Partagez cet article :
istanbul-hotel-witt.jpg

 

Oubliez les grandes chaînes dénuées de caractère et les résidences miteuses, la nouvelle génération d'hôtels d'Istanbul, situés sur le Bosphore, est à la fois charmante et abordable.


Vous voulez goûter à la crème des nouveaux hôtels d'affaires d'Istanbul. Vous feriez mieux d'enfiler de bonnes chaussures, et de grimper au dernier étage du Witt Istanbul Suites, qui a ouvert ses portes, en mars dernier dans le quartier chic de Cihangir, provocant de vives réactions. Cette propriété qui n'appartient ni à une chaîne, ni à une grande enseigne, occupe un espace réduit, discret, et élégant, sans être vulgaire : une véritable révolution silencieuse en matière d'hébergement, dans la ville qui  fait office de frontière entre l'Europe et l'Asie.

Le clou du spectacle réside au niveau de la salle de gym en terrasse. Logée au cœur d'un énorme cube en verre, vous y bénéficierez des plus belles vues sur l'horizon stambouliote, tout en éliminant les calories du kebab que vous aurez mangé la veille. Les sites emblématiques de la ville (Mosquée Bleue, Sainte-Sophie, Palais de Topkapi) s'alignent le long de la péninsule byzantine, comme une véritable carte-postale. Au premier plan, les eaux de la Corne d'Or se déversent dans un scintillement  à travers le détroit du Bosphore, alors que les ferries le traversent dans les deux sens, et que les minarets juchent l'horizon qui entoure ce spectacle. Eurêka ! Nous le tenons : cet hôtel élégant, de classe internationale, complètement intégré dans son siècle, qui est en parfaite adéquation avec le décor islamique dans lequel il baigne.

C'est une innovation pour diverses raisons. Grant Thatcher, qui publie les Luxe City Guides explique : «Avec l'essor connu par les Blackberry, les systèmes de connexion haut-débit en wifi et de fax dans les chambres, les voyageurs d'affaires s'attendent de plus en plus à des appartements ou des résidences hôtelières dotés d'équipements adaptés. Plutôt que des 'mardi rendez-vous à Bombay' sans caractère, jadis en vogue dans les grandes chaînes hôtelières, les cadres peuvent ainsi se détendre dans le confort de leur propre logement. C'est un changement psychologique tellement important lorsque vous dépensez une large partie de votre salaire pendant le voyage, et le Witt Istanbul Suites en est une parfaite illustration.»

Il est difficile d'imaginer qu'il y a moins de dix ans, il était impossible de trouver un hôtel agréable  de type 'boutique' ou 'design' à Istanbul, que ce soit pour des raisons de goût ou grâce à une assise financière. L'endroit le plus souvent choisi était Hobson's Choice: une imposante bâtisse en béton armé, à la décoration en chintz insignifiante, aux martinis indélicats et avec son pianiste ringard qui miaulait un air de Fly Me To The Moon au bar; ou alors, un lieu pittoresque, aux tapis déclencheurs de migraines, et aux mini-savons banals de ses douches en verre opaque.

 

Un hôtel de luxe unique à Istanbul situé dans une ancienne prison

 

istanbul-four-seasons.jpgDe l'avis général, l'ouverture, en 1996, du splendide Four Seasons Hotel Sultanahmet (dans une ancienne prison ci-contre) a marqué un tournant, devenant un lieu de passage obligatoire pour les voyageurs avertis. Situé dans le quartier touristique et historique de Sultanhamet, il n'était cependant pas idéal   pour se rendre sur les lieux d'affaires.

En opérant une avance rapide jusqu'à 2008, on se rend compte que le paysage du logement n'a plus rien à voir. Il est à présent pleinement en accord avec l'optimisme de cette ville, qui se prépare à être Capitale Européenne de la Culture en 2010. Cette destination tire enfin le plein profit de son emplacement géographique spectaculaire, où les continents et les cultures s'affrontent, et se mêlent.

L'inauguration du Bentley Hotel en 2003, dans le quartier central et réputé de Nisantasi, a constitué une date importante dans l'histoire des hôtels 'design'. Il s'agit d'une maison urbaine, élégante, qui a été reconvertie, et elle a sût accorder ses gigantesques panneaux-miroirs de grande classe au revêtement ocre de son mobilier, bien connu de la génération 'wallpaper' (écran de veille). Cela a été un point de  référence déterminant pour le Witt Istanbul Suites, tout comme le Ansen Suites, l'un des point de chute préférés des voyageurs d'affaires, et dont la quasi totalité des 10 suites est équipée d'une cuisine qui rappelle le chez-soi.

En 2004, l'inauguration du Aija a aussi été perçue comme un acte novateur. Ce chef d'œuvre largement inspiré du travail de Philippe Starck, est situé dans un palais en planches à clin, datant de   l'époque ottomane, du côté asiatique de la ville, et il dispose d'un service particulier de navettes le reliant à la partie européenne. C'est l'endroit rêvé pour ceux qui, après avoir assisté à leurs conférences, cherchent désespérément un refuge pour se relaxer.

 

istanbul-sumahan.jpg


En 2005, Sumahan on the Water ('Sumahan sur l'Eau' ci-dessus) a vu le jour. Il s'agit d'une version modernisée d'un site historique, plus au Nord, dans le village de pêche de Cengelkoy. De la même  manière, il symbolise le renouveau créatif de la ville, qui ose enfin affirmer son caractère cosmopolite et qui va de l'avant, afin de séduire les touristes aisés et intellectuels (ainsi que les riches investisseurs internationaux).

L'ascension qu'a connue Istanbul sur le plan du commerce international, en moins de 5 ans, est tout à fait remarquable. «Istanbul est rapidement devenu un lieu stratégique en Europe, en matière d'affaires», explique Mike Collini, vice président chargé du développement en Europe du Nord, de Hilton Hotels. Des entreprises émergentes d'Europe de l'est, des Balkans, et du Moyen Orient (dans les domaines des télécommunications, des logiciels informatiques, de la comptabilité, de l'industrie pharmaceutique, ou de la finance) choisissent Istanbul pour y installer leur siège régional, et ce en grande partie en raison de sa situation géographique.

 


Les grandes chaînes hotelières investissent à Istanbul

«Le montant d'investissements directs étrangers en Turquie, qui n'avait jusqu'alors jamais dépassé les 3 milliards de dollars, a atteint 9,8 milliards en 2005 et 20 milliards en 2006», commente Sarhan Keyder, de Intra Tours DMC. Depuis 1980, cette société s'est spécialisée dans l'organisation de voyages d'affaires, de groupes, de conférences et de voyages de motivation à Istanbul, et comme Sarhan Keyder le souligne : «Une réelle nécessité d'ouvrir des hôtels destinés à une clientèle d'affaires, ne s'est faite sentir qu'à la suite du boom des investissements étrangers, en 2005.»

L'explosion du marché de la vente au détail a joué un rôle prépondérant dans la situation dans laquelle se trouve Istanbul aujourd'hui, sous les feux des projecteurs du monde. S'est ouvert aux marques de mode, un nouveau marché représentant 500 millions de dollars. Le journal Turkish Daily News, rapportait récemment un vaste phénomène de multiplication du nombre de centres commerciaux dans la ville (parmi lesquels Kanyon et le Istinye Park, des temples futuristes dédiés aux produits haut de gamme occidentaux), ce qui a généré une augmentation du nombre de conférences et de sommets, eux-même entraînant un envol de la construction hôtelière.

«Ces 5 dernières années, Istanbul a été sujet à un boom spectaculaire au niveau international», ajoute Can Goktas, directeur des ventes et du marketing au Ritz-Carlton. «Cela est dû à l'intérêt  constant que nous portent les médias internationaux, et aux négociations qui se poursuivent actuellement à propos de la possible entrée du pays dans l'Union Européenne. Ce rapide changement a permis la création de nouveaux quartiers d'affaires, comme Levent et Maslak, et rendue indispensable l'implantation de nouveaux hôtels, dans ces même quartiers.»

C'est dans le chatoyant quartier côtier de Bebek, sur la rive européenne, qu'a vu le jour le dernier projet, faisant la une de tous les journaux locaux : la restauration de 14 sites historiques, dont un orphelinat français du 19e siècle. Destiné à comprendre des locaux commerciaux, un espace résidentiel, et offrant la possibilité d'y bâtir des hôtels, il suscite l'intérêt de plusieurs poids lourds internationaux de l'hôtellerie.

Plus au sud du Bosphore, au sein de la zone en pleine croissance de Besiktas, le ré aménagement d'un ancien dépôt de tabac est aujourd'hui en cours. Son but : la construction d'un hôtel sept-étoiles à Istanbul, avec six étages en sous-sol (aussi étrange que cela puisse paraître). Les détails de l'opération filtrent au compte-goutte (le nom du projet serait Verdi Hotel Besiktas) mais maintient un buzz constant sur les blogs de voyages, très en vogue.

La demande de chambres de qualité est en pleine expansion, et concernent tous les types d'hôtels classés en catégorie, allant de 'luxe' à 'qualité supérieure' en passant par 'intermédiaire' et 'économique', à Istanbul comme dans le reste du pays. Le groupe Hilton, possède à l'heure actuelle huit hôtels en Turquie, et projette, d'ici cinq ans, d'en ouvrir 40 supplémentaires, sous des labels   très populaires aux États-Unis : 'Doubletree by Hilton', à la fois chic et contemporain; 'Hilton Garden Inn', une enseigne à prix intermédiaires, dotée d'équipements convenant aux voyageurs d'affaires (centre d'affaires ouvert 24h/24 et mobiliers de travail ergonomiques, par exemple); et 'Hampton by Hilton', qui cible directement ceux qui ont un budget précis («un hôtel économique qui propose des équipement de qualité supérieure», c'est sa devise).

«En ce moment, Istanbul jouit d'un paysage hôtelier florissant», indique Mike Collini, «cependant le faible nombre d'hôtels de qualité et de renommée mondiale, associé à la forte demande des voyageurs d'affaires et de loisirs, donne de belles perspectives de croissance pour les années à venir.»

Le géant hôtelier grand public Barcelo fait son entrée à Taksim, le coeur européen d'Istanbul, et dans le quartier d'affaires Maslak, ainsi que du côté asiatique de la ville. Le fait marquant de l'année est, en tout cas, l'arrivée sur le marché de grands noms étrangers, qui aident l'ascension d'Istanbul au rang de ténor régional : Four Seasons, W (l'enseigne de luxe de Starwood) et Park Hyatt.

Avec l'ouverture de W Istanbul en avril, W Hotels Worldwide a fait une entrée tonitruante sur le continent européen. Ce joyau, a été établi dans une zone en plein renouveau, à Besiktas : Akaretler Row House, façonné pour accueillir les ouvriers dont le labeur a contribué à l'élaboration du Dolmabahce Palace néo baroque, du Sultan Abdulaziz, dans les années 1870.

w-istanbul-room1.jpgW est un lieu branché, conscient de son image, de ceux qui ont un «agent de bienvenue» plutôt qu'un réceptionniste, un «ambassadeur de bienvenue» plutôt qu'un groom, et un «ambassadeur de porte» plutôt que (et oui !) un portier. Au niveau des chambres, pas de "standard" ni de "supérieures"; à la place, des espaces "Magnifiques", "Spectaculaires", "Fabuleux", et "Extreme Ouaou" (voir ci-contre).

Mais ça fonctionne, et c'est une innovation bien accueillie à Istanbul. Les cinq teintes d'éclairages dans les chambres sont échelonnés de "Bienvenue" (faible) à "Nuit" (seules les lampes de chevet sont allumées). Il existe un bar à cocktail en plein air, rafraîchissant, avec une présentation originale de mojitos. Et la présence d'un Marché aux Epices pittoresque (une déclinaison du très réussi Meatpacking District de Manhattan, pensé par Jean-Georges Vongerichten) le rendra attractif, autant pour les hommes d'affaires en Paul Smith que pour la flopée de jeunes citadins dans le vent.

Cette année, on a assisté à une autre reconversion vers le style ottoman : celle du deuxième établissement ouvert par Four Seasons dans la ville, le Four Seasons Istanbul Hotel at the Bosphorus, dont on a longtemps attendu l'arrivée. Il peut se vanter de bénéficier, sans doute, du plus bel emplacement de la ville, près du bouillonnant détroit qui sépare la partie est de la partie ouest. L'hôtel dispose d'une vaste terrasse en marbre avec des tables, idéales pour un dîner aux chandelles, et on retrouve à l'intérieur des 166 chambres l'atmosphère aquatique du dehors, avec des teintes de bleu marine, d'argenté et de taupe.

Les maisonnettes tout autour de la piscine rappellent le mode vie sobre du Sultan, qui passait l'été dans la région. Il y a aussi un superbe hammam (ou bain turc) dans le Spa, où un masseur malaxe vigoureusement les plus masochistes, au moyen d'un gant en éponge végétale, jusqu'à ce que leur peaux devienne aussi douce que celle d'un bébé. «Tout le monde en attend beaucoup de la part de cet hôtel», me confiait d'un air sombre l'attachée de presse lors de mon séjour en juillet. «Des représentants d'autres hôtels s'infiltrent même pour dîner, et examiner le service.»

Voulait-elle parler du prochain gros concurrent du Four Seasons, le Park Hyatt Istanbul Macka Palas. Après plusieurs fausses alertes, ce dernier devrait ouvrir partiellement à la mi-octobre dans le quartier à la mode de Nisantasi. Dans un cadre de style art-déco des années 20, bâti en référence au palazzi de Milan, ce nouveau Park Hyatt opère un savant mélange entre glamour d'entre-deux-guerres, et sensualité contemporaine. Les finitions sont somptueuses (en noisetier, par exemple, et en bronze oxydé) et on y trouve une grill-room très chic, le Prime (Primeur) qui, comme son nom l'indique sert des pièces de viande (et des produits de la mer) très fais : vous y aurez droit à un repas frugal, après avoir fait un tour dans les boutiques Gucci et Emporio Armani qui se trouvent sur place.

Si tout cela vous donne une impression trop pincée, trop "cinq-étoiles occidental", voici de bonnes nouvelles : certaines chambres sont resplendissantes, et équipées d'un bain turc privé, avec en plus un plateau chauffant sur lequel on s'assoit pour se détendre. Vous aurez affaire à un havre de paix  intemporel, après une dure journée de travail dans l'Istanbul internationalisée du 21e siècle.

 

istanbul-four-seasons-bosphorus.jpg


INFORMATIONS PRATIQUES

HÔTELS

Witt Istanbul Suites, Defterdar Yokusu 26, Cihangir; tel +90 212 393 7900; wittistanbul.com

 

 
Four Seasons Sultanahmet, Tevkifhane Sokak 1, Sultanahmet-Eminonu; tel +90 212 638 8200; fourseasons.com/istanbul


Four Seasons Hotel Istanbul at the Bosphorus, Çiragan Cad 28, Besiktas; tel +90 212 381 4000; fourseasons.com/bosphorus


Bentley Hotel, Halaskargazi Caddesi 75, Harbiye; tel +90 212 291 7730; bentley-hotel.com


Ansen Suites, Mesrutiyet Caddesi 130, Tepebasi; tel +90 212 245 8808; ansensuites.com


Ajia, Ahmet Rasim Pasa Yalisi, Cubuklu Caddesi 27, Kanlica; tel +90 216 413 9300; aijahotel.com


Sumahan on the Water, Kuleli Caddesi 51, Cengelkoy; tel +90 216 422 8000; sumahan.com


W Istanbul, Suleyman Seba Caddesi 22, Akaretler, Besiktas; tel +90 212 381 2121; starwoodhotels.com


Park Hyatt Istanbul, Macka Palas, Bronz Sokak 35, Tesvikiye; tel +90 212 368 1234; hyatt.com



CENTRES COMMERCIAUX



Kanyon, tel +90 212 353 5300, kanyon.com.tr


Istinye Park, istinyepark.com

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES EUROPE

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut
Vols en promo, cliquez ci-dessous: