La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Le nombre d'infection est en baisse en Afrique du Sud et les hospitalisations seraient bien moindres que pour le variant Delta...Omicron pourrait bien partir aussi vite qu'il est venu et dans tous les pays...

Selon les données du National Institute of Communicable Diseases (NICD), le nombre de nouveaux cas a baissé de 23% la semaine passée contre une baisse de 14% la semaine précédente. Michelle Groome du NICD a déclaré « que le pic d'infection est derrière nous ».

Ridhwaan Suliman,un chercheur senior au South African Council for Scientific and Industrial Research (CSIR) a ajouté que cette vague était venue plus vite mais a été plus courte » alors qu'elle n'a duré « que la moitié des jours des autres vagues pour atteindre le pic d'infections ».

Le nombre de tests positifs reste cependant encore élevé en Afrique du Sud à environ 29,8%.

En Guadeloupe un département peu vacciné l'épidémie est partie aussi vite qu'elle est venue contrairement à la métropole ce qui laisse planer des doutes quand à l'efficacité réelle des vaccins.

Omicron : un variant bien moins létal

Le taux de mortalité serait aussi « plus bas » qu'avec le variant Delta selon Shabir Mahdi un épidémiologiste d'Afrique du Sud.

Des données confirmées par l'Agence de Santé anglaise selon laquelle les personnes infectées par Omicron ont 50 à 70% de chances en moins de nécessiter un séjour à l'hôpital que pour le variant Delta et 35 à 40% de chance en mois d'aller aux urgences indique le Guardian. C'est pourquoi au Royaume-Uni des restrictions supplémentaires n'ont pas été mises en place contrairement au gouvernement français bien plus autoritaire. 

L'Agence de Santé anglais a tiré ces conclusions en analysant tous les cas Omicron et Delta depuis le début du mois de novembre.

Le booster serait peu utile alors qu'il ne protégerait que pendant 10 semaines avant de décroître face au variant Omicron. L'Agence de Santé anglaise a également publié des études de l'université d'Edimbourg et de l'Imperial College de Londres qui montrent qu'Omicron est moins dangereux que le variant Delta.

Le variant Omicron va partir aussi vite qu'il est venu?

Selon Salim Abdool Karim, le spécialiste le plus réputé des maladies infectieuses d'Afrique du Sud, le pic de la vague Omicron est passé et il est convaincu que « tous les autres pays ou presque tous suivront la même trajectoire ».

« Si les précédents variants ont causé des vagues comme celles du Kilimandjaro (plus large et durant donc plus longtemps au pic), celle d'Omicron ressemble à l'escalade de la face nord de l'Everest (un pic abrupt et peu large). Maintenant, nous descendons, rapidement, la face sud – et que nous pensons que cela fonctionne ainsi avec un variant comme omicron, et peut-être même plus largement...C'est sans doute ce que nous verrons avec les variants suivants à ce stade de la pandémie » a-t-il déclaré au Washington Post.

A ce stade, forcer la vaccination pour toute la population en France avec le passe vaccinal parait peu sensé alors que ce variant semble peu létal et que l'on sait désormais que les guéris du Covid ont une immunité qui dure 1,5 à 2 ans contre la réinfection et qu'ils sont protégés pour de longues années contre des formes sévères comme le montre cette étude parue dans Nature.

On sait d'après les données de l'agence de la santé anglaise que la protection 10 semaines après un rappel diminue plus rapidement après Omicron que Delta et est 15 à 25% inférieure

Il a déjà été établi que la protection contre le Covid symptomatique diminue après une deuxième dose de vaccin, puis s'améliore après un rappel. Cependant, les nouvelles données de l'UKHSA suggèrent que cette protection supplémentaire commence à diminuer plus rapidement contre Omicron que Delta, étant environ 15 à 25 % inférieure à partir de 10 semaines après la dose de rappel comme le rappelle le Guardian.

« Tout cela signifie que si l’on ne pratiquait pas des tests en veux-tu en voilà, sans réel but médical, l’épidémie ne serait pas visible. Si l’État avait gardé le nombre de décès comme référentiel, il ne pourrait plus effrayer la population. Le gouvernement n’est pas dans le rationnel. Il est dans son monde, irrationnel. Il gère par l’émotionnel. La peur est son outil » conclut un journaliste de Contrepoints.

L'inventeur des vaccins à ARNm le Docteur Robert Mallone a déclaré : « Omicron est tellement infectieux et peu pathogène qu'il est l'équivalent d'une vaccination mondiale gratuite à virus atténué. C'est le plus beau cadeau de Dieu et il signe la fin de l'épidémie ».

Il estime par ailleurs que les « vaccins à ARNm ont une efficacité de 10% sur le variant Omicron et que l'échappement immunitaire favorise l'émergence de variants ». 

C'est sans doute pourquoi le gouvernement français essaie d'accélérer sur le passe vaccinal afin d'écouler les doses de vaccins ARNm. Car après Omicron une grande partie de la population pourrait bien être immunisée et l'épidémie serait sans doute quasiment terminée. L'objectif du passe vaccinal semble donc être de faire croire que les vaccins vont atténuer l'épidémie alors qu'elle s'atténue toute seule comme le montrent les données d'Afrique du Sud.

N.B: depuis cet article le compte de ce scientifique de renom a été supprimé de Twitter, ce qui s'apparente là encore à de la censure de la part de Twitter alors que Robert Malone est l'un des plus grands spécialistes de l'ARN Messager. « Il mélange des brins d'ARN messager avec des gouttelettes lipidiques (de gras), pour créer un mélange moléculaire. Les cellules humaines baignées dans ce mélange génétique absorbent alors l'ARNm et commencent à produire des protéines à partir de celui-ci. Ce mécanisme est à la base des vaccins à ARN » note Wikipedia. La corruption semble généralisée...

Quelques jours après la publication de cet article et après l'examen du passe vaccinal qui ne sert à rien, le Figaro titre le 31/12/2021: Afrique du Sud, la vague Omicron passée sans pic de décès.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut