La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

parlement

La Commission européenne va réexaminer la réglementation controversée EU 261, qui oblige les compagnies aériennes à payer les soins des passagers bloqués, comme lors du nuage de cendres islandais ou durant les épisodes neigeux de l'an passé.



La règlementation EU 261 impose aux compagnies aériennes de payer pour les soins de passagers en Europe, si les vols sont annulés, jusqu'à ce qu'ils puissent réserver un autre vol.

Du fait de cette réglementation et suite aux événements de l'an dernier comme le nuage de cendres islandais ou les tempêtes de neige, les compagnies aériennes ont du payer des millions d'euros en compensation car des milliers de vols ont retardés ou annulés pendant de longues périodes de temps.

De nombreuses compagnies aériennes se sont publiquement plaintes de cette réglementation comme Ryanair qui a récemment ajouté 2 euros de "prélèvement compensatoire" sur tous ses vols pour aider à couvrir les frais engagés: une décision logique alors que ces charges grèvent les résultats des compagnies aériennes déjà affectées par la crise de ces dernières années.

Le vice-président de la Commission européenne, Siim Kallas, a annoncé son souhait «d'ouvrir un dialogue avec les parties prenantes en vue de réviser les droits des passagers aériens dans le cadre de la réglementation UE 261»: une proposition devrait être soumise par la Commission en 2012.

Dans un communiqué, la Commission a déclaré que l'examen vise «à clarifier, en particulier, des questions clés telles que les limites de responsabilité en cas de circonstances extraordinaires, les seuils d'indemnisation, le réacheminement des passagers, le partage des risques entre les opérateurs dans la chaîne d'approvisionnement et d'autres questions où il y a des faiblesses, y compris la protection en cas de mauvaise gestion des vols des bagages ou de changement d'horaires de vols».

Siim Kallas a déclaré: «nous ne pouvons pas nous permettre de fermer les yeux sur les leçons tirées des souffrances des passagers et de l'industrie durant les événements de 2010 liés au nuage de cendres et aux tempêtes de neige. Les travaux vont commencer maintenant pour améliorer des points, renforcer les dispositions où il y a des lacunes, et clarifier les questions des passagers et de l'industrie car il est clair qu'au bout de six ans, il faut ajuster et affiner (ndlr: cette réglementation».

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut