Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Balade le long de la côte algérienne

algerie-aler-vue2
Moins touristique que le sud de l’Algérie, la côte concentre pourtant grand nombre d’attraits historiques ou culturels. D’Alger à Oran, notre journaliste a parcouru ce littoral baigné de soleil et riches de vestiges millénaires...




La vue surplombe la Mer Méditerranée. Face à l’Est.

De là, le surnom d’Alger, dite « la Blanche » par les locaux et les français, prend tout son sens : la clarté de la cité, composée en amphithéâtre sur les collines, illumine toute la baie en y reflétant le soleil encore tiède de cette matinée de février.

Sur la balustrade de cette esplanade de la basilique au style byzantin de Notre-Dame d’Afrique, érigée à partir de 1858 à l’initiative de monseigneur Pavie et inspirée de la vierge noire protectrice des marins, une poignée d’algérois profite de la vue imprenable et du calme offert par la hauteur du site.

Quelques enfants, affichant un âge proche de la dizaine, jouent avec leur ballon, sous le regard passif du vieux maghrébin concentré sur la musique de ses écouteurs, assis sur son banc, face à l’édifice dressé comme pour dominer la ville.

L’endroit est idéal pour s’offrir une vision large d’Alger : Le port, le sanctuaire des Martyrs, la casbah, et les dizaines de sites et monuments faisant d’Alger une ville riche d’un patrimoine historique conséquent… « On regarde, extasié, cette cascade de maisons dégringolant les unes sur les autres du haut de la montagne jusqu’à la mer », avait décrit Guy de Maupassant plus d’un siècle plus tôt.

La descente vers le centre ville offre un dépaysement certain. De par sa diversité architecturale, notamment : les pâtés de maisons composés d’immeubles haussmanniens blancs aux volets bleus laissent tantôt la place aux villas néomauriennes, tantôt aux terrasses étagées en escalier des bâtisses de la casbah, articulées autour d’étroites ruelles pavées.

algerie-alger-portesAu centre de cette médina en labyrinthe, unique pour son orientation, son climat et son architecture, semble régner un univers secret à l’origine de légendes fantastiques. A quelques habitants près, la casbah semble vide. En pause.

___STEADY_PAYWALL___

Il suffit alors de pousser la porte encastrée sur l’une des façades dans une ruelle pour découvrir la vie de ses habitants, dans leurs maisons de deux, trois étages et couronnées de terrasses recouvertes de linge séchant sous le soleil.

C’est alors que la vie de la casbah est cernée. « Je suis né ici, raconte Abdel, ouvrier et père de famille, assis au soleil sur le rebord de sa terrasse, face au nord. Et jamais je n’irai ailleurs. L’âme de la casbah n’a pas d’égale. »

Abdel, la quarantaine franchie depuis quelques années, travaille actuellement à la rénovation de sa maison. Comme grand nombre de ses voisins.

C’est que la ville a entrepris un gigantesque chantier destiné à redonner des couleurs neuves à la casbah, en ré harmonisant ses constructions devenues hétéroclites au fil du temps.

Question d’accompagner le renouveau touristique que le gouvernement entend porter dans les années qui viennent.

algerie-alger-bateaux


VESTIGES DE CULTURES MILLENAIRES

algerie-tombeau-de-la-chretienne

A une poignée de kilomètres à l’Ouest, vers Tipaza, le passage par le tombeau de la chrétienne vaut le détour (en photo ci-dessus). Une soixantaine de mètres de diamètre, pour une hauteur de 33 mètres.

Cette construction pyramidale, qui aurait été construite par la roi Juba II, recouvre un caveau funéraire situé sous la terre.

Dominant la mer, ce tombeau ocre aux multiples colonnes se compose de quatre grandes portes indiquant les points cardinaux.

Si le vent y souffle fort en raison de son orientation et de sa situation couronnant la colline, la vue offerte au sud sur la plaine n’en demeure pas moins splendide.

algerie-tipaza-2A près de 70 kilomètres à l’Ouest, un autre vestige historique se doit d’être visité.

Tipaza, cette ville côtière implantée au pied du mont Chenoua à l’extrémité des collines du Sahel, conserve les ruines de l’ancienne ville romaine.

Le charme mêlé de la montagne et de la mer confère un intérêt particulier à ce qui fut autrefois une ville-port choisie par les phéniciens pour y établir l’un de leurs comptoirs.

Certes, la muraille entourant la ville, jadis longue de deux kilomètres, n’est plus intacte. Mais la taille du lieu et le nombre de ses ruines témoignent de l’importance de la ville.

algerie-tipaza-1Les restes de la vieille cité donnent un aperçu magnifique de l’organisation des villes de l’époque et des égouts et canalisations.

Ces ruines qui surplombent la mer offrent une vue extraordinaire, et le contraste de la couleur claire des pierres sur les chemins de sable cuivre et le bleu profond de la mer font de Tipaza un site unique en Algérie.

 


ORAN LA RADIEUSE

algerie-notre-dame-du-salut-oran-2Beaucoup plus loin, à 300 kilomètres de là, la ville d’Oran concentre un patrimoine méditerranéen riche de multiples monuments historiques, portes ou forts, ou encore de sites naturels dont la diversité confère à la ville un aspect de musée à ciel ouvert.

Ainsi, la balade en centre ville se doit de prévoir un passage devant l’Opéra, dominant un place populaire décorée d’une fontaine face à l’ancienne préfecture (aujourd’hui désaffectée) dont la seule architecture s’avère magnifique.

La vue globale de la ville se contemple à merveille du haut des collines, notamment depuis la chapelle de Notre-Dame du Salut (ci-contre).

Anciennement baptisée Santa Cruz, cette église couronnée d’une réplique de la vierge de Fourvière à Lyon, avait été élevée en 1872 afin de jeter le choléra à la mer.

« En un mois, la ville avait perdu plus de 1 000 habitants sur moins de 25 000 en raison d’une épidémie foudroyante », nous explique notre guide. Dès lors, le site s’est transformé en véritable lieu de pèlerinage, et sa cour, son clocher et sa vision panoramique offerte d’Oran continuent de faire du monument l’endroit à voir sur les hauteurs de la cité.


INFORMATIONS PRATIQUES ALGERIE


Y ALLER

Aigle Azur dessert l’Algérie depuis Paris Orly et Roissy Charles de Gaulle, ainsi qu’au départ de cinq villes de province. Depuis Orly, quatre vols sont opérés, dont trois quotidiennement. Heures des vols Orly - Alger : 8h, 10h (vendredi uniquement), 14h55 et 16h40 en quotidien.

A VISITER:

A Alger et dans sa région : casbah, Notre-Dame d’Afrique, sanctuaire des Martyrs, tombeau de la chrétienne, Tipaza. A Oran : chapelle Notre-Dame du Salut, opéra.

MANGER ET DORMIR:

Voir nos tests d'hôtels: Sheraton Club des Pins d’Alger, Sheraton d’Oran (sera publié la semaine prochaine).

RESTAURANTS : Les deux chameaux (Alger).

Newsletter

S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Reportages Afrique Moyen-Orient

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre la limite de validité du permis de conduire proposée par l'UE à partir de 15 ans?