Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

La peur en avion : comment y remédier ?

pilote_dans_cockpit_a320.jpg
 La perspective d’un prochain voyage en avion vous rend nerveux, mal à l'aise ou carrément angoissé. Vous êtes loin d'être le seul : la peur de l’avion constitue l'une des phobies les plus répandues chez les touristes et voyageurs d'affaires. Nous vous proposons nos conseils afin d'y remédier.

 

 
 
Prendre l'avion n'est pas une partie de plaisir pour tout le monde. Beaucoup le redoutent même : une personne sur quatre éprouve une certaine inquiétude à l'idée d'un voyage en avion, faisant de cette peur (que l'on connaît sous le nom d'aérophobie) l'une des plus répandues. Il est vrai qu'un voyage à bord dans un étroit tube de métal, à quelques milliers de mètres du sol et à une vitesse de 960km/h nous ramène à nos angoisses les plus profondes.
 
« La peur de l’avion est un terme fourre-tout regroupant une série de phobies, de la peur des hauteurs à celle des environnements artificiels ou étrangers, en passant par la claustrophobie et même la peur d'être ridicule », nous explique Nicky Lidbetter, de la National Phobics Society.
 
Et l'aérophobie ne se limite pas aux seuls voyageurs occasionnels ; en effet, d'après Lidbetter, la catégorie la plus touchée concerne « ceux qui ont déjà eu, de manière inattendue, une crise de panique en plein vol et qui vivent ensuite dans la crainte d'une récidive ». En d'autres termes, avoir un grand nombre d'heures de vol à votre actif est loin de vous mettre à l'abri... Dans ce cas, que faire si cela vous arrivait un jour.
 
PREVENIR LES ANGOISSES
 
Vous devez bientôt prendre un vol et vous n'avez pas le temps de vous préparer. Il peut être tentant d'opter pour une solution rapide en demandant à votre médecin de vous prescrire un médicament contre l'anxiété (qui sera généralement un tranquilisant comme le Valium ou bien un bêta bloquant). Dans ce cas, il est important d'en prendre conformément aux instructions et de respecter la dose recommandée.
 
Karina Lovell, professeur de santé mentale à l'Université de Manchester, explique qu'il est fréquent de voir les gens s'automédiquer plutôt que de recourir à l'alcool ou aux somnifères ; il est possible cependant que cette tendance pose plus de problèmes qu'elle n'en résout. « Il peut arriver que les gens dorment mal la nuit précédant le voyage et donc aient deux fois recours à l'automédication : une fois la veille et une deuxième fois juste avant le vol. Or tout retard est susceptible de causer de réels problèmes puisque cela peut conduire à la consommation d'alcool ou à une nouvelle prise de médicament, et ainsi empêcher le voyageur d'être accepté à bord ».
De tels médicaments ne doivent pas être vus comme une solution à long terme. « Si vous ne prenez l'avion qu'une fois tous les deux ou trois ans, ça ne pose pas de problème », rappelle le professeur Lovell. « Mais si vous voyagez fréquemment, il serait préférable que vous remédiez à votre phobie ».
 
Cela ne signifie pas, pour les anxiétés les plus légères, que vous devez impérativement recourir à un professionnel coûteux : de nombreuses techniques d'auto-assistance non médicales peuvent vous aider à gérer vos angoisses, bien qu'elles puissent demander un peu de pratique. Il s'agit notamment de techniques de respiration et de relaxation que vous pouvez utiliser lorsque vous commencez à vous sentir nerveux.
 
Nicky Lidbetter suggère pour sa part l'écoute d'un CD de relaxation avant et au cours du vol. Vous trouverez des fiches d'information sur ces CD ainsi que d'autres suggestions sur phobics-society.org.uk.
 
S’ATTAQUER AU PROBLEME
 
A ceux dont la phobie est plus tenace, on peut conseiller une psychothérapie qui pourrait s'avérer efficace. Bien qu'il en existe de nombreuses sortes, Nicky Lidbetter recommande la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) qui vise à changer votre façon de gérer vos angoisses. « Comparée à d'autres techniques psychologiques, la TCC a bénéficié des plus solides recherches et d'une meilleure base de données », acquiece Karina Lovell.
 
Une thérapie se compose généralement de 5 à 20 séances hebdomadaires avec un thérapeute qui vous aidera à remettre en question vos idées erronées et négatives, et, éventuellement, à les rendre positives et réalistes. Mais la liste d'attente pour une TCC peut être longue. Gardez à l'esprit que le coût d'une séance varie énormément et peut aller de 30 à 250 euros.
 
Autre technique professionnelle, l'hypnothérapie clinique implique un état d'hypnose durant lequel des recommandations peuvent être directement adressées à l'inconscient. D'après Nicky Lidbetter, certains membres de la National Phobics Society l'ont jugée efficace, en particulier l'auto-hypnose, qui consiste à se plonger dans un état de profonde relaxation. Rappelons qu'il est important de recourir à un hypnothérapeute reconnu.
 
REPRENDRE LE CONTROLE
 
simulateur_vol_b777_roissy.jpg
Dans de nombreux cas, l'aérophobie est basée sur l'ignorance ; améliorer sa compréhension du fonctionnement d'un avion peut donc s'avérer être un bon moyen de régler le problème. Plusieurs compagnies aériennes dispensent des stages qui vous expliqueront le pourquoi du comment de l'aviation à réaction ; pour une approche plus pratique, Virtual Aviation propose des stages « Peur en avion » dans trois grands aéroports de Londres (Gatwick, Heathrow et Luton).
 
Là, vous pourrez prendre place dans le cockpit d'un simulateur de vol destiné à former les pilotes de ligne ; commandant de bord et co-pilote adapteront le « vol » à vos besoins et pourront arrêter l'exercice à tout moment. Leur rôle sera de répéter les manoeuvres qui vous posent problème ou de vous montrer comment ils gèrent une situation imprévue comme une panne de moteur ou des turbulences météorologiques. La durée de la séance est de trois heures, en comptant les temps de discussion qui ont lieu avant et après le vol (mais ces horaires sont flexibles).
 
Après avoir conquis sa propre peur de l'avion, Susie Stevenson, directrice du stage, travaille aujourd'hui avec des gens victimes de la même phobie. Très peu de ses clients n'ont jamais pris l'avion auparavant ; leurs angoissent proviennent souvent d'une mauvaise expérience, un « go around » par exemple (quand l'avion, s'apprête à se poser puis, de manière inattendue, décolle à nouveau), élément déclencheur de l'anxiété.
 
C'est là que le simulateur entre en jeu. « Nous pouvons recréer cette situation afin que le client soit rassuré sur la manière dont elle est gérée : en la démystifiant », explique Susie Stevenson. Le simulateur peut produire une tempête ou des turbulences et peut même reproduire un itinéraire afin de permettre au client de revivre un vol spécifique.
 
Avant de se rendre dans le simulateur, on encourage les clients à appeler et parler de leur phobie aussi souvent que nécessaire. D'après Stevenson, si l'Aviation Virtuelle ne fait appel à aucun psychologue formé, ses principes suivent de près ceux de la thérapie cognitivo-comportementale. « Il s'agit de comprendre votre peur et, pas à pas, de changer vos idées et votre perception ».
 
Bien que ses clients aient souvent déjà eu recours à un thérapeute pour élaborer des stratégies cognitives, dans certains cas, Susie Stevenson préconise une séance de thérapie cognitive (dans les 1 600 euros) en complément de l’utilisation du simulateur ; une option souvent choisie par les hommes d’affaires qui, réticents à l’idée d’admettre leur phobie devant leurs collègues ou d’en discuter dans un groupe, privilégient le tête-à-tête. Préférant attendre que les clients viennent vers elle « quand ils se sentent prêts », Susie Stevenson met en garde contre le fait d’offrir un tel stage.
 
 
TOP 10
 
Voilà, selon Virgin Atlantic, les dix principaux motifs de la peur de l’avion.
 
1 Le manque de contrôles
2 Voyager dans un espace clos
3 Les turbulences
4 Les poches d'air
5 Le risque de crash
6 Le bruit
7 Les pannes de moteur
8 La menace terroriste
9 L’idée de tomber du ciel
10 Les crises de panique
 
INFORMATIONS PRATIQUES
 
La compagnie aérienne Air France propose des stages en simulateurs d'une durée de 7 heures environ. Vous pourrez discuter avec un spécialiste aéronautique, suivre un cours sur le stress aéronautique ainsi qu'une séance de simulateur de vol pendant laquelle on vous montrera les situations de vol les plus périlleuses. Le stage coûte environ 560 euros. Vous pouvez vous inscrire via téléphone au 01 41 56 47 56 ou par email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Crédit photos: Air France.  
 
 
 


SONDAGE
Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :
Newsletter
S'inscrire à la newsletter