ils exècrent au plus haut point. Et ils vont tout faire et tout utiliser pour le battre, y compris prolonger tant qu’ils le pourront la crise sanitaire parce qu’elle leur permet d’introduire le doute dans l’électorat sur la capacité de Trump à gérer les crises et qu’elle prolonge les difficultés économiques ».

Cette tendance à fait durer l’épidémie pour des enjeux politique devrait donc avoir un impact sur la réouverture des frontières et donc des voyages.

Quand sera-t-il possible de voyager aux Etats-Unis?

L’Union Européenne vient d’établir une liste de pays dont les citoyens sont autorisés à voyager dans l’espace Schengen et les Etats-Unis ne font pas partie de cette liste.

Cela est dramatique pour l’économie alors que les flux aériens transatlantiques entre l’Europe et les Etats-Unis sont parmi les plus importants au monde mais c'est logique au regard de l'épidémie en cours.

A ce titre il est surprenant de constater que l’Union Européenne a indiqué qu'elle était prête à rouvrir ses frontières à la Chine en cas de réciprocité alors que la Chine plus prudente a fermé ses frontières aux européens.

Pourquoi les européens veulent-ils ouvrir leurs frontières si rapidement à la Chine, lieu de départ de l'épidémie alors que de nouveaux foyers épidémiques ont été décelés à Pékin tout récemment comme le relate Le Point ?

A Pékin, « la situation épidémique est grave et complexe » a indiqué Xu Hejian, un porte-parole de la ville cité par le Journal du Net.

Cela parait un non sens absolu d'autoriser la réouverture des frontières vers la Chine si tôt.

Pour en revenir aux Etats-Unis, les élections présidentielles américaines auront lieu le 3 novembre 2020 et comme l’a indiqué Gerald Olivier et les Démocrates vont agir pour faire perdurer les conséquences de l’épidémie dans l’esprit des gens et dans la presse le plus longtemps possible.

Pour cet été il semble qu’au regard de l’épidémie l’UE ne réautorisera pas l’entrée des citoyens américains.

Voyages d’affaires autorisés à la rentrée ?

Certains sont cependant optimistes quant à la réouverture des voyages pour certaines personnes. Nicholas Calio qui dirige une société représentant les compagnies aériennes américaines (DElta, AMerican...) estime dans un article publié par Reuters que « sur une base limitée certains voyages d’américains en Europe pourraient reprendre » alors que des négociations ont cours entre les Etats-Unis et l’Europe pour améliorer les processus de surveillance des voyageurs à la frontière.

Du côté des Etats-Unis, le président Américain Donald Trump avait déclaré en avril que les frontières seraient fermées jusqu’à ce que l’Europe « aille mieux ».

Depuis le 14 mars, les citoyens d’un pays de l’espace Schengen ne peuvent pas entrer aux Etats-Unis.

On ne peut qu'espérer une amélioration de la situation dans le courant du mois de septembre ou en octobre peut-être pour les voyages d’affaires notamment.

Et même si la situation sanitaire s'améliore les opposants à Donald Trump auront intérêt à faire durer l'épidémie, notamment en terme de communication dans la presse le plus longtemps possible.

Aux Etats-Unis, l’agenda politique n’a jamais été aussi proche de l’agenda sanitaire, ce qui n’est pas forcément bon signe pour la santé des gens comme on l’a vu en France avec une gestion bien trop politique de la crise et pas assez scientifique comme l'ont critiqué dernièrement de nombreux professeurs (Raoult, Perrone...) :   reconnaissance tardive de l'intérêt des masques, de la mise en place des tests et interdiction de certains médicaments…

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: