Partagez cet article :
imageL'expo Jacques Chirac ou le dialogue des cultures vient d'ouvrir ce jour au musée du Quai Branly. L'exposition montre combien pour Jacques Chirac, l'acceptation de la diversité culturelle est un impératif pour vivre dans un monde en paix...

La vision du monde a changé en Europe au cours du XXème siècle comme l'explique Jacques Aillagon : «il y a eu une véritable révolution de la culture occidentale vers les autres cultures. Cette vision est passée du mépris, à la curiosité, de l'intérêt à l'admiration».

En France, l'intérêt pour les cultures étrangères s'est développé grâce à plusieurs expositions clés comme la première sur "l'art Nègre" et Océanien à la galerie Devambez en 1919 ou l'exposition universelle de 1932, qui bien que critiquée par Louis Aragon («il pleut sur l'exposition universelle»), a donné le goût des cultures étrangères aux français.

Jacques Chirac né le 23 novembre 1932, a eu la chance d'être bercé durant toute son enfance dans la culture, grâce à ses deux grand-pères qui étaient instituteurs. On oublie trop souvent aujourd'hui que la connaissance est essentielle pour ne pas nourrir l'incompréhension, souvent synonyme d'affrontement.

ernst ludwig kirchner 1

L'exposition retrace le parcours d'un homme devenu président de la République mais aussi les heures sombres qu'a du traverser ce siècle comme sous le régime Nazi. En 1937 une exposition mettait en avant "l'Art Dégénéré" en Allemagne pour critiquer la "culture nègre". De nombreux artistes ont alors été contraints à l'exil comme Ernst Ludwig Kirchner (voir la photo d'une de ses sculptures ci-dessus) ou Max Beckmann. Un peu avant la seconde guerre mondiale, pourtant, en 1937, Picasso avait prévenu des horreurs de la guerre d'Espagne avec son célèbre tableau Guernica. Le monde et l'Europe n'avaient pas compris alors la réalité de cette menace.

Jacques Chirac a connu la guerre, et l'une des plus insidieuse, la guerre d'Algérie, d'avril 1956 à juin 1957. Durant cette période, un événement le marquera à tout jamais: un jeune musulman âgé d'à peine 14/15 ans meurt dans ses bras.

«Il avait un petit trou rouge dans son torse. Un éclat imperceptible était allé se loger dans son cœur» raconte-t-il.

Quelques années plus tard, les témoignages des journalistes et photographes feront prendre conscience de l'horreur de la guerre du Vietnam : la photo du photographe Nick Ut montrant la petite Kim Phuc fuyant les bombardements fut décisive dans l’opinion publique pour l'arrêt de la guerre. Sur la photo ci-dessous, on la voit hurlant de douleur après avoir été gravement brulée vive suite à des bombardements au napalm.

guerre vietnam

De nombreuses années plus tard, en 2003, le gouvernement de Jacques Chirac sera l'un des seuls parmi les grandes puissances occidentales à s'opposer à la seconde guerre contre l'Irak.

A l'ONU, le discours du 14 février 2003 de Dominique de Villepin fera date dans l'histoire. Le gouvernement de Jacques Chirac marque sa réprobation à cette guerre alors que les Etats-Unis et quelques alliés s'y engagent, sans mandat de l'ONU, sous couvert de la présomption de présence d'armes de destruction massives qui n'existaient pas.

Si le monde avait écouté le gouvernement français d'alors, combien de vie auraient été épargnées?

L'actuel climat d'insécurité lié aux troubles au Moyen-Orient n'existerait pas et les Etats-Unis ne s'en porteraient que mieux...Oui mais, Jacques Chirac avait sans doute un bagage culturel et une admiration pour les cultures du monde qui lui empêchait de se dévoyer dans des guerres fratricides. Il refusait les malheurs de la guerre, les connaissant trop bien.

Ce qui frappe dans le parcours de Jacques Chirac, c'est sa cohérence, cette passion pour les cultures du monde, et de manière sous-jacente, pour les hommes. En 1981, il fut ainsi l'un des 16 députés de l'opposition à voter pour l'abolition de la peine de mort.

Il s'en explique ainsi: «avec ce projet la France va affirmer dans sa loi fondamentale, son attachement solennel au respect absolu de la vie humaine inviolable et sacrée».

masques africains

Jacques Chirac a aussi su tisser des liens forts avec des hommes d'origines diverses: il a gardé des amis fidèles en Afrique, en soutenant les idées d'Aimé Césaire ou de Léopold Sédar Senghor. Il accueille en 1979, 180 réfugiés du Vietnam dont Anh Dao sa fille de cœur. Enfin, via sa rencontre avec Vladimir Belanovitch, il apprendra le russe et découvrira l'âme slave...L'Asie et le Moyen-Orient sont aussi chers à son cœur comme le montrent ses nombreux voyages en Chine et au Japon, sa passion pour le Sumo, ou sa soif de cultures orientales via la création du département Islam au Musée du Louvre ou le soutien du projet de Musée du Monde Arabe, pourtant initié par Mitterrand (ci-dessous superbe boite de l'époque d'Al Andalus).

boite al andalous

Via cette exposition, on se rend compte du fil conducteur du parcours de Jacques Chirac : toute sa vie il aura lutté pour que les français s'ouvrent au monde. Une de ses citations devrait être au chevet de tous ceux qui veulent gouverner la France, aujourd'hui, en ces temps difficiles: «c'est du respect de la diversité des cultures et de leurs dialogues que dépend la paix». Il avait sans doute raison avant l'heure comme le prouve le discours ci-dessous:

chirac citation

egypte quai branly 1

Exposition Jacques Chirac ou le dialogue des cultures:

- dates : du 21 juin au 9 octobre 2016.

- lieu : musée du Quai Branly, 37 quai Branly, Paris.

- tarif : 11 euros.

www.quaibranly.fr

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

Aller en haut