Partagez cet article :

slovenie-drapeau.jpgL'économie de la Slovénie est en plein essor, ce qui en fait de loin le pays le plus privilégié parmi la vague d'entrées dans UE de 2004 - à un tel point que, devançant tous les autres pays entrants, le pays a adopté l'euro en janvier 2007, avant d'être sélectionné pour la présidence de l'UE en 2008. Sa vie culturelle est florissante et attire grands orchestres philharmoniques, groupes pop, artistes et artistes de scène. Même ses sportifs célèbres semblent cumuler les succès : un Slovène est devenu récemment le premier homme à descendre le Mont Everest à ski, un exploit qui a fait de lui un véritable héros national.



Dans la capitale, Ljubljana, ce sentiment de bien-être est presque palpable. Les cafés qui bordent les petites rues du centre ville ne désemplissent pas et la clientèle est cosmopolite. Durant la journée, les gens circulent à bicyclette - ou même à roller - pour aller au bureau ou chez des amis. En soirée, les bars et les restaurants sont pleins d'une foule de convives qui se répandent dans les rues.

Beaucoup des constructions élégantes de Ljubljana sont l'oeuvre de Joze Plecnik, y compris le renversant Tromostovje ("Trois ponts"), l'un des nombreux ponts qui traversent la jolie rivière de Ljubljanica. Né dans une banlieue de Ljubljana en 1872, Plecnik a plus tard laissé sa marque à Prague, mais la plupart des édifices qu'il a conçus à Ljubljana ont été récemment restaurés, donnant à la ville un aspect chic et élégant. Pour le shopping, il y a dans la Vieille Ville des boutiques de vêtements de marque ainsi que des marchés aux puces dont les étals d'antiquités longent la rivière, sans oublier les gigantesques centres commerciaux qui parsèment les banlieues et ne sont pas sans rappeler les immenses malls américains.

slovenie-ljubljana.jpgBref, tout semble aller pour le mieux à Ljubljana et en Slovénie en général, même si d'autres régions de l'ex-Yougoslavie ont bien du mal à se réconcilier avec la vie après la dissolution de la république fédérale.

Jaka Terpinc, rédacteur en chef de The Slovenia Times, le journal anglophone local, raconte : "très peu de personnes ont émigré depuis que nous avons adhéré à l'UE. On sait que l'Europe de l'Ouest reçoit de nombreux émigrants polonais. Ici, c'est différent. Je n'ai jamais entendu un Slovène dire 'Je vais à l'ouest, pour chercher un emploi'".

En réalité, le pays attire même ses propres immigrants, avec des travailleurs polonais, slovaques et roumains venus ici pour trouver un emploi, souligne Terpinc. Un phénomène qui s'explique en partie par le fait que la Slovénie "n'a jamais été un Etat rideau de fer", explique-t-il, de sorte qu'elle a pu introduire les éléments d'une économie de marché même dans la période communiste, d'autant plus que ses frontières avec l'Italie et l'Autriche ont toujours été faciles à traverser.

Autre facteur important : la décision de la Slovénie de déclarer son indépendance en juin 1991, se détachant ainsi du chaos dans lequel se trouvaient les autres régions de l'ancienne Yougoslavie. Les hostilités ont duré dix jours durant lequels l'armée yougoslave, dominée par les Serbes, a tenté de faire revenir la Slovénie au bercail. En vain. Le 15 janvier 1992, le pays a été officiellement reconnu par l'UE.

slovenie-aeroport.jpgLe nombre de visiteurs qu'elle attire est un autre signe du succès grandissant de la Slovénie. Actuellement, Ljubljana est desservie par diverses compagnies low-cost donc Easyjet et Wizz Air, qui ont lancé un service quotidien à partir de Luton (Royaume-Uni) en mai 2006. J'ai emprunté ce service une quinzaine de jours après le vol inaugural pour atterrir dans un petit aéroport international qui aura sans doute besoin d'investissement pour se mettre en conformité avec le reste du pays. Mon aller-retour a coûté 60 € - dont 54 € se composaient de taxes et de redevances.

Natasa Kazmer, directrice de la communication d'entreprise et des affaires publiques chez Wizz Air, en Hongrie, explique : "Notre entrée sur le marché slovène s'aligne parfaitement avec notre stratégie d'expansion vers l'est et le sud de l'Europe. Elle fait suite à notre implantation sur les marchés bulgare et croate et intervient peu de temps avant nos premiers pas en Roumanie. Nous pensons que le marché slovène possède un bon potentiel mais est sous-utilisé. Les vacanciers que nous y amenons sont très variés, cela va des hommes d'affaires travaillant en Belgique ou au Royaume-Uni aux expatriés qui vont rendre visite à leur famille et à leurs amis".

Mais qu'en est-il des lieux de séjour. Il y a eu deux nouvelles entrées sur la scène hôtelière de Ljubljana : l'hôtel Mons et le Domina Grand Media Hotel. Le Domina (214 chambres), haut-lieu du nord du centre-ville et proche de nombreux bâtiments publics, est leader en termes de prix et de technologie. Une chambre coûte à partir de 100 €, avec wifi gratuit ainsi que des appels gratuits et illimités vers de nombreux pays. Il dispose également d'un agréable bar et d'un centre de remise en forme, bien qu'il se situe sur une route peu attrayante. L'hôtel Mons est quant à lui l'hôtel d'affaires majeur, avec une salle de conférence et une salle de réunion. Il se trouve dans un bâtiment moderniste à l'ouest du centre-ville et est rempli d'oeuvres d'art intéressante, y compris un pendule géant en or à la réception. La chambre coûte à partir de 110 € avec libre accès à internet par câble.

slovenie-hotelunion.jpgPeut-être en tête du peloton se trouve le maladroitement nommé Grand Hotel Union Executive, qui surplombe les Trois ponts. Le pont fait office de centre non officiel de la ville et sur son côté ouest, vous trouverez la statue de France Preseren, plus grand poète de Slovénie. Cette statue est un point de rencontre populaire. Le Grand Hotel est magnifique, avec ses murs de stuc ivoire et sa tourelle au toit de cuivre. Le concierge me confie que le meilleur point de vue est offert par les chambres paires des septième, huitième et neuvième étages. A proximité se trouvent quelques grands restaurants dont le Gostilna AS, où se mêlent acteurs et déménageurs de la ville et, en face, le bar Cutty Sark, fréquenté par une foule branchée.

Il y a beaucoup à voir à Ljubljana sur un week-end. Les visites guidées de la ville passent par les principaux sites touristiques, dans le château de Ljubljana, dont la vertigineuse tour, accessible par un immense escalier en colimaçon, offre un panorama splendide. C'est l'endroit idéal pour vous repérer, et pour réaliser combien il y a d'espaces verts dans le centre-ville. Parmi eux, le Tivoli Park, au nord-ouest, accueille de nombreux festivals de musique.

Les intéressantes églises comprennent la jolie - et rose - Eglise Franciscaine de l'Annonciation, près des Trois ponts, qui ne comptait que des places debout lorsque je l'ai visitée un dimanche matin. D'ici, une promenade le long de la rivière vous mène à la cathédrale St Nicolas et au pont du Dragon, orné de redoutables statues de dragon en cuivre. Une visite guidée vous mènera également à bon nombre des plus grandes oeuvres de Plecnik, dont la Bibliothèque de l'Université nationale, vaste bâtiment de brique à motifs peints à la chaux, considérée par certains comme la plus grande oeuvre de l'architecte dans la ville, ainsi que le cimétière de Zale.

Au nord, à un peu plus d'une heure de bus, se trouve le lac de Bled, un lieu très populaire pour les escapades dominicales. Son magnifique château perché sur une falaise surplombe le paisible lac, tandis qu'une petite île, au milieu, abrite une charmante église. Le lac est entouré par les Alpes juliennes, le point le plus au sud des Alpes italiennes. Des bus partent régulièrement de la gare. Et puis il y a les grottes de Skocjan, dans la région de Krast, à environ une heure et demie au sud. Ce site a été déclaré Patrimoine mondiale de l'humanité par l'Unesco. Le guide de Bradt les décrit comme "Un lieu véritablement remarquable... Quel que soit le temps dont vous disposez en Slovénie, leur visite vaut le détour".

Mitja Rotovnik, directeur de Cankarjev Dom, vaste centre culturel sur la place de la République qui accueille pièces de théâtre et grands ballets (et propose également des installations de conférence), raconte : "Nous avons un pays formidable et magnifique. En termes de qualité de vie, la Slovénie est difficile à battre".

slovenie-bled.jpg"Nous avons des plages [sur la mer Adriatique] à seulement une heure de route au sud ; nous avons le lac de Bled au nord. La ville est entourée de forêts. C'est un très bel endroit".

Rotovnik estime que c'est le moment de visiter le pays. "En termes de tourisme, nous nous développons sur le tard. Mais dans 15 ans, le pays sera pris d'assaut par le tourisme capitaliste occidental. C'est le moment idéal pour venir y passer ses vacances".

A côté de Cankarjev Dom se trouve une tour de béton datant des années 1980 qui abrite plusieurs ambassades. Là, j'ai pu visiter la section du commerce et de l'investissement, et l'on m'a donné certaines données de base concernant Ljubljana : population, 1 964 036 ; PIB par habitant, 13 677 € ; inflation, 2,5% ; chômage, 7,2%.

Les entreprises britanniques se rendent régulièrement à Ljubljana pour des missions commerciales, m'informe Jana Verk, haute responsable du commerce et conseillère en placements. "Même si la Slovénie s'en sort bien depuis un moment déjà, les gens sont toujours surpris par sa richesse et son niveau de vie". Lorsque le pays a adopté l'euro, en 2007, il est devenu encore plus stable.

Selon Verk, de nombreux citoyens d'Europe de l'Ouest sont déjà propriétaires à Murska Sobota, dans le nord-est du pays, où les prix ont augmenté de la même manière qu'ils avaient augmenté à Ljubljana.

Il n'y a pas de raison d'être rébuté par ce drôle de nom. Ljubljana est une destination hautement recommandée pour un week-end, et c'est clairement le bon moment pour y faire un tour.



OU LOGER


Le Grand Hotel Union Executive (tel +386 1 3081270, UNION) propose des chambres à partir de 150 €. Ce quatre étoiles situé dans un bâtiment de style Art Nouveau se trouve à proximité des Trois ponts. Le wifi gratuit est disponible dans les chambres. Pour un meilleur point de vue, réservez une chambre portant un numéro pair au septième, huitième ou neuvième étage.

L'hôtel Mons (tel +386 1 470 2700, MONS) propose des chambres à partir de 110 €. Il s'agit d'un moderne quatre étoiles situé à l'ouest du centre-ville et relié à une salle de conférence pouvant accueillir jusqu'à 700 personnes. Les chambres offrent un accès gratuit à internet par câble et le wifi gratuit est disponible dans le hall. Il y a aussi un centre de remise en forme.

Le Domina Grand Media Hotel (tel +386 1 588 2500, DOMINA) propose des chambres à partir de 100 €. Ce quatre étoiles high-tech situé juste au nord du centre-ville, propose dans les chambres un accès wifi gratuit ainsi que des appels gratuits et illimités vers de nombreux pays.



OU MANGER

slovenie-cuisine.jpgLe Gostilna AS (tel +386 1 425 8822, GOSTILNA) est un restaurant populaire, juste au nord des Trois ponts. Durant les mois chauds, il propose une zone ouverte et sert des salades, des pâtes, du poisson et des steaks. Un menu de trois plats accompagné de vin coûte 22 €.

Le Martina Krpana (tel +386 1 470 2700, MONS) de l'hôtel Mons est un excellent restaurant servant des plats traditionnels slovènes. Un menu de trois plats accompagné de vin coûte 26 €.

Le Cantina Mexicana (tel +386 1 426 9325, CANTINA) est un sympathique restaurant mexicain situé dans la cour à côté de Gostilna AS. Un menu de trois plats accompagné de vin coûte 19 €.



CONTACTS UTILES

Chambre du commerce et de l'industrie de Slovénie (CCI).
Tourisme de Ljubljana (TOURISME).
Aéroport de Ljubljana (AEROPORT).



LOCATION DE VOITURE

Hertz propose des voitures de location avec une couverture tout-compris à partir de 61 € par jour (tel +44 [0]870 844 8844, HERTZ).



LECTURE


Le Slovenia Times (TIMES) est le journal anglophone local, disponible dans les hôtels.
Ljubljana Life (LIFE), chat room.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES EUROPE

NIKKO : une région japonaise à découvrir

Le Guide vert Michelin a recensé de nombreux sites à ne pas manquer dans le parc national de Nikko. Une région à découvrir facilement au départ de Tokyo avec Tobu Railways.

Cliquez ici pour lire le reportage.

tobu

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut