Partagez cet article :

etihad-china-eastern

Le président Président Directeur Général d’Etihad Airways, James Hogan, a souligné dimanche dernier l'importance des partenariats dans le secteur du transport aérien et a déclaré qu'il annoncera de nouveaux accords de partages de codes dans les deux prochaines semaines visant à renforcer la position du transporteur.

Dans son discours d’ouverture de World Routes à Abu Dhabi, James Hogan a expliqué que l’époque où les compagnies aériennes avaient des systèmes de réservation distincts ou des systèmes de gestion des revenus différents, est révolue.

«Il s'agit de travailler plus intelligemment et de supprimer des coûts», a-t-il ajouté. «Notre modèle n'est pas de contrôler mais de nouer les partenariats. Vous devez étendre votre réseau au profit des consommateurs» a-t-il déclaré aux compagnies aériennes présentes.

Dernièrement, Etihad a pris des participations dans Air Berlin, Air Seychelles, Aer Lingus et Virgin Australia et compte désormais 38 accords de partage de code (40 en Octobre).

Bien qu'il n'ait pas donné de détails sur les derniers accords, il a assuré que 27% des revenus de la compagnie proviennent désormais d’accords de partage de code.

James Hogan a précisé qu’Etihad Airways, qui a réalisé un profit net de 14 millions de dollars l'an dernier, visait un chiffre d'affaires 6,5 milliards de dollars l'an prochain.

Air Seychelles, en particulier, a été redressée et est revenue à «l'équilibre cette année» après 25 millions de dollars de pertes l'an dernier.

Etihad recevra quatre autres avions dans sa flotte d'ici la fin de l'année et comptabilisera alors 71 aéronefs.

Alors que l'industrie a vécu dans «des temps difficiles», a-t-il souligné aux PDG d’autres compagnies aériennes, il leur a conseillé de prévoir à long-terme alors que cette industrie est très cyclique. Il a indiqué que l’accord Emirates-Qantas était «une grande nouvelle», car plus de personnes pourront découvrir qu’il y a une alternative aux hubs asiatiques.

«Plus de gens voyagent via Doha, Abu Dhabi et Dubai, et mieux c’est pour nous. Quand j’ai rejoint l’industrie en 1975, il fallait 5 ou 6 arrêts pour aller d’Europe en Australie. Puis nous avons vu la création des hubs asiatiques et il ne fallait plus que 2 stops. Désormais nous pouvons voler non stop depuis le Golfe vers de nombreuses régions du monde» s’est-il réjouit.

www.etihadairways.com

  
NE MANQUEZ AUCUNE INFORMATION : JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER!
DISCUTEZ DE CET ARTICLE, DONNEZ VOTRE AVIS, DONNEZ-NOUS UNE INFORMATION: CREEZ UN SUJET DANS LE FORUM
Aller en haut
Web Analytics